Centre de Recherche Bretonne et Celtique

Centre de recherche
bretonne et celtique

La matérialité des rites de passage dans l'Occident romain

2017-09-21 14:50

Colloque international les 21 et 22 septembre, faculté Victor-Segalen, salle des conférences Yves-Moraud (B001), entrée libre


Télécharger le programme au format pdf.

 

JEUDI 21 SEPTEMBRE 2017

14h00 Accueil
14h15 > 14h30 Discours introductif
Ronan Calvez (Directeur du CRBC)

Présidence : Valérie Huet (UBO, CRBC)

14h30 >15h00 Introduction
Pauline Huon (CRBC, UBO), Marin Mauger (CRBC, UBO)

15h00 > 15h30 Synthèse analytique des travaux sur les rites de passage
Ton Derks (Université Libre d'Amsterdam)
Dans presque toutes les sociétés, le rythme de la vie humaine est scandé par des rites de passage, qui marquent les étapes importantes de la vie. Pour l'archéologue, ces rites deviennent tangibles matériellement de trois façons : par les vêtements et les accessoires de vêtements qui expriment un certain statut social et sont portés sur le corps de l’individu concerné, par des attributs qui symbolisent autrement une étape de vie sociale ou, enfin, par des monuments commémoratifs. Dans cette conférence, ces principes sont mis en évidence par des exemples concrets tirés des recherches de l’auteur.

15h30 > 16h Discussion
16h > 16h15 Pause

Présidence : Cristina Gandini (UBO, CRBC)

16h15 > 16h45 Déposez ce sein que je ne saurais boire : des biberons gallo-romains en contexte funéraire comme marqueur du sevrage ?
Sandra Jaeggi (UBS, Université Fribourg)
Trouvé principalement en milieu funéraire et auprès de jeunes enfants, le biberon semble être l’objet tout désigné pour signifier un rite de passage. Si les rares sources littéraires le mentionnant suggèrent son usage à l’époque du sevrage, le contexte archéologique s’avère moins clair. En effet, comment expliquer sa présence auprès de fœtus et d’enfants plus près de la puberté que de la naissance ? Leur découverte auprès d’adultes rend d’autant plus complexe leur interprétation. Il conviendra donc d’aller chercher au-delà d’un usage purement utilitaire, révélé par les sources littéraires et les analyses biochimiques du contenu, pour saisir quelle était la portée symbolique prêtée à l’objet, induisant sa déposition auprès des jeunes défunts gallo-romains.

16h45 > 17h15 À propos de l’interprétation comme « offrandes de passage d’âge » de plusieurs séries de terres cuites trouvées dans les lieux de culte de l’Italie antique. Un réexamen
Olivier de Cazanove (Université Paris I – ARSCAN)
La fortune actuelle des Rites de passage d’Arnold van Gennep auprès des historiens des religions et des sociétés antiques semble dans une certaine mesure biaisée. Car ceux-ci s’intéressent surtout aux classes d’âge censées structurer ces sociétés et aux changements de statut lorsque l’individu passe de l’une à l’autre, tandis que les rites de passage codifiés par Van Gennep se déploient davantage dans l’espace que dans le temps. Sur un autre plan, dans l’Italie de l’après-guerre, l’enseignement d’Angelo Brelich et son intérêt, après d’autres, pour les « initiations juvéniles » (Paides e parthenoi, 1969) ont bénéficié d’un écho durable, qui explique qu’une partie des offrandes déposées dans les lieux de culte de l’Italie préromaine et républicaine aient été alors interprétées en ce sens. On procédera à un réexamen critique de quelques-uns de ces « assemblages votifs » de l’Italie centrale et méridionale, en insistant en particulier sur le cas de Lavinium.

17h15 > 18h00 Discussion


VENDREDI 22 SEPTEMBRE 2017

Présidence : Delphine Acolat (UBO, CFV)

10h00 > 10h30 Qu’en est-il des rites de passage dans la religion privée à Pompéi ?
Marie-Odile Charles-Laforge (Université d'Artois – CREHS)
Nous pourrions nous attendre à trouver de nombreux témoignages de la vie quotidienne dans une cité comme Pompéi. Néanmoins, ceux-ci sont plus rares dans le domaine religieux et tous les aspects de la vie familiale n’ont pas laissé de traces matérielles ; c’est le cas, notamment, des rites dits de passage comme le passage à l‘âge adulte, lors du mariage…. Seul le domaine funéraire est mieux documenté et peut nous laisser espérer la possibilité de cerner ces rites de passage ou de transition entre le monde des vivants et celui des défunts.

10h30 > 11h La représentation d’Achille à Skyros dans l’art romain : entre travestissement et rite de passage
Charlotte Chrétien (Université Paris IV)
Achille a toujours été considéré comme un héros à la personnalité complexe et ambiguë, notamment d’un point de vue physique. Dans l'épisode mythologique de la découverte sur l'île de Skyros, il est important de souligner la présence du travestissement et celle du rite de passage à travers l’exemple de la sandale « perdue », dit « monosandalos ». Lorsqu’Achille révèle sa véritable identité devant la cour du roi Lycomède, on remarque, dans son iconographie, qu'il a toujours un pied dans une sandale tandis que l’autre est nu. C’est à partir de ce moment qu’une métamorphose physique s’opère et qu’il se transforme en héros-guerrier et choisit son destin. La perte de cet objet symbolise alors un rite de passage, une mort symbolique afin de renaître. Achille ressuscite, ici, en tant qu’homme. Il retrouve sa virilité qui lui avait été enlevée par sa mère. Cette sandale peut alors évoquer la transition vers une mort symbolique avec sa métamorphose en femme, dans un premier temps, à un héros-guerrier, dans un second temps, puis à une mort réelle à Troie.

11h > 11h15 Pause

11h15 > 11h45 Jeunes filles, vieilles filles : les contradictions des classes d’âge romaines dans la représentation statuaire
Aurora Taiuti (Université Paris IV - Roma I Sapienza)
Si les sources anciennes témoignent clairement de l’existence de classes d’âge pour les membres masculins de la société romaine, il n’en va pas de même pour les femmes, dont la vie semble s’organiser autour d’un seul épisode « marquant » : le mariage. Pourtant la présence de divers attributs (coiffures, vêtements, objets tenus) dans les représentations féminines impose nécessairement une différenciation symbolique parmi ces effigies de femmes qui pourraient trouver un sens dans la figuration canonique d’une classe d’âge. L’objectif de cette communication est d’évaluer la signification des différents attributs féminins et de vérifier s’ils peuvent contribuer à l’identification de classes d’âge pour les femmes romaines.

11h45 > 12h15 Discussion
12h15 Déjeuner

Présidence : Marie-Hélène Delavaud-Roux (UBO, HTCI)

13h45 > 14h30 A propos de vêtements, parures et rites de passage à Rome
Sylvia Estienne (ENS, AnHiMA), Valérie Huet (UBO, CRBC)
La description moderne des rites de passage liés à la naissance, le passage à l’âge adulte et le mariage, les funérailles implique toujours des changements de vêtements et de parures, marquant un nouvel état. Si l’on en a des témoignages littéraires, parfois épigraphiques, il est souvent plus difficile de les percevoir archéologiquement en relation avec les rituels. Et peu d’images témoignent de ces cérémonies. Nous analyserons et confronterons quelques documents littéraires et iconiques (notamment des reliefs funéraires) pour tenter de saisir des reflets ou des évocations de ces changements de parures.

14h30 > 15h00 Discussion

15h00 > 15h30 Conclusions
John Scheid (Collège de France).