LABERS- Laboratoire d'études et de recherche en sociologie - Brest - UBO

Laboratoire d'études
et de recherche
en sociologie

Appel à communication

Colloque international
« La ville et le sport »

10-12 mai 2017
Université de Bretagne Occidentale, Brest (France)


Élaboration de Projets Sportifs Locaux, organisation d’évènements sportifs de toute ampleur par les municipalités, mise en place de dispositifs d’insertion et d’intégration par le sport dans les quartiers, soutien aux clubs sportifs de haut-niveau comme au sport pour tous, prise en compte des logiques sportives dans les projets de rénovation urbaine... : de nombreux exemples attestent de la prise en compte par les villes des enjeux que représente le sport pour le développement de leur territoire. Dire que les villes se sont « emparées » du sport apparaît en effet aujourd’hui comme une évidence, ce dont témoignent le renouvellement de la structuration et des missions des services des sports, la mise en place de démarches rationalisées d’accompagnement du mouvement sportif ou encore l’utilisation du sport comme un levier symbolique de promotion d’un territoire.
 

Texte complet de l'appel

-----------------------------------------

 

UNIVERSITE D’ETE- Brest
Ecologie et biens communs

1er septembre, UFR de droit
2 et 3 septembre, UFR Lettres sciences humaines et sociales


Au croisement du droit et des sciences sociales :

Les politiques urbaines se déclinent à l’heure actuelle, aussi bien en ville que dans le monde rural, autour de réflexions sur la dimension environnementale et technique de l’extension, rénovation des habitations et des réseaux, ce qui pose inexorablement les questions de la gestion foncière et de l’équité en matière d’accession au logement. Dans ce contexte, les dimensions sociales et juridiques du développement durable ne sont guère interrogées en dehors des injonctions à la participation citoyenne dans les quartiers de la politique de la ville.
Alors que l’actualité de la recherche en SHS met différents focus sur les questions de l’environnement et des biens communs, le croisement de ces dimensions se doit d’être exploré. Le but de cette université d’été pluridisciplinaire, rassemblant doctorants et chercheurs de sociologie et de droit, est de traiter ce croisement pour l’habitat.
Des expérimentations multiples, d’initiatives diverses (d’habitants, de collectivités) commencent à voir le jour. Elles favorisent une densification raisonnable, posent les perspectives d’aménagements des pratiques voire d’un autre modèle de développement. Notre université d’été permettra d’un part d’analyser ces expérimentations et d’en discuter les orientations du point de vue du droit, de l’urbanisme et des sciences sociales et d’autre part de présenter les réflexions aux acteurs impliqués dans ces programmes d’urbanisation.
Quel que soit le milieu dans lequel l’habitat est observé, les contributions sont amenées à faire le croisement entre ce qui relève d’une démarche écologique et d’une démarche de mise en commun d’un bien qui ne serait pas « une marchandise comme les autres ».

Texte complet de l'appel

Envoi des propositions :
Les doctorants et jeunes chercheurs sont invités à soumettre leur sujet (résumé en 500 mots) au plus tard le 15 juin 2016 à Nicole.roux@univ-brest.fr
Il s’agit ensuite pour chaque participant accepté de transmettre un texte provisoire de leur choix au plus tard le 30 juillet et d’en préparer une brève présentation orale (5 à 10 minutes).

Planning :
• 15 juin 2016 : date limite pour la proposition de communications
• 30 juin 2016 : réponses aux auteurs
• 30 juillet 2016 : envoi des textes provisoires
• 1er 2 et 3 septembre 2016 : université d’été

Comité d’organisation :
Nicole Roux, MCF en sociologie (LABERS, UBO), Responsable du projet.
Pierre Servain, doctorant en sociologie (LABERS, UBO)
Emilie Cariou, ATER droit privé (CRDP, UBO)
François-Xavier Roux-Demare, MCF en droit privé et sciences criminelles (CRDP,UBO).
 

-------------------------------------------

Du rural au littoral, femmes en petites localités: entre contraintes et opportunités.

Organisé par le LABERS (ex. ARS) EA 3149
Brest, 3 et 4 juin 2014

Dans un contexte où la sociologie comme la géographie semblent témoigner d'un regain d'intérêt pour le rural et où parallèlement s'affirment les travaux développant une analyse de genre, ce colloque vise à rendre compte des travaux et/ou à inviter au croisement des questions relatives à ces territoires et au système de genre.


Selon le nouveau zonage des territoires en bassins de vie, 31% de la population française réside dans les bassins de vie ruraux . Cette localisation résidentielle constitue pour certains ménages un «ancrage» d'origine, pour d'autres c'est là le résultat d'une mobilité spatiale ayant mené de l'urbain vers le rural dans le cadre d'une accession à la propriété et/ou au nom d'une qualité de vie, pour d'autres encore la mobilité s'est faite sous forme de «retour» au moment de la cessation de l'activité professionnelle. Nous considérons que tout territoire définit à la fois des contraintes et des opportunités dans l'organisation des activités et des temporalités individuelles et collectives.

Les bassins de vie ruraux présentent ainsi une moindre présence et une moindre diversification des équipements (particulièrement dans le domaine de l'éducation). Résider dans une petite localité peut engager des mobilités quotidiennes, ou du moins régulières, liées à l'emploi, à la scolarisation, à l'accès aux équipements et services. Sachant qu'aujourd'hui encore, l'organisation de la vie familiale demeure prioritairement à la charge des femmes, il y a fort à parier qu’elles paient au prix fort le « coût » de cette mobilisation, qui les pénalise en matière d'activité professionnelle et d'investissement de la vie publique. Dès lors, nous devons envisager que ces contraintes et ces opportunités pèsent ou s'offrent de façons différenciées, voire inégales selon le sexe.

On associe généralement rural et campagne, mais les petites localités rurales peuvent aussi être littorales. L’articulation entre système de genre et territoire telle qu’elle est déclinée ci-dessus prend sur la frange littorale une coloration particulière, ne serait-ce qu’en raison des activités économiques spécifiques qui s’y déploient ; on pense bien sûr à la pêche, aux activités portuaires, à la navigation dans la marine marchande ou nationale mais aussi à la navigation de plaisance, au tourisme… On pense aussi à l’imaginaire associé au bord de mer, à l’attachement aux paysages marins…
Vivre dans une petite localité constitue-t-il pour les femmes un « handicap» supplémentaire, qui viendrait renforcer la répartition traditionnelle des rôles ? Ou cette localisation, contrainte ou choisie, ne peut-elle ouvrir sur des opportunités ? Il s'agit de s'intéresser à la fois à ce que produit le territoire, à ce qu’il définit en termes de conditions sociales d'existence et à ce que les individu.e.s font du/au territoire.


Cinq axes thématiques indicatifs sont proposés : télécharger
Les propositions de communication sont à renvoyer pour le 1er mars 2014 en fichier .doc ou .rtf à : marie-laure.deroff@univ-brest.fr

Les auteur.e.s indiqueront leur rattachement institutionnel, statut, coordonnées.
Devront être précisés : titre de la communication, mots clés (5 max.), le terrain d’enquête et les méthodes mobilisées. Le texte de proposition est limité à 3000 signes.

Calendrier :

1er mars 2014 : date limite de réception des propositions
26 mars 2014 : annonce des communications retenues
31 mars 2014 : date limite de confirmation de participation au colloque
3 et 4 juin 2014 : colloque UBO (Brest)


Comité d’organisation :

Marie-Laure Déroff, Yvonne Guichard-Claudic, Claudie Inisan et Annick Madec

Comité scientifique :

Monique Bigoteau (ESO - Nantes), Philippe Cardon (CERIES - Lille3), Marie-Laure Déroff (Labers - UBO), Annie Dussuet (CENS - Nantes), Erika Flahaut (ESO - Le Mans), Arlette Gautier (CRBC - UBO), Yvonne Guichard-Claudic (Labers - UBO), Bénédicte Havard- Duclos (Labers - UBO), Annick Madec (Labers - UBO), José Romay Martinez (Université de la Corogne, Espagne), Barbara Lucas (Université de Genève), Nicole Roux (Labers - UBO), Hélène Trellu ( Labers - UBO), Katia Vladimirova (Université de Sofia, Bulgarie)