Site Model

centre d'étude
des correspondances
et journaux intimes

LA LETTRE N°4

LA LETTRE DU CECJI

Brest, le 23 octobre 2013.
Lettre n° 4


Cher.e.s Ami.e.s du CECJI,


Nous avons repris, bien tôt cette année, le chemin de l’Université… C’est à peine si nous avons pu lire quelques lettres cet été.
Mais c’est toujours avec un plaisir renouvelé que je vous adresse nouvelle de notre Centre et de ses travaux.
Séminaire
Le séminaire « Correspondance, philosophie et religion », organisé par Sophie Guermès, a repris son cours.

Il s’était interrompu le 21 juin dernier après la conférence, très suivie, de Bernard Duchatelet, « La religion de Romain Rolland ».

Il s’est poursuivi, ce 27 septembre, par la conférence de Véronique Le Ru, maître de conférences à l’Université de Reims. L’auditoire fut aussi particulièrement nombreux et les discussions riches, tant le sujet a suscité de questions : « La distinction entre croire et savoir. Le combat de quatre siècle de philosophie critique ».

***

La prochaine séance aura lieu vendredi 8 novembre, à la Faculté des Lettres V. Ségalen à 14h15 en salle C219. Sylvain Guéna a intitulé sa conférence :
« Henri Bars et Jacques Maritain, histoire d’une amitié. »
Comme toujours, l’entrée des conférences du séminaire est libre.
***
Voici le programme des séances suivantes qui ont toujours lieu à la Faculté V. Ségalen :
- vendredi 13 décembre, Maurice Gasnier : Le protestantisme dans la correspondance de Renan.
- vendredi 31 janvier, Sophie Guermès : Correspondance et direction spirituelle. Les lettres de Karol Wojtyła à Wanda Połtawska (1962-1979).

Centenaire Claude Simon (1913-2005)
Journée d’étude à la Faculté V. Ségalen
Le CECJI a décidé d’honorer la mémoire de Claude Simon en lui consacrant une journée d’études.
Organisée précisément le 10 octobre, date de naissance de l’écrivain, à la Faculté Victor Ségalen par Sophie Guermès, cette journée a permis d’ouvrir le dossier de la correspondance et de l’écriture épistolaire de Claude Simon. Ce fut aussi en ce jour anniversaire, notons-le pour l’anecdote, que fut remis le prix Nobel de littérature, obtenu par C. Simon en 1985. Le programme qu’elle a composé donnera une idée du livre que constitueront entre autres les actes de cette journée.
Matin :
Présidence de séance : Marie-Anne Macé
9h30-10h15 : Véronique Gocel (Saint-Etienne) : « Puissance de l'infime : ce qu'écrit le romancier autour de missives sur cartes postales, d'Histoire à L'Acacia »
10h15h-11h00 : Yves Peyré (écrivain, directeur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris) : « Claude Simon et la correspondance, entre variations et réflexions faites »
11h15-12h00 : Marianne Alphant (écrivain, Paris), « De la feuille, de la feuille, du fumier, et beaucoup »
Après-midi
Présidente de séance : Marianne Alphant
14h00-14h45 : Jean-Claude Monod (CNRS, UMR 8547/Archives Husserl, Ens Ulm), « Écrivain, penseur – l’écho du dedans »
14h45-15h30 : Marie-Anne Macé (université de Bretagne-Sud), « Triptyque ou l’illusion cinématographique, correspondance entre Claude Simon et Peter Brugger »
Présidente de séance : Véronique Gocel
15h45-16h30: Sophie Guermès (université de Bretagne occidentale, CECJI), « La lettre comme matériau du roman »
16h45-17h30 : Stéphane Bikialo (université de Poitiers), « La réalité récusée. Sur la correspondance Dubuffet/ Claude Simon »

Partenariat d’étude
CECJI – Centre de littérature française du XIXe siècle de la Sorbonne
Le séminaire Jean Lorrain épistolier est organisé à la Sorbonne le 6 décembre 2013 par notre collègue Jean de Palacio, professeur émérite à la Sorbonne et membre du CECJI, dans le cadre du Séminaire de littérature française du dix-neuvième siècle des professeurs André Guyaux (Paris IV–Sorbonne, directeur du Centre de littérature française du XIXe siècle) et Paolo Tortonese (Paris III–Sorbonne nouvelle).
Interventions :
- Eric WALBECQ, conservateur à la Bibliothèque Nationale de France : « Jean Lorrain en toutes lettres »
- Jacques DUPONT, professeur à l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, « Colette et Lorrain : un échange imprévu »
- Jean de PALACIO, professeur émérite à la Sorbonne, « Trois amitiés féminines de Jean Lorrain : indices sentimentaux et incidences stylistiques ».

Centenaire Louis Hémon (1880-1913)
On fête aussi cet automne à Brest le centenaire de la mort de Louis Hémon (1880-1913). Le CECJI participe aux manifestations que la ville de Brest a organisées, notamment par un cycle de conférences.

Cycle de conférences
(entrée libre)

Monsieur Ripois et la Némésis, un autre Louis Hémon ou l’art de l’esquive
Conférence de Jean Balcou, Professeur émérite de l’Université de Bretagne occidentale
Bibliothèque d’étude de la ville de Brest
14 novembre à 18h30
Résumé : Un autre Louis Hémon, ou plutôt l’autre Louis Hémon, ou encore mieux, le premier Louis Hémon, celui qu’il fallait cacher ? Car l’authentique Louis Hémon devait rester l’auteur de Maria Chapdelaine, ce bon roman canadien fleurant bon valeurs de la terre et du terroir. Il a fallu attendre 1950 pour que Lydia, la fille, accepte de livrer le dangereux manuscrit de Monsieur Ripois et la Némésis à Grasset. L’un des journaux de l’époque met aussitôt en garde ses lecteurs contre tout « coup de sang ». Et si Hémon lui-même avait écrit ce livre sur un « coup de sang» ? Coup de sang qui se règlera par tout un art de l’esquive, une esquive amorale, qui finit par esquiver la Némésis elle-même. Art de la boxe : une autre boxe.

Maria Chapdelaine : un personnage énigmatique face à la lisière sombre de la forêt
Conférence de Bernard Duchatelet, Professeur émérite de l’Université de Bretagne occidentale
Faculté Victor Ségalen, salle des conférences B001
28 novembre à 18h30
Résumé : Le roman de Louis Hémon, Maria Chapdelaine, a suscité plusieurs interprétations. Faut-il le résumer à une "histoire de courage d'aventure et d'amour", comme le proclamait la publicité du film du cinéaste québécois Gilles Carle en 1989 ? Faut-il n'y voir, comme le suggère le sous-titre, que le "récit du Canada français" où, pour reprendre une phrase de la fin du roman, "rien ne doit mourir et rien ne doit changer" ? La réponse n'est pas facile. Et si Louis Hémon n'avait voulu, à travers ce récit à la fois banal et tragique, que faire découvrir au lecteur ce qu'est la condition humaine ?

Louis Hémon écrivain sportif
Conférence de Yann Mortelette, Professeur à l’Université de Bretagne occidentale
Bibliothèque d’étude de la ville de Brest
24 octobre à 18h30
Résumé : L’énorme succès de Maria Chapdelaine a fait oublier que Louis Hémon a été également l’un des précurseurs de la littérature sportive en France. Passionné de sport, il a pratiqué notamment la boxe, à laquelle il a consacré un très beau roman, Battling Malone pugiliste. Les nombreuses nouvelles et chroniques sportives qu’il a publiées dans les journaux Le Vélo et L’Auto révèlent la place essentielle que le sport a occupée dans sa vie comme dans son œuvre. Lui qui a refusé de mener une vie rangée a cherché d’abord dans le sport ce qu’il a trouvé ensuite dans l’écriture : une façon d’échapper à son destin.

Maria Chapdelaine au cinéma
Conférence de Sophie Gondolle, enseignante à l’Université de Bretagne occidentale
Cinémathèque Mac Orlan
5 novembre à 18h
Résumé : Maria Chapdelaine est aussi célèbre pour ses deux grandes versions cinématographiques, très différentes l’une de l’autre, que donnèrent Julien Duvivier en 1934 et Marc Allégret en 1950. Comment comprendre ces transpositions à l’écran ? Les choix cinématographiques sont en effet très distincts. Si la version de Julien Duvivier reste assez fidèle au roman en brossant un portrait des mœurs de la région de Péribonka au bord du lac Mistassini, celle de Marc Allégret s’en écarte assez librement. Il en résulte deux films d’un intérêt complémentaire qui ont contribué, chacun à sa façon, à la pérennité de la grande œuvre de Louis Hémon.

Bibliographie épistolaire
Cousson (Agnès), « L’autoportrait dans la Relation de captivité d’Angélique de Saint-Jean Arnauld d’Andilly », J. Garapon et É. Gaucher-Rémond [dir.], L’autoportrait dans la littérature française du Moyen-Âge au XVIIe siècle, Presses Universitaires de Rennes, 2013, coll. « Interférences ».

Mortelette (Yann),
- « Leconte de Lisle antimoderne », Studi francesi, n° 170, mai-septembre 2013, p. 262-277. [Cet article contient deux extraits de lettres inédites de Leconte de Lisle.]
- « Centenaire de Louis Hémon. Trois cartes inédites de l’écrivain », Hopala ! [Rennes], n° 43, septembre-novembre 2013, p. 61-77.
- Ed. critique : José-Maria de Heredia, Correspondance, t. II : Les Années parnassiennes. 1866-1876, édition établie, présentée et annotée par Yann Mortelette, Paris, Champion, [novembre] 2013, 568 p.

Post-scriptum
- Retrouvez les Lettres du CECJI et toutes les informations sur le site du Centre.
- Vous pouvez tous les matins, du lundi au vendredi, appeler le secrétariat du CECJI au 02.98.01.63.69.
- Si vous ne souhaitez plus recevoir La Lettre du CECJI, il vous suffit d’envoyer un message à l’adresse suivante : Centre.Correspondances@univ-brest.fr.
- N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire des propositions ou pour faire connaître fonds ou travaux sur les correspondances.