Héritages et Constructions dans le Texte et l'Image

HCTI
HÉRITAGES ET CONSTRUCTIONS DANS LE TEXTE ET L'IMAGE

Mers et océans "en crise" vers de nouvelles représentations ?

 

JOURNEE D’ETUDE ORGANISEE PAR LE GROUPE DE RECHERCHE INTERDISCIPLINAIRE IDMER
(Imaginaires et Discours de la Mer et de ses Ressources)

UNIVERSITE DE BRETAGNE OCCIDENTALE

JEUDI 10 NOVEMBRE 2016



Cette journée d’étude est organisée conjointement par les laboratoires de recherche de l’Université de Bretagne Occidentale : Héritages et Constructions dans le Texte et l’Image (HCTI, EA 4249), le Centre de Recherche Bretonne et Celtique (CRBC, EA 4450), le Centre de Recherche en Psychologie, Cognition et Communication (CRPCC, EA 1285), le Centre de droit et d’économie de la mer (UMR_M101 AMURE) et Géoarchi (EA 2219).


A l’heure où les mers et océans font l’objet d’un renouveau d’attention et d’inquiétude, où les discours font resurgir la hantise du dépeuplement de la mer, cette journée d’étude s’attachera à examiner les représentations contemporaines individuelles, collectives et culturelles du rapport de l’homme à la mer et à ses ressources en prenant pour focale le concept de « crise ».
Rares sont les espaces qui suscitent autant de sentiments contradictoires. Selon l’historien Alain Corbin, le renversement du regard porté sur la mer qui s’est opéré vers 1750 coïncide avec l’émergence de la bourgeoisie et les avancées de la technique. Le désir de sublime se combine aux impératifs thérapeutiques créant ainsi un nouveau système d’appréciation de la mer et du rivage qui atténue le sentiment de crainte et de répulsion véhiculé par la cosmologie biblique. Aujourd’hui, les figures imaginaires du monstrueux, du chaos et du primitif ont cédé le pas à des images, véhiculées par les médias et la toile, de banquises qui s’amenuisent, de coraux qui blanchissent, d’espèces marines invasives et de discours alarmants sur la raréfaction brutale de certains poissons et la mise en péril des grands fonds par la pratique du chalutage.
Cette journée portera donc un regard à la fois interdisciplinaire et transculturel sur l’espace maritime pour mesurer les correspondances, les écarts et les tensions entre les représentations individuelles et culturelles de cet espace et les discours politiques et économiques sur la mer et l’exploitation de ses ressources à l’heure tant attendue de la Croissance Bleue. Dans quelle mesure la « crise », qu’elle soit envisagée sous un angle sociétal, environnemental ou économique, agit-elle comme un facteur d’évolution des représentations de l’espace maritime dans les discours, les arts et les consciences ? Comment l’esthétique rend compte de cette mise en exploitation des mers et océans ? Quelles sont les formes d’engagement des images et des mots de la mer pour éveiller les consciences environnementales ? Cette journée d’étude tentera également de définir ce qui génère, au sein des peuples et territoires, un système/modèle d’appréciation de l’espace maritime. Comment se crée une culture maritime et que cherche-t-elle aujourd’hui à transmettre ? Pourquoi certaines populations tournent-elles le dos à la mer lorsque d’autres l’intègrent parfaitement à leur mode de vie ? Quels rapports existent-ils entre l’imaginaire et la culture de la mer et les pratiques sociales en lien avec le littoral et les produits de la mer ?
En favorisant à la fois une approche pluridisciplinaire et comparative, nous proposons d’engager les travaux autour des trois axes suivants :

AXE 1 : Imaginaire marin et pratiques de la mer
AXE 2 : La culture maritime – vers de nouvelles pratiques ?
AXE 3 : Croissance bleue – concepts et représentations.
 

Comité scientifique :

  • Yvanne BOUVET (GéoArchi)
  • Catherine CONAN (HCTI)
  • Sophie GONDOLLE (CRBC)
  • Géraldine LE ROUX (CRBC)
  • Elisabeth MICHEL-GUILLOU (CRPCC)
  • Myriam NOURRY (AMURE)
  • Kimberley PAGE-JONES (HCTI)
  • Pierrick POURCHASSE (CRBC)

Comité organisateur :
Yvanne BOUVET, Catherine CONAN, Sophie GONDOLLE, Kimberley PAGE-JONES

 

 

 

 

Actualité