UBO - Université de Bretagne Occidentale
 
Fusarium solani

Systématique

Forme sexuée :

Fungi, Ascomycota, Pezizomycotina, Sordariomycetes, Hypocreomycetidae, Hypocreales, Nectriaceae, Haematonectria haematococca

 

Forme asexuée :

Fusarium solani est le nom de la forme asexuée.
Deutéromycètes, Hyphomycètes, Hyphales, Tuberculariacés (Phialosporés, phialides en bouquet)

 

Remarque et synonymes :

Nectria haematococca, Fusisporum solani

 

Le nom Fusarium solani est très utilisé mais il faut maintenant considérer qu'il s'agit d'un complexe regroupant au moins une quarantaine d’espèces.
Ces différentes espèces sont morphologiquement très proches et difficiles à identifier, elles sont généralement regroupées sous le nom générique de F. solani.

 

Caractères morphologiques

Thalle :

Sur PDA colonies à croissance peu rapide.

Mycélium aérien plus ou moins diffus ou dense et floconneux, parfois coriace.
Thalle blanc grisâtre, présence fréquente de sporodochies crème ou bleu ou brun bleuâtre. 
Revers brun.

Parfois masses visqueuses de conidies formées dans des sporodochies souvent colorés (bleu ou brun bleuâtre) ou des pionnotes.

Aspect sur milieu PDA

Fusarium Fusarium

Thalle

Revers

 

Forme asexuée :

Présence de macro et microconidies, chlamydospores fréquentes. Conidiophores ramifiés ou non, portant des monophialides.

 

Macroconidies formées après quelques jours, fusiformes, peu courbées, émoussées aux extrémités (presque cylindriques), 3(5)- cloisons, à cellule apicale courte et obtuse, cellule basale mal différenciée, 27-65 X 4,5-7 µm.

 

Macrophialides formées sur des conidiophores très ramifiés qui peuvent se grouper en sporodochies.

 

Microconidies abondantes, ovales plus ou moins allongées unicellulaires ou parfois bicellulaires, 8-16 X 2-4 µm.

 

Microphialides très allongées cloisonnées, ressemblant à celles d’Acremonium (mais non septées cez ce dernier), solitaires ou en verticilles, 45-80 X 2,5-3 µm.

 

Chlamydospores assez fréquentes, hyalines, globuleuses à ovoïdes, paroi lisse ou rugueuse, 9-12 X 8-10 µm, dans les hyphes ou sur de courtes ramifications latérales. Parfois en chaînes.

   

Forme sexuée :

La forme sexuée est surtout rencontrée dans les régions tropicales humides, elle est rare en culture.

 

Habitat, Ecologie, Intérêt

Conditions de culture :

Champignon plutôt thermophile, température optimale 27-31°C.
Certains isolats peuvent croître à 37°C.

 

Habitat :

Cosmopolite, largement répandu.
Saprophyte tellurique, très fréquent dans les sols humides.
Parasite phytopathogène important et parasite de faiblesse sur une très large gamme d'hôte. Cause des pourriture de la tige ou des racines ou en conservation.
Il est associé à de nombreuses maladies sur des plantes économiquement importantes (avocats, haricots, pomme de terre, citrus, ...). La souche F. solani f.sp. glycine (maintenant considérée comme une espèce à part) est responsable du syndrome de mort subite du soja .


Fréquemment isolé sur animaux.

 

Toxicité et pouvoir pathogène :

N’est pas connu pour produire des toxines importantes (acide fusarique)
Agent de mycotoxicoses du bétail ?
Agent de kératites chez l’homme.

 

Fusarium est la pricipale espèce susceptible de réaliser de graves infections opportunistes chez l’homme ou les animaux, surtout chez les personnes immuno-déprimées (Anaissie et al., 1986, 1989). C'est un des principaux agent de maladie nosocomiale d'origine fongique.

 

Notes

F. solani est une des neuf espèces décrites par Snyder et Hansen (1941). Le nom d'espèce continu a être beaucoup utilisé mais il faut maintenant considérer qu'il s'agit d'un complexe regroupant au moins une quarantaine d’espèces.

Certaines souches ont été élevées au rang d'espèce :
F. solani f. sp. glycine parasite du soja est maintenant reclassé en deux espèces F. virguliforme en Amérique du Nord et F. tucumaniae en Amérique du Sud (Aoki et al. 2003).

 

F. solani est responsable d'une infection des oeufs de tortue marine (Sarmiento-Ramirez et al., 2010)

 

F. solani a été également été identifié comme l'une des espèces responsables de la dégradation des peintures rupestres de Lascaux (Orial et Mertz 2006).

 

F. solani et F. oxysporum peuvent parfois être confondus si l'on se réfère aux caractères microscopiques. Cependant, les phialides à microconidies de F. oxysporum sont courtes et trapues tandis que celles de F. solani sont longues et fines.

 

Bibliographie

Anaissie E.J., Kantarjian H., Jones P., Barlogie B., Luna M., Lopez-Berenstein G., Bodey G.P. (1986). Fusarium, a newly recognized fungal pathogen in immunosuppressed patients. Cancer 57, 2141-2145.
Anaissie E. J., Bodey G.P., Rinaldi M.G. (1989). Emerging fungal pathogens. Eur. J. Clin. Microbiol. Infect. Dis. 8, 323-330.

Aoki T, O’Donnell K, Homma Y, Lattanzi AR (2003) Sudden-death syndrome of soybean is caused by two morphologically and phylogenetically distinct species within the Fusarium solani species complex—F. virguliforme in North America and F. tucumaniae in South America. Mycologia 95: 660–684
Both C. (1971).The genus Fusarium.Commonwealth Agricultural Bureaux. England
Burgess L. W., Summerell B.A., Bullock S., Gott K.P., Backhouse D. (1994). Laboratory manual for Fusarium research, 3nd ed. University of Sydney, Sydney, Australia.
Gerlach W., Nirenberg H. (1982). The genus Fusarium -a pictorial atlas. Mitt. Biol. Bundesanst. Land Forstwirtsch. Berl. Dahlem 209 : 1-406.
Leslie J.F., Summerell B.A. (2006). The Fusarium Laboratory Manual , Blackwell Publishing
Marasas W.F.O., Nelson .P.E, Toussoun T.A. (1984). Toxigenic Fusarium Species: Identity and Mycotoxicology. University Park: Pennsylvania State Univ. Press
Messiaen C.M. et Cassini R., (1968). Recherches sur les Fusarium, La systématique des Fusarium, tome 19, p.396-454.
Nelson P. E., Toussoun T.A., Marasas W.F.O. (1983). Fusarium species. An illustrated manual for identification. Pennsylvania State University Press, University Park, PA.
Nucci, M., and Anaissie, E. (2007). Fusarium infections in immunocompromised patients. Clin. Microbiol. Rev 20, 695–704.
Orial, G. et Mertz, J-D., (2006). “Lascaux : une grotte vivante. Etude et suivi des phénomènes microbiologiques”, Dossier Les grottes ornées, semestriel 2, Monumental, pp. 76-87.

Sarmiento-Ramírez, J.M., Abella, E., Martín, M.P., Tellería, M.T., López-Jurado, L.F., Marco, A., and Diéguez-Uribeondo, J. (2010). Fusarium solani is responsible for mass mortalities in nests of loggerhead sea turtle, Caretta caretta, in Boavista, Cape Verde. FEMS Microbiology Letters 312, 192–200.
Zhang, N., O’Donnell, K., Sutton, D.A., Nalim, F.A., Summerbell, R.C., Padhye, A.A., and Geiser, D.M. (2006). Members of the Fusarium solani Species Complex That Cause Infections in Both Humans and Plants Are Common in the Environment. J. Clin. Microbiol. 44, 2186–2190.

 

 

 

L'espèce sur Mycobank

 

 

 Retour à la liste alphabétique

 

  Pour nous écrire

 

Mentions Légales | Accueil | Plan du site | Edition en ligne