UBO - Université de Bretagne Occidentale
 
Aspergillus fumigatus

Systématique

Forme sexuée :

Fungi, Ascomycota, Pezizomycotina, Eurotiomycetes, Eurotiomycetidae, Eurotiales, Trichocomaceae

Il a été récemment montré que la forme sexuée d'A. fumigatus (jamais observée dans la nature) était Neosartorya fumigati.

 

Forme asexuée :

Aspergillus est une forme asexuée :

Deutéromycète, Hyphomycètes, Hyphales, Moniliacés (Phialosporés - phialides en tête aspergillaire, à phialospores en chaîne).
Aspergillus section fumigati

 

Caractères morphologiques

Caractères culturaux :

Espèce thermophile, psychrotolérante, plus ou moins osmotolérante selon les souches.
Croissance optimale et très rapide sur le milieu M2 à 35°C.
Thalle : Colonies bleu-vert à vert-gris, veloutées, à bordure blanche. Revers incolore, ou jaune à gris-vert pâle selon les souches.

A. fumigatus

Thalles d'A. fumigatus sur milieu M5

Thalles d'A. fumigatus sur milieu M2

 

Microscopie :

A. fumigatus

Têtes conidiennes bleu vert à gris bleuté, en longues colonnes compactes pouvant atteindre 400 µm de longueur.
Conidiophore court (maximum 300 µm de long), lisse, souvent teinté de vert dans sa partie supérieure.
Vésicule d'aspect spatulé (faible élargissement du conidiophore pour former une vésicule), de 20 à 30 µm, supportant une seule série de stérigmates.
Phialides vertes, densément groupées sur la moitié supérieure de la vésicule.
Conidies globuleuses à subglobuleuses, finement rugeuses (échinulées), 2,5-3 µm.

 

Observations diverses
Extrémité d'un conidiophore
Têtes conidiennes
Extrémité d'un jeune conidiophore
Conidiophores
Vésicule, phialides et conidies en chaînes
Conidiophore

Cliquez sur une image pour l'agrandir

 

Habitat, Ecologie, Intérêt

Conditions de culture:

Espèce thermophile, psychrotolérante, plus ou moins osmotolérante selon les souches.

Croissance optimale et très rapide sur le milieu M2 à 35°C.

  • optimum : 35-40°C
  • minimum :
  • maximum : 55°C

 

Habitat :

Espèce très fréquente sur les matières organiques humides, A. fumigatus peut se développer dans une large gamme de température allant de 12°C à 57°C. De ce fait, on le rencontre dans de nombreux habitats tels que les sols, les matières végétales en décomposition, les grains et dérivés, ainsi que les produits en cours d'échauffement (composts, fourrages, céréales, litières...). Ses spores sont féquemment présentes dans la poussière des maisons.

 

Toxicité et pouvoir pathogène :

A. fumigatus élabore plusieurs composés dont certains sont très toxiques tels que des fumitoxines, des composés trémorgéniques et d'autres molécules pouvant être à l'origine de toxicoses chez les animaux d'élevage (syndromes nerveux, musculaires ou hémorragiques).
En se développant dans le foin, il peut convertir l'acide coumarique du mélilot en dicoumarol, composé anti-coagulant (activité anti-vitamine K), responsable d'hémorragies chez les bovins.

 

Il est difficile de différencier la toxicité intrinsèque d'A. fumigatus de son important pouvoir pathogène.

L’Aspergillus fumigatus a été associé à chaque type des problèmes de santé attribués aux moisissures environnementales : irritation et inflammation, allergie, asthme, pneumonite, effets toxiques ainsi que toute la gamme des infections fongiques.
Des infections ont été rapportées touchant chaque site anatomique et chaque type de tissu, excepté les ongles.
L’Aspergillus fumigatus constitue l'un des plus graves agents de mycoses pulmonaires aiguës ou chroniques.
C'est l’agent principal de l’aspergillose pulmonaire chez les patients présentant une altération de l’immunité naturelle.
L’exposition à cette espèce se fait la plupart du temps par l’inhalation d’air contaminé par les moisissures présentes sur de la matière végétale en décomposition, des grains contaminés ou des aérosols d’eaux résiduaires.

 

Les oiseaux y sont très sensibles, mais beaucoup d'autres animaux, peuvent être atteints.
A. fumigatus contamine très fréquemment l'ambiance des couvoirs, où il peut provoquer d'importantes pertes, suite à l'infection des oeufs et des poussins nouvellement éclos. Il est également signalé comme responsable d'avortements mycosiques chez les ruminants et les chevaux.

 

Note :

C'est l'un des seuls champignons filamenteux a être classé en groupe 2 de pathogénicité. Il doit être manipulé avec précaution.

 

Bibliographie

  • Cahagnier, B. (1997). Moisissures des aliments peu hydratés. Technique et Documentation, Lavoisier, Paris.
  • Domsch, K.H., Gams, W., Anderson, T.H. (1993). Compendium of soil fungi. Vol. I & II, reprint IHW - Verlag. Eching, Germany, 859 + 405 p.
  • O'Gorman, C., Fuller, H.T., Dyer, P.S. (2009). Discovery of a sexual cycle in the opportunistic fungal pathogen Aspergillus fumigatus. Nature 457, n°7228 : 471-474.
  • Pitt, J.I., Hocking, A.D. (1997). Fungi and food spoilage, Second edition. Blackie Academic & Professional, London.
  • Raper, K.B. & Fennell, D.I. (1965). The genus Aspergillus. Williams & Wilkins, Baltimore, 686 p.
  • Samson, R.A., Hoekstra, E.S., Frisvad, J.C. (eds., 2004). Introduction to food- and airborne fungi (7e ed.). Centraalbureau voor Schimmelcultures, Utrecht, The Netherlands. 389 p.
  • Samson, R. A., Houbraken, J., Thrane, U., Frisvad, J. C. & Andersen, B. (eds., 2010). Food and indoor fungi. (CBS-KNAW Fungal Biodiversity Centre: Utrecht, The Netherlands). 390 p.
  • Smith J.E., Pateman J.A. (1977). Genetics and Physiology of Aspergillus. Academic press. London.

 

L'espèce sur Mycobank

 

 

Retour à la liste alphabétique.

 

  Pour nous écrire

 

Mentions Légales | Accueil | Plan du site | Edition en ligne