UBO - Université de Bretagne Occidentale
 
Altérations des pommes et poires

Le pommier (Malus pumila) et le poirier (Pyrus communis L.) sont des arbres fruitiers de la famille des rosacées cultivés pour leurs fruits : respectivement les pommes et les poires.
Il existe plus de 20 000 variétés de pommiers et plusieurs centaines de variétés de poiriers, ces arbres fruitiers sont cultivés dans toutes les régions tempérées du monde.

Sur le plan botanique la pomme et la poire sont considérés comme des faux-fruits (fruits composites constitués par la soudure de l'ovaire, la base des pièces florales et le réceptacle floral), à pépins.
Ce sont des fruits climactériques.

 

Flore d'altération

Monilia fructigena

Le Monilia fructigena est surtout dommageable au verger ; cependant, c'est un parasite de blessures qui provoque souvent des pourritures en conservation.

 

La pourriture est ferme, à contour net et plus ou moins irrégulier, de forme variable. Généralement le centre de la pourriture noircit rapidement. L'évolution de cette pourriture est rapide et ne comporte pas de période de latence.
En milieu très humide et à l'obscurité il se forme un mycélium très dense en surface ; sur les fruits disposés à la lumière du jour, il se forme des coussinets roux.
En atmosphère sèche, le fruit pourri reste noir ou brun, très ferme et sans manifestation du champignon.
En atmosphère très humide, la sortie du mycélium à la surface de la lésion permet la contamination des fruits voisins par contact.

Monilia sur pomme
 

Monilia frutigena sur pomme

Sur des pourritures anciennes, le mycélium devient parfois blanc sale et les coussinets prennent une teinte grisâtre. Elles ont tendance à se déshydrater et deviennent alors moins fermes. L'installation d'un parasite secondaire comme le Penicillium expansum peut également aboutir à un ramollissement du fruit pourri.

 

Colletotrichum sp.

Ce parasite est très ubiquiste ; il détermine chez la pomme et la poire des pourritures lenticellaires d'importance économique croissante en France, plusieurs espèces de Colletotrichum sont impliquées. Ces espèces peuvent également attaquer des fruits au verger notamment sur les variétés précoces.
Les pourritures sont de contours circulaires, de couleur brun clair ou moyen, à surface plane ou déprimée au centre, bien délimitée ; le centre devient brun foncé ou noir et se distingue nettement du pourtour plus clair. La chair pourrie devient brun clair ou grisâtre. Au centre, puis en marge de la partie foncée, des masses mucilagineuses roses apparaissent en milieu très humide.
L'évolution de l'altération est lente après un temps de latence qui est court pour les variétés précoces attaquées sur l'arbre.

Colletotrichum sur pomme
 

C. fioriniae sur pomme

 

Cylindrocarpon mali

Cylindrocarpon mali est la forme asexuée de Nectria galligena, ce champignon est responsable du chancre européen, maladie grave du poirier et du pommier. Lorsqu'il existe des chancres dans le verger, les fruits peuvent être contaminés au niveau des lenticelles ou de l'oeil.
Cette espèce détermine une pourriture généralement circulaire, à contour net, de couleur brune, plate ou concave mais qui se plisse lorsqu'elle s'étend, de consistance molle. En atmosphère très humide, il se forme en surface des coussinets d'abord blancs, puis devenant fauve ou roux en vieillissant. La pourriture interne est brune.
L'évolution des pourritures est lente après une période de latence.

 

Fusarium sp.

Les pourritures à Fusarium sp. se développent sur les lenticelles ou interviennent comme pourriture du coeur des pommes, mais leur importance économique est faible.
A partir des lenticelles, ces espèces déterminent des pourritures molles, à contour net, irrégulier, de couleur brune plus ou moins foncée. La pourriture interne est brune. En atmosphère très humide, il se forme un feutrage mycélien plus ou moins dense, blanc au début, puis prenant une couleur rose-vermillon ou lie-de-vin.
La pourriture du coeur est brune ; on observe souvent un feutrage rose ou lie-de-vin à l'intérieur des loges carpellaires.
Toutes les pourritures de Fusarium ont une évolution lente ; il y a une période de latence pour les attaques lenticellaires.

 

Penicillium expansum

Cette espèce donne communément sur les fruits à pépins en conservation des pourritures qui se développent à partir de blessures. Elle est parfois signalée comme parasite lenticellaire ou se développant dans les loges ovariennes. Par ailleurs, elle se développe secondairement après de nombreuses autres lésions.

 

Le Penicillium expansum donne des pourritures humides de forme généralement circulaire, de couleur brun clair extérieurement et intérieurement , à contours nets.
Les tissus du fruits sont liquéfiés, une pression du doigt sur la pourriture fait sortir du jus.
En coupe, une couleur verdâtre est parfois visible au sein de l'altération interne, mais ce caractère n'est pas constant.
Une moisissure d'abord blanche puis vert-bleuâtre apparaît à la surface de la pourriture.
Les fructifications sont généralement sans forme précise, mais il se forme parfois des coussinets.
La couleur des fructifications varie avec leur âge : jeunes, elles sont blanches ; adultes elles deviennent vert bleuâtre ; en vieillissant elles se ternissent et paraissent grisâtres.

P. expansum sur poire
 

P. expansum sur poire

Cette pourriture est à évolution rapide sur les fruits mûrs ; elle est plus lente sur ceux qui sont encore durs.

 

Phytophthora cactorum et P. syringae

Ces deux espèces déterminent des pourritures dont les symptômes sont identiques ; on ne peut donc les différencier que par des isolements sur milieux de culture artificiels.
Les deux espèces déterminent des pourritures de consistance ferme, de couleur brun clair à brun foncé, à contours plus ou moins irrégulier et diffus au moins sur la tâche externe. L'intensité de la couleur va en s'atténuant du centre vers la périphérie. Le champignon se manifeste très rarement à la surface de la pourriture ; il forme alors un mycélium blanc plus ou moins intense. Ces espèces se développent soit sur des fruits proches du sol, qui ont été atteints par des éclaboussures lors de pluies, soit sur des fruits tombés à terre ou dans l'eau stagnante ou qui ont été souillés près la cueillette. Ces pourritures à Phytophthora sont à évolution lente, mais leur développement commence aussitôt après la cueillette. Dans des conditions de très forte humidité dans les locaux de conservations, on observe la transmission des parasites de fruits malades à fruits sains avec formation de "nids" de pourriture.

 

Rhizopus stolonifer

Cette mucorale, qui est très dévastatrice sur les fruits à noyau et les fruits mous, cause peu de dommages sur les poires et les pommes. Elle intervient surtout sur des fruits portant de grosses blessures ou comme pourriture secondaire.
R. stolonifer détermine une pourriture de couleur brun clair, de forme irrégulière et de contour net, très molle avec liquéfaction de la chair. Au niveau des blessures ou des craquelures de la pelure apparaissent rapidement de longs filaments raides dont certains portent à leur extrémité une petite masse noirâtre comme une tête d'épingle.
Cette pourriture à une évolution rapide surtout sur les fruits mûrs.

 

Trichothecium roseum

Cette espèce a une importance économique faible, mais elle est assez répandue et intervient de diverses manières. Comme parasite primaire, on la trouve au niveau des lenticelles ou comme pourriture du coeur sur pommes ; de plus elle se développe secondairement sur les taches de tavelure, essentiellement sur poires.
Sur pomme les taches lenticellaires dues à T. roseum se rencontrent presque uniquement dans la cuvette oculaire ; elles sont petites, arrondies ou le plus souvent ovales ; ces taches sont ocellées (marge plus foncée que le centre) et de consistance sèche.
La pourriture du coeur est de couleur brune ou marron ; elle devient finalement visible dans les cuvettes, oculaires et pédonculaires.
La pourriture qui se développe autour des lésions de tavelure est de contour irrégulier et de couleur brune.
Dans tout les cas, le fruit devient amer, même dans les zones non envahies par le champignon. Le pourtour des pourritures est net. Une moisissure se développe facilement, soit à la surface des taches externes, soit à l'intérieur des loges carpellaire dans le cas d'une pourriture de coeur.
Les taches lenticellaires progressent très lentement ; les pourritures de coeur ou après tavelure évoluent lentement.

 

Retour vers les altérations des fruits et légumes.

 

  Pour nous écrire
Mentions Légales | Accueil | Plan du site | Edition en ligne