Recherche contre le cancer : focus sur cinq forces brestoises

Le laboratoire LBAI : les cellules immunitaires et leur rôle dans le cancer
 

Lymphocyte B, vue d'artiste

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) est la leucémie la plus fréquente chez l’adulte. Elle est provoquée par le dérèglement de certaines cellules immunitaires : les lymphocytes B. Celles-ci « oublient » de mourir et s’accumulent dans le sang, les ganglions, la rate… Les chercheurs du laboratoire Lymphocyte B et Autoimmunité étudient depuis près de 30 ans ces dérèglements afin d’élaborer des solutions thérapeutiques. Durant l’année 2016, leurs collaborations avec d’autres laboratoires et industriels au sein de programmes nationaux et européens ont été nombreuses, permettant le passage de la recherche fondamentale aux applications cliniques. Deux voies sont explorées pour arriver à l’élaboration de solutions thérapeutiques.

Rencontre avec Olivier Mignen et Yves Renaudineau, chercheurs au LBAI

 

 

 

 

Interrompre l’évolution du cancer en agissant sur les canaux calciques

Les chercheurs ont pu mettre en corrélation le dérèglement du lymphocyte B avec une perturbation des flux de calcium de l’extérieur de la cellule vers l’intérieur. Désormais, pour stopper l’évolution de la maladie, l’enjeu est de trouver des molécules capables de réguler ces influx ! Olivier Mignen, MCU-PH1 et Yves Renaudineau, PU-PH2 au CHRU travaillent à l’élaboration de ces composés et à leur application qui font déjà l’objet de plusieurs brevets3. « Comme de nombreuses autres pathologies résultent de perturbation des canaux calciques, explique Olivier Mignen, ces travaux sont applicables à d’autres cancers, comme celui du pancréas ou de la prostate. » Le potentiel de développement industriel de ces molécules innovantes est tel qu’en 2016, le projet porté par Olivier Mignen a reçu la labellisation MATWIN (Maturation & accelerating translation with industry) qui favorise les collaborations entre laboratoires et industriels.

Influencer le patrimoine génétique

Le LBAI étudie également la leucémie lymphoïde chronique sous un autre angle, celui de l’épigénétisme4. En effet, toutes les modifications de l’expression des gènes ne sont pas dues à des altérations génétiques ! Une cellule est fortement influencée par son environnement et selon les conditions extérieures, elle ne va pas « lire » ses gènes de la même manière. « En faisant varier les conditions cellulaires extérieures, s’enthousiasme Yves Renaudineau, on peut reprogrammer le contrôle épigénétique du lymphocyte B et rétablir son bon fonctionnement. ». Cette technique est si prometteuse qu’un investissement exceptionnel de 1,5 million d’euros du contrat plan État-Région a permis le financement d’une plateforme technique destinée à l’analyse précise des gènes et de leur expression.

Des recherches scientifiques tournées vers les patients

Tous les travaux du LBAI sont menés en étroite collaboration avec des scientifiques de nombreuses disciplines et au sein de réseaux nationaux et européens. Cela permet un continuum entre la recherche fondamentale, l’optimisation de la prise en charge thérapeutique des patients ainsi que l’élaboration de nouveaux médicaments. Une cohorte de patients a d’ailleurs été constituée avec le CHRU de Brest afin d’étudier la maladie mais également les réactions physiologiques aux différents traitements. Grâce à toutes ces collaborations, une véritable filière de soins existe désormais via la recherche universitaire.

Laboratoire Lymphocyte B et Autoimmunité – UMR 1227 (LBAI) – UBO, INSERM, CHRU

1-MCU-PH : maître de conférences des universités – praticien hospitalier
2- PU-PH au CHRU : Professeur des Universités et Praticien Hospitalier au Centre Hospitalier Régional et Universitaire de Brest
3 - Ce travail est mené en collaboration avec Patrice Hemon, ingénieur au LBAI et au sein du réseau IC-CGO (Ion channels and Cancer) du Cancéropôle Grand Ouest
4 – Ce travail est mené en collaboration avec Christian Berthou et Adrian Tempescul du LBAI