UBO - Université de Bretagne Occidentale
 
Phytophthora cactorum

Les organismes du genre Phytophthora ne sont pas des champignons mais des organismes fongiformes.

Systématique

Chromista, Oomycota, Incertae sedis, Peronosporea, Peronosporidae, Peronosporales, Peronosporaceae

 

Caractères morphologiques

Les colonies poussent de façon radiale, compacte sans marge nette. Elles sont duveteuses et présentent de courtes hyphes aériens.

Sporocyste : présente une papille caractéristique. Les sporocystes sont terminaux, rarement intercalaires. Ils sont caduques et portent un court pédicelle. Les sporocystophores sont isolés ou organisés en sympode lâche, avec des sporocystes organisés en bouquet.
Dimensions : 19-55µm x 16-46µm.

 

Chlamydospores : Elles ne sont pas produites par toutes les souches. Elles sont terminales, parfois intercalaires. Leur germination est bonne quand elles sont exposées au froid (-23 °C pendant 24h).
Dimensions : 25-40µm de diamètre.

Sporocyste de P. cactorum
 

Reproduction sexuée :

Les anthéridies, sphériques à globuleuses, fécondent l'oogone de façon paragyne. La fécondation est homothallique.
Les oogones, hyalines, présentent une paroi lisse et sont plérotiques.
Les oospores germent en produisant un sporange ou du mycélium.

 
Oogone et anthéridie de P. cactorum

Habitat, Ecologie, Intérêt agronomique

Températures de croissance :

  • optimale : 25 °C
  • minimale : 2 °C
  • maximale : 31 °C

Les oospores germent au champ après une période de dormance à 7 °C.

 

Habitat naturel :

P. cactorum est principalement retrouvé dans les régions tempérées.

 

Intérêt agronomique :

P. cactorum est un parasite ubiquiste, il est responsable de pourritures racinaires et du colet, de pourriture des fruits, de chancres, de flétrissements et de mildious sur feuilles, de fontes de semis.
Il ne présente pas de spécificité d'hôte mais sa pathogénicité varie d'un hôte à l'autre.

 

Moyens de lutte et prévention

Prophylaxie lors de la production des plants ou des arbres fruitiers
Application de metalaxyl, addition de cuivre à l'eau d'irrigation (vecteur de contamination)
Lutte biologique par Enterobacter aerogenes, inoculation des trous de plantation par Trichoderma, couverture des zones de production par de l'herbe (favorise le draînage du champ)
Rotation des cultures (rémanence des chlamydospores dans le sol)
Utilisation modèrée d'engrais riches en nitrates.

 

Bibliographie

Donald C. ERWIN and Olaf K. RIBEIRO, 1996. Phytophthora. Diseases Worldwide. APS Press, St-Paul, Minnesota.pp 245-256.

 

Retour à la liste alphabétique.

 

  Pour nous écrire
Mentions Légales | Accueil | Plan du site | Edition en ligne