LABERS- Laboratoire d'études et de recherche en sociologie - Brest - UBO

Laboratoire d'études
et de recherche
en sociologie

Université d'été

Annonces

UNIVERSITE D’ETE- Brest

Ecologie et biens communs

1er septembre, UFR de droit

Salle B 211 de 9h00-17h00

2 et 3 septembre, UFR Lettres sciences humaines et sociales

Salle B 001 de 9h00-17h00


Au croisement du droit et des sciences sociales :

Les politiques urbaines se déclinent à l’heure actuelle, aussi bien en ville que dans le monde rural, autour de réflexions sur la dimension environnementale et technique de l’extension, rénovation des habitations et des réseaux, ce qui pose inexorablement les questions de la gestion foncière et de l’équité en matière d’accession au logement. Dans ce contexte, les dimensions sociales et juridiques du développement durable ne sont guère interrogées en dehors des injonctions à la participation citoyenne dans les quartiers de la politique de la ville. Alors que l’actualité de la recherche en SHS met différents focus sur les questions de l’environnement et des biens communs, le croisement de ces dimensions se doit d’être exploré. Le but de cette université d’été pluridisciplinaire, rassemblant doctorants et chercheurs de sociologie et de droit, est de traiter ce croisement pour l’habitat.
Des expérimentations multiples, d’initiatives diverses (d’habitants, de collectivités) commencent à voir le jour. Elles favorisent une densification raisonnable, posent les perspectives d’aménagements des pratiques voire d’un autre modèle de développement. Notre université d’été permettra d’un part d’analyser ces expérimentations et d’en discuter les orientations du point de vue du droit, de l’urbanisme et des sciences sociales et d’autre part de présenter les réflexions aux acteurs impliqués dans ces programmes d’urbanisation.
Quel que soit le milieu dans lequel l’habitat est observé, les contributions sont amenées à faire le croisement entre ce qui relève d’une démarche écologique et d’une démarche de mise en commun d’un bien qui ne serait pas « une marchandise comme les autres ».

Comité d'organisation

Emilie Cariou, ATER droit privé (CRDP, UBO)
Pierre Servain, doctorant en sociologie (LABERS, UBO)
Edith Gaillard, MCF en sociologie (LABERS, UBO)
Nicole Roux, MCF en sociologie (LABERS, UBO), Responsable du projet
François-Xavier Roux-Demare, MCF en droit privé et sciences criminelles (CRDP,UBO)
Françoise Le Borgne-Uguen, PR en sociologie (LABERS, UBO)
 

Programme détaillé

___________________________________________________________________________

La mer et ses marins : approches interdisciplinaires sur la santé au travail des marins

Brest le 17 et 18 septembre 2015

Salle des conférences (17 sept)

Salle C 219 (18 sept)

Faculté des Lettres et Sciences Humaines UBO

 

L’université se propose d’aborder la question de la connaissance de l’activité de travail des marins, des contraintes spécifiques à ces métiers et de leurs évolutions récentes. Pour ce faire, les contributions des différents participants visent à dépeindre un tableau général des conditions de travail en milieu marin. Ces contributions seront croisées avec celles élaborées dans d’autres contextes professionnels pour appréhender les spécificités de la santé au travail des marins. Dans un second temps, l’université d’été souhaite poser les bases pour la construction d’un projet de recherche sur les conditions de travail des marins particulièrement autour de la thématique du stress et des risques psychosociaux

Programme

___________________________________________________________________________________

La démocratie dans le secteur médico-social en question

LABERS, Université de Bretagne Occidentale, Brest
UFR Lettres, Sciences Humaines et Sociales
Salle C 204 (2° étage)

10 et 11 septembre 2015


Le séminaire s’inscrit dans l’axe société santé du LABERS et dans le cadre de recherches sur les politiques médico-sociales soutenues par l’IRESP. Un précédent séminaire (septembre 2014) a permis de progresser sur des projets de recherche qui ont ensuite été financés à l’échelon régional (MSHB) et national (IRESP). L’objet de ce séminaire est :


- l’analyse des premiers résultats issus des entretiens et recherches documentaires effectués à ce jour ;
- L’approfondissement et l’élaboration de questions en vue de la poursuite du projet ;
- La construction d’un réseau européen et international en vue de réponses à des appels à projets ultérieurs.
Le choix du thème du séminaire procède des constats effectués dans le cadre de la recherche exploratoire financée par la MSHB : la participation des usagers (et des professionnels), ainsi que la « démocratie en santé » figurent parmi les innovations observées durant les enquêtes de terrain.
 

Avant programme et présentation

__________________________________________________________________________________

L’innovation dans les politiques sociales et médico-sociales locales : entre marges et contraintes – une perspective comparative

Université d’été
11-12 septembre 2014

Brest Faculté des Lettres Segalen. UBO

Salle C 206

 

L’innovation dans les politiques sociales et médico-sociales peut concerner des dispositifs, pratiques, techniques, technologies, mais aussi des modes d’élaboration, de coordination et de pilotage des politiques et intervention. En d’autres termes, il est possible de distinguer l’innovation institutionnelle, en référence aux réformes des politiques sociales et l’innovation sociale, qui concerne les pratiques professionnelles et les dispositifs expérimentaux. Dans les deux cas, l’innovation peut viser l’amélioration des réponses existantes ou la prise en compte de besoins nouveaux et/ou peu visibles jusqu’alors. Il peut toutefois également s’agir d’optimiser l’utilisation des ressources de la solidarité collective. Le processus d’innovation peut procéder de décisions, orientations imposées et/ou perçues comme venant d’en haut ou encore provenir d’initiatives locales, ces deux options n’étant pas mutuellement exclusives. Les ressorts multiples, les incertitudes et coûts d’apprentissage associés à l’innovation, tout comme l’ambivalence potentielle des objectifs assignés aux innovations et de leurs conséquences sont, dans le secteur social comme dans le secteur médico-social, susceptibles d’expliquer les résistances qu’elles suscitent.

L’objectif des journées est de favoriser l’émergence de projets de recherche et de recherche action sur l’innovation dans les politiques sociales et médicosociales, dans une perspective comparative interrégionale et internationale. La première journée portera sur la participation et l’innovation dans les politiques sociales dans la perspective d’un projet de recherche action international piloté par l’université de Stuttgart (Bade-Wurtemberg, Pays de Galles, Bretagne). La seconde journée sera centrée sur le projet de recherche interrégionale à propos des nouvelles formes de gouvernance et de régulation dans les politiques médico-sociales (perspectives de coopérations internationales et programmation de la recherche exploratoire financée par la MSHB).

Programme


 Université d'été
Co-organisée par l'ARS/LABERS EA 3149 et ICI EA 2652
"Professionnalisation de l'enseignement supérieur et représentations du monde du travail chez les étudiants et jeunes diplômés"

1er et 2 juillet 2013
Brest France Faculté de Victor Segalen


Cette université internationale d’été sera consacrée à l’étude des représentations du monde du travail chez les étudiants et les jeunes diplômés dans le contexte du développement de la professionnalisation de l’enseignement supérieur. En plus de la France, le cas d’autres pays sera abordé (Canada et Grande-Bretagne).


La notion de professionnalisation des études fait débat. Cette idée, dont la définition renvoie à la notion d’utilité, reste vague. Elle se développe sous la forme d’une injonction dans le contexte de la pénurie d’emplois et de la massification de l’enseignement supérieur. Elle semble s’inspirer de la recherche d’une adéquation entre formation et emploi alors que de nombreuses recherches ont montré que les relations entre ces deux notions prennent des formes multiples, souvent imprévisibles pour de multiples raisons dont le fait que le « besoin » des entreprises reste difficile à identifier.


Il s’agit donc de questionner la notion de professionnalisation des études, d’étudier les modalités et effets des dispositifs qui lui sont associés (stages, projet professionnel, etc.) tout en accordant une certaine importance aux points de vue des acteurs, notamment en tentant de mieux cerner la dynamique des représentations du monde du travail chez les étudiants.


Outre les enjeux concrets et actuels en termes de contribution à la réflexion sur les politiques possibles dans l’enseignement supérieur et leurs effets, cette thématique mobilise plusieurs disciplines scientifiques et en même temps représente des enjeux pour elles (par exemple, nécessité pour les sciences économiques d’interagir avec les autres sciences sociales, intérêt de la sociologie pour les questions de la place du savoir dans la société et de la reproduction sociale, nécessité pour les sciences de gestion de mieux cerner ce que recouvre dans la pratique la notion de professionnalisation dans la mesure où cette discipline, qui prépare à l’action, a elle-même une identité « professionnalisante »).

S’inscrivant dans le prolongement de recherches actuellement menées dans le cadre d’un projet soutenu par la MSHB, cette université internationale d’été est portée par l’ICI en association avec l’ARS et réunira des chercheurs en économie, gestion, sociologie, psychologie et sciences de l’éducation.


Programme



Présentation de l’université d’été
« L’Innovation sociale et économie sociale : convergences et divergences »

27 et 28 juin 2013 Brest France



Dans la littérature, le caractère polysémique de l’innovation sociale laisse cependant émerger un consensus autour du fait qu’elle est définie comme une réponse novatrice à des besoins sociaux non ou mal satisfaits (Phills et al., 2008). Si l’accent est mis sur les résultats, l’innovation sociale est également appréhendée dans la plupart des conceptions comme un processus qu’il convient d’analyser (Murray et al., 2010).

Dans cette perspective, une place centrale est donnée aux acteurs (individuels ou collectifs, privés ou publics) qui portent, co-construisent ou s’approprient ces processus d’innovation, ainsi qu’aux territoires sur lesquels l’innovation émerge (Klein et Harrison, 2007, 2010 ; Dacin et al., 2010, Hillier et al., 2004).

Enfin, la littérature sur l’innovation sociale met l’accent sur les interdépendances chercheurs-acteurs dans les analyses, mais aussi dans les processus d’innovation sociale. L’innovation sociale apparaît tout à la fois comme l’une des modalités du renouvellement de l’action publique mettant en avant les partenariats public-privé, comme une façon de repenser la production de biens et services à finalité sociale, ou encore comme caractérisée par des processus qui reposent sur l’association de parties prenantes hétérogènes, selon des dynamiques participatives ou partenariales et une valeur sociale partagée collectivement (Richez-Battesti et al., 2012).

Si certains considèrent que l’innovation sociale peut être le fait de n’importe quel type d’entreprises, d’autres considèrent au contraire que les entreprises d’Economie sociale et solidaire (ESS) y sont essentielles, en ce sens que, par nature, elles partagent un projet collectif et associent donc une diversité de parties prenantes, le plus souvent dans un territoire particulier, et qu’elles reposent sur un principe de non partage individuel des excédents. Ainsi les travaux du CRISES au Québec mettent notamment l’accent sur la capacité de transformation sociale portées par les initiatives d’Economie sociale et solidaire.

Par Economie sociale et solidaire nous entendons des projets portés par des organisations d’hommes et de femmes qui, dans le cadre d’un collectif, entendent mobiliser des ressources hybrides (combinant marché, redistribution et réciprocité) orientées vers la production de biens et services au service de la collectivité, dont la gouvernance est de type multi-parties prenantes et le partage de la valeur défini collectivement.

Ces différents principes qui fondent l’ESS et qui conduisent à retenir comme figures emblématiques les associations, coopératives, mutuelles et fondations, nous amènent à nous interroger sur le rôle que peuvent jouer des initiatives collectives dans l’émergence et le développement d’innovations sociales, tant dans leur finalité, que dans leur processus et relativement à la question de l’affectation de la valeur produite.


L’université d’été sera l’occasion de s’interroger sur la place et le rôle des structures de l’économie sociale dans l’innovation sociale. Les deux journées seront l’occasion de soulever de questionnements autour de l’innovation sociale et l’ESS. Plus précisément, il s’agira de voir à partir de programmes de recherche en cours ou achevés, dans quelle mesure l’ESS sociale est une réalité favorisant l’innovation sociale ? Ainsi par exemple, sur le plane juridique quelles sont les questions posées par les démarches coopératives ? Que nous apprennent les expériences de participation sur l’innovation sociale ?

La première journée servira poser les bases d’un questionnement sur l’innovation sociale pour ensuite questionner celle-ci à travers différents programmes de recherches. L’objectif recherché de la journée, outre la présentation de travaux et de programmes, est de pouvoir réunir les bases communes à l’élaboration d’un projet de recherche commun.


Programme


L'impact des politiques sanitaires, sociales et médico-sociales sur l'inclusion des personnes en situation de handicap : une comparaison régionale

16 et 17 juillet 2012

L’université d’été est consacrée à l’analyse comparée de l’impact des politiques sanitaires et sociales sur l’inclusion sociale des personnes en situation de handicap aux échelons régionaux et nationaux. Elle s’inscrit dans le prolongement de recherches déjà engagées. Outre le projet « Parcours de vulnérabilité au grand âge » (financé par l’Agence Nationale de la Recherche1), deux recherches exploratoires (l’une financée par l’UBO, l’autre par la MSH Bretagne), consacrées à l’impact de la mise en place des agences régionales de santé sur les politiques sanitaires et médico-sociales locales sont en cours.

L’université d’été vise à préparer une réponse à des appels à projets européens, notamment celui de l’Open Research Area (ORA). L’objectif du projet de recherche envisagé est d’effectuer une comparaison de l’impact des politiques sanitaires et sociales sur l’inclusion sociale des personnes en situation de handicap dans au moins deux régions européennes (le Pays de Galles et la Bretagne ainsi que, éventuellement, une région allemande ou néerlandaise).

 

Programme

Galerie

Galerie photo des universitées d'été 2012