Site Model

centre d'étude
des correspondances
et journaux intimes

LA LETTRE N°2

LA LETTRE DU CECJI

Brest, le 28 Mars 2013.
Lettre n° 2


Chères Amies, chers Amis du CECJI,


Voici notre deuxième Lettre du CECJI.

Vous y trouverez tous les deux mois une information sur les activités du Centre d’étude des correspondances et des journaux intimes de Brest (EA7289), un état des publications récentes relatives à ces thématiques et des propositions de colloques ou de manifestations scientifiques auxquelles vous pourrez vous joindre ou assister.

Je vous en souhaite très agréable lecture.

Séminaire

Le séminaire du CECJI se tient six fois dans l’année et a toujours lieu le vendredi après-midi. L’entrée en est ouverte à tous. Il est aussi annoncé sur le site de notre Centre dont toutes les coordonnées sont fournies dans l’en-tête de ce courrier.

Le séminaire « Correspondance, philosophie et religion » organisé par Sophie Guermès se poursuit ce 17 mai par une conférence de Fabio Forner de l’Université de Vérone (Centro di ricerca sugli Epistolari del Settecento).
Fabio Forner traitera des questions religieuses et philosophiques dans les manuels épistolaires italiens du XVIIIe siècle.
Cette conférence aura lieu à la Faculté des Lettres et Sciences humaines et sociales de Brest en salle B124 (1er étage) à 14 heures.

Manifestations et événements

Notre Centre participera aux manifestations pour le centenaire de Louis Hémon organisées à l’automne par la mairie de Brest.
Dans ce cadre, Bernard Duchatelet donnera une conférence sur Maria Chapdelaine ; Jean Balcou s’intéressera à un autre roman, Monsieur Ripois et la Némésis (1926), tandis que Yann Mortelette portera son attention sur la figure de l’écrivain sportif en évoquant Battling Malone pugiliste (1926). Sophie Gondolle présentera les trois adaptations de Maria Chapdelaine au cinéma.
Publications

Balcou, Jean,
- « La Vie de Marie Amice Picard par le R. P. Julien Maunoir : aspects du fantastique mystique dans la Bretagne du XVIIe siècle », Le Livre du monde et le monde du livre, Mélanges F. Moureau, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, novembre 2012.
- « Segalen devant la mort » Travaux de littérature, n° XXV, Les Ecrivains devant la mort, Genève, Droz, 2012, p.359-367.
- « Renan et la notion de races », Echos renaniens, n° 9, mars 2013.
- « Patrice, fragments romains du moi imparfait, » Renan et l'Italie, C. I. R. V. I., Florence, mars 2013.
Charrier-Vozel, Marianne,
- avec Mélinda Caron (Fordham University, New York), « Prolégomènes à une édition de la correspondance complète de Mme du Deffand », L’Epistolaire, chronique « Etat de la question », Paris, Honoré Champion, n° 38, p. 193-214.
- « Mme du Deffand épistolière : de la lettre à la gazette », L’Epistolaire, Paris, Honoré Champion, n° 38, p. 133-144.
- « La correspondance entre G. Flaubert et G. Sand ou la critique sans la théorie », La Littérature en débat : pour une lecture de la correspondance Sand/Flaubert, textes réunis par T. Poyet, Presses universitaires Blaise Pascal, 2013, Clermont-Ferrand, coll. Ecritures de l’intime : correspondances, mémoires et autobiographies, n° 22, p. 173-187.
Cousson, Agnès, « Entre le permis et le possible, quelle place pour le moi dans les lettres des religieuses de Port-Royal ? », L’Epistolaire, Paris, Champion, 2013, n° 38, p. 227-240.
Duchatelet, Bernard, « Note sur la publication d’Au-dessus de la mêlée » dans : Romain Rolland. Au-dessus de la mêlée, Petite Bibliothèque Payot, février 2013, p. 35-37.
Francalanza, Eric,
- « Les Illustres Françaises, œuvre viatique ? », Challe au carrefour des continents et des cultures, G. Artigas-Menant, Jacques Cormier et Driss Aïssaoui [dir.], Paris, éditions Hermann, 2013, coll. République des Lettres, 277 p., p. 73-86.
- « Le temps dans la correspondance familière de Rousseau : le cas de Marie-Anne Alissan de La Tour (1761-1776) », L’Epistolaire, n° 38, Paris, H. Champion, p. 145-163.
Gasnier, Maurice, « Le Journal des fouilles d’Henriette Renan », Etudes renaniennes, n° 113, février 2012, p. 123-154.

Annonces (colloques, journées d’étude et conférences)

1. Le prochain numéro des Études renaniennes paraîtra ce printemps 2013. Nous vous en donnerons connaissance dès que possible.

2. Colloque
Vous pouvez dès maintenant envoyer une proposition, si ce sujet vous intéresse.
Colloque « Siècles en correspondance(s) :
Représentation des siècles littéraires dans les correspondances d’écrivains »
Organisé en janvier-février 2014 par le Centre d’Etude des Correspondances et Journaux Intimes (EA 7289), à la faculté de Brest
Si la notion de siècle trouve sa source dans le domaine politique, elle s’applique cependant depuis longtemps au champ littéraire : la périodisation séculaire naît d’une volonté de comprendre et d’interpréter qui renvoie tout aussi bien aux questions d’œuvres, d’auteurs, de lecteurs. Ainsi, comme il y a le siècle de Périclès, le siècle d’Auguste, ou le siècle de Louis XIV, on crée le siècle de Molière ou le siècle de Voltaire, qui couvrent plusieurs périodes mais n’en représentent pas moins des entités culturelles cohérentes, dominées par des tendances caractéristiques, propres à penser l’histoire littéraire selon un rythme séculaire.
Il s’agira d’étudier l’importance de la correspondance dans l’émergence d’une conscience séculaire appliquée à la littérature : comment l’idée de siècle littéraire, envisagé dans son unité, se constitue-t-elle dans un écrit qui est nécessairement fragmenté ? Si l’expression même de « siècle littéraire » suppose la littérarisation d’une notion qui appartient a priori au domaine politique, comment la correspondance participe-t-elle à cette entrée dans la littérature d’un découpage politique de l’histoire ? Quelles représentations les écrivains se font-ils des siècles passés, et quel est l’intérêt de cette représentation à la fois dans la relation que l’épistolier entretient avec son destinataire, et dans le contenu même de la lettre ?
Voici quelques uns des axes d’étude qui pourront être envisagés :
1) Les modes de représentation de la notion de siècle littéraire dans les correspondances
Il semble que cette notion globale de siècle littéraire soit toujours représentée de manière parcellaire, à travers la discontinuité de discours sur des courants, figures illustratives…
2) Le siècle et le présent de l’écrivain
L’histoire littéraire se construit dans un contexte politique, intellectuel et social qui en modèle les contours. Le caractère polémique des représentations des siècles littéraires au sein des correspondances pourra alors être abordé. La place que les épistoliers ont conscience d’occuper dans l’histoire littéraire peut également être interrogée, ainsi que celle qu’ils accordent à leurs contemporains.
3) Ruptures et continuités
La notion de siècle littéraire implique encore la perception de césures chronologiques, vécues au présent par l’épistolier ou saisies dans la rétrospection, mais qui entraînent un sentiment de nostalgie, de mélancolie, ou au contraire une réflexion enthousiasmante sur la notion de progrès.
4) Siècle littéraire / siècle artistique / siècle politique
La notion de siècle littéraire se dégage-t-elle de la notion de siècle politique ou artistique ? Comment et pourquoi ? Dans quelle mesure la notion d’art contribue-t-elle à la définition de siècle(s) littéraire(s) ?
5) Représentations officielles et représentations « en mouvement »
Des lectures parallèles et comparées entre des représentations officielles de l’histoire littéraire et les représentations « en mouvement » que proposent les correspondances permettra d’établir dans quelle mesure l’histoire littéraire créée par les écrivains correspond aux représentations proposées dans des ouvrages de référence, comme les manuels scolaires ou la critique littéraire, ou s’en nourrit. En quoi les correspondances permettent-elles aux historiens de définir un siècle littéraire.
Les propositions de communications (250 mots maximum) sont à envoyer avant le 30 juin 2013 au plus tard à :
Catherine.Thomas@univ-brest.fr ou Centre.Correspondances@univ-brest.fr

Post-scriptum
- Retrouvez les Lettres du CECJI et toutes les informations sur le site du Centre : Centre.Correspondances@univ-brest.fr
- Les nouveaux horaires d’ouverture du secrétariat du CECJI que vous pouvez appeler au 02.98.01.63.69 sont les suivants :
lundi, mardi : 14h00 - 17h00
mercredi : 14h00 – 17h00
jeudi 9h00 – 12h00 et 14h – 17h00
- Si vous ne souhaitez plus recevoir La Lettre du CECJI, il vous suffit d’envoyer un message à l’adresse suivante : Centre.Correspondances@univ-brest.fr.