UBO - Université de Bretagne Occidentale
 
Aspergillus terreus

Systématique

Forme sexuée :

Fungi, Ascomycota, Pezizomycotina, Eurotiomycetes, Eurotiomycetidae, Eurotiales, Trichocomaceae

 

Forme asexuée :

Aspergillus est une forme asexuée :
Deutéromycète, Hyphomycètes, Hyphales, Moniliacés (Phialosporés - phialides en tête aspergillaire, à phialospores en chaîne).
Aspergillus section Terrei

 

Caractères morphologiques

Caractères culturaux :

Espèce thermopréférante et osmopréférante. Bonne croissance sur les trois milieux de culture à 25°C et 35°C, avec un optimum sur le milieu M2S5 à 35°C.
Colonies veloutées parfois floconneuses, brun sale, couleur terreuse, revers jaune à brun sale, exsudat ambré parfois abondant.

A.terreus A. terreus

A. terreus sur milieu M2

A. terreus sur milieu M2S5

 

Aspergillus terreus

Microscopie :

Têtes conidiennes bisériées, brun orangé à cannelle, en longues colonnes compactes, pouvant atteindre une longueur de 500 µm à maturité.
Conidiophore lisse, incolore, de 100 à 250 µm de long.
Vésicule hémisphérique, peu développée (10-20 µm), supportant deux séries de stérigmates.
Phialides densément groupées, parallèles, 5,5-8 x 1,5-2 µm, portées par des métules 5-7 x 2-2,5 µm, ne couvrant que la moitié supérieure ou les deux tiers de la vésicule.
Conidies globuleuses à ellipsoïdes, lisses, hyalines à légèrement jaunes, assez petites : 1,5-2,5 µm.

Conidiophores d'A. terreus

 

Habitat, Ecologie, Intérêt

Conditions de culture :

Espèce thermopréférante et osmopréférante.
Croissance optimale sur le milieu M2S5 à 35°C.

 

Habitat :

A. terreus est une espèce fréquente dans les sols, il contribue à la dégradation des matières organiques en raison de ses activités cellulolytiques. Mais il est également présent sur les céréales en stockage, les épices, et divers végétaux. Il contamine souvent les aliments pour animaux d'élevage.

 

Toxicité et pouvoir pathogène :

Certaines souches d'A. terreus produisent de la patuline, de la citrinine, et/ou d'autres composés ayant une certaine toxicité.

A. terreus présente également un pouvoir pathogène vis à vis de l'Homme (mycoses cutanées, kératomycoses...), et des animaux (avortements mycosiques des ruminants, aspergilloses...). Il serait responsable de 10% des cas d'aspergillose humaine.
A. terreus élabore également diverses substances antibactériennes.

 

Bibliographie

  • Cahagnier, B. (1997). Moisissures des aliments peu hydratés. Technique et Documentation, Lavoisier, Paris.
  • Domsch, K.H., Gams, W., Anderson, T.H. (1993). Compendium of soil fungi. Vol. I & II, reprint IHW - Verlag. Eching, Germany, 859 + 405 p.
  • Raper, K.B. & Fennell, D.I. (1965). The genus Aspergillus. Williams & Wilkins, Baltimore, 686 p.
  • Samson, R.A., Hoekstra, E.S., Frisvad, J.C. (eds., 2004). Introduction to food- and airborne fungi (7e ed.). Centraalbureau voor Schimmelcultures, Utrecht, The Netherlands. 389 p.
  • Samson, R. A., Houbraken, J., Thrane, U., Frisvad, J. C. & Andersen, B. (eds., 2010). Food and indoor fungi. (CBS-KNAW Fungal Biodiversity Centre: Utrecht, The Netherlands). 390 p.
  • Smith J.E., Pateman J.A. (1977). Genetics and Physiology of Aspergillus. Academic press. London.

 

L'espèce sur Mycobank

 

 

 Retour à la liste alphabétique

 

  Pour nous écrire
Mentions Légales | Accueil | Plan du site | Edition en ligne