UBO - Université de Bretagne Occidentale
 
Classification des Dicaryomycota

Les dicaryomycota (dicaryomycètes) regroupent la majorité des espèces d'eumycètes (probablement plusieurs centaines de milliers voire un million d'espèces).
Chez ces organismes, le cycle est majoritairement de type haplobiontique et la méiose est précédée par une étape plus ou moins longue sous forme de dicaryon (cellule à deux noyaux) d'où le nom donné à l'ensemble des ces deux groupes : les dicaryomycètes.

Dans ce groupe on trouve la majorité des eumycètes formant les lichens (en association avec des algues), mais aussi ceux qui forment des ectomycorhizes en particulier avec les conifères des forêts tempérées, ainsi que les endophytes de plantes vertes. Enfin, ce groupe comprend une bonne partie des champignons qui parasitent les plantes et des espèces qui infectent les animaux y compris l'homme.

Les Dicaryomycota sont considérés comme les champignons supérieurs car ils présentent souvent une intégration du thalle complexe et se dispersent en fabriquant des fructifications pluricellulaires. Mais certaines espèces, ont une morphologie et un cycle de vie simple de type levure.

Chez les espèces caractéristiques du groupe le thalle filamenteux n’est pas une simple colonie. C’est un réseau de cellules interconnectées entre elles et qui peuvent échanger des nutriments et des informations. De plus, il semble que les cellules puissent communiquer entre elles via des canaux peu connus (émission de petites molécules ?).
Les données indiquent donc qu'un thalle mycélien peut se comporter comme un individu.

 

Caractéristiques

Chez les espèces caractéristiques du groupe :

  • Le thalle présente des cloisons entre les articles avec des pores.
  • Ces pores permettent de réguler les échanges entre cellules et présentent une morphologie particulière, caractéristique de chaque lignée évolutive,
  • Les mycéliums ont la capacité de faire des anastomoses entre eux ; capacité corrélée avec la présence de mécanismes d'incompatibilité végétative.
  • La méiose est précédée par une étape plus ou moins longue sous forme de cellules à deux noyaux haploïdes (dicaryons).
  • Certaines espèces peuvent aussi fabriquer des structures pluricellulaires plus ou moins complexes : sclérotes, fructifications pluricellulaires.
  • Ils peuvent présenter des cycles complexes avec une reproduction asexuée et une reproduction sexuée (parfois absente)
  • Ils peuvent manifester des comportements complexes.

Ce sont donc des organismes assez évolués qui peuvent présenter des différenciations cellulaires poussées, pourtant ces organismes peuvent se bouturer et reproduire un organisme identique.

Certaines espèces ont aussi subi des évolutions régressives :

  • Les formes "levures" présentent très peu ou pas de différenciation cellulaire, certaines levures ont perdu la capacité à faire du mycélium.
  • De très nombreuses espèces n'ont pas de reproduction sexuée connue, pour certaines il est probable qu'elles aient définitivement perdue la capacité de se reproduire par voie sexuée.

Les fructifications :

Une des caractéristiques des dicaryomycètes est la fabrication de fructifications pluricellulaires.
Après une phase de croissance végétative, les dicaryomycètes forment des structures de reproductions constituées d'hyphes que l'on appelle fructifications ou carpophores. Certains carpophores peuvent atteindre de très grandes tailles.
Les grosses structures sont souvent le lieu de la méiose et donc de la dispersion via la reproduction sexuée.

La fabrication des spores asexuées peut aussi se produire via la formation de structures pluricellulaires complexes mais se fait le plus souvent sur des structures plus simples (comme par exemple le conidiophore des Aspergillus) ou par fragmentation du mycélium.

Ces fructifications sont une adaptation au milieu aérien.

 

Classification

Actuellement, deux lignées évolutives ayant un succès comparable sont différenciées sur des critères moléculaires, morphologiques et biologiques : les Basidiomycota (basidiomycètes) et les Ascomycota (ascomycètes).
Chacun de ces deux groupes se subdivise en 3 lignées :


d'après le cours de Microbiologie Eucaryote ParisVII

 

L'embranchement des Basidiomycota comprend des espèces microscopiques pathogènes de plantes mais aussi la plupart des espèces de gros champîgnons couramment rencontrées dans la nature et connus du public. Mais il comprend peu de contaminants des produits alimentaires et sera peu développé sur ce site.

 

L'embranchement des Ascomycota comprend beaucoup d'espèces contaminant les produits alimentaires ou autres et sera mieux développé sur ce site.
La systématique des Ascomycota est détaillée sur la page suivante.

 

Retour à la classification générale.

 

  Pour nous écrire
Mentions Légales | Accueil | Plan du site | Edition en ligne