FLOC'H France

Enseignant-Chercheur / assistant lecturer
Physique du littoral


Enseignant-chercheur
Etablissement : Université Bretagne Occidentale
Affectation de recherche : DO (Domaines océaniques)

Equipe(s) :
Photo
LogoUBO
Logo
Pour la messagerie : prénom.nom@univ-brest.fr
Page personnelle :

Physique du littoral - Modélisation hydrodynamique et sédimentaire – Quantification de flux sédimentaire

membre de l'observatoire de la dynamique du littoral SNO DYNALIT

Projets en cours

  • ANR FEM2016 DIME

Ce projet vise à mieux comprendre la dynamique des vagues extrêmes en passant par une modélisation boussinesq des ondes de surface.

  • ANR FEM2015 PHYSIC

Processus HYdro-Sédimentaires en Interaction avec les Courants extrêmes porté par le SHOM. Co-encadrement d'une thèse sur la dynamique de saltation des gallets soumis à des courants tidaux extrêmes et modéliser à terme les déplacements des sédiments marins dans le Raz Blanchard et mise en place de moyens de mesure innovants sur zone. Dans ce passage, où le courant des marées est l’un des plus forts d’Europe, un projet de déploiement d’hydroliennes est à l’étude. Prévoir la façon dont se déplacent le sable, les galets, les algues… permettra d’optimiser le dimensionnement des futures installations.
Les partenaires de ce projet sont DCNS, le SHOM, l'Université de Caen, l'UBO, TELECOM Bretagne, IXSURVEY, EDL, FEM et ENSTA Bretagne.

  • EC2CO DEXMES 2015-2017

L’objectif principal de ce projet à moyen terme est d’augmenter le champ d’interprétation des signaux optiques et acoustiques pour le suivi et la quantification des MES dans les milieux naturels. Il s’appuie sur le développement d’une plateforme expérimentale qui permet de tester la réponse de capteurs à une large gamme de MES, leur capacité à quantifier les propriétés des MES (principalement la concentration mais également le spectre en classe de taille, leur densité ou la nature des MES) et la définition de protocoles de mesure in-situ.

  • DYNATREZ

Dans le cadre du SNO DYNALIT, nous suivons une plage de poche située en Bretagne (France) à Locmaria-Plouzané appelée Porsmilin. Différents financements sont obtenus pour pérenniser les mesures et pour réaliser des périodes de mesures intensives (INSU SYSTER, Labex Mer, Pole Image/IUEM, SOERE Traît de côte...). En octobre 2015, une thèse commence sur la compréhension de l’impact du niveau d’eau dans la zone de swash sur l’érosion et l’accrétion se produisant sur les plages de poche sableuses, en utilisant des mesures de courant et de topographie, et en modélisant l’impact des processus de transfert de sédiments. Des mesures réalisées par vidéo seront validées grâce aux jeux de données courant/houle/topographie existants et l’impact des ondes longues sur le niveau d’eau dans la zone de swash et les courants générés sera étudié, ainsi que leur rôle dans le recouvrement de la plage. Cette étape est essentielle à comprendre afin de pouvoir mettre en place une modélisation long-terme des zones côtières.

Dans le cadre de l'observatoire, de nombreux jeux de données sont disponibles. Un système vidéo a été récemment installé. Toutes ces mesures permettront d’étudier l’ensemble des processus hydrosédimentaires en action sur cette plage. Une sous-tâche de cette thèse sera d’optimiser les mesures de topographie à l’aide de caméra, et de réussir à mesurer la part incidente et réfléchie des ondes longues. Le candidat investiguera aussi la possibilité d’un cycle hysterisis dans l’évolution du profil de plage et d’échange de sédiments entre la zone de surf et le haut de plage. Enfin, une configuration correspondant au site d’étude sera implémentée dans un modèle du type de Xbeach. L’évolution naturelle de la plage sera modélisée et aidera à la compréhension globale du fonctionnement de la zone. Les modèles numériques et les observations seront comparés, l’intervalle d’incertitude sera examiné et la pertinence d’un tel modèle pour prédire les risques en cas de tempêtes sera étudiée.

Les principales questions de cette étude sont : comment évolue le niveau d’eau dans la zone de déferlement des vagues et sur la plage ? Quels sont les processus qui le gouvernent ? Quel est son impact sur la morphodynamique de la plage et sur les flux sédimentaires ? Comment utiliser un système de vidéo pour répondre à ces questions ? Actuellement, beaucoup de travaux démontrent des relations empiriques conduisant à déterminer le niveau d’eau à la côte. De plus en plus nombreux sont ceux montrant l’importance des ondes longues (infragravitaires) sur les variations extrêmes de morphologies lors des événements extrêmes. Un jeu de données pris durant l’hiver 2014 a permis de mettre en évidence la présence d’un fort pourcentage d’ondes infragravitaires sur la plage de Porsmilin durant les tempêtes et en fait un terrain d’expérience très intéressant. Un système de vidéo vient d’y être installé. Une campagne de mesures réalisée en octobre 2014 vise à valider ce système de vidéo. Il y a encore beaucoup de progrès à faire dans la mesure de niveau d’eau ou d’états de mer ou de topographie via une caméra. La précision actuelle est très limitante. Le site étant de plus une plage de poche macrotidale, elle offre des caractéristiques qu’on retrouve peu dans la littérature et qui sont pourtant commune dans notre région.