Maxime LE ROY

Doctorant
Ecologie, Aménagement de l'espace



Etablissement : Université de Bretagne Occidentale

Equipe(s) : EA 7462 - Geoarchitecture - Territoires, Urbanisation, Biodiversité, Environnement
Photo
LogoUBO
Logo
Pour la messagerie : prénom.nom@univ-brest.fr
Page personnelle :

 Restauration des milieux naturels de falaises littorales - Optimiser les partenariats entre praticiens et chercheurs dans une démarche d'observatoire environnemental

Depuis une trentaine d’années, suite aux dégradations des littoraux par les activités humaines (urbanisation et surfréquentation), des opérations de restauration sont mises en place sur les falaises littorales bretonnes. À l’initiative conjointe de praticiens et de chercheurs, ces opérations ont débuté sur des sites emblématiques tels que le cap Fréhel ou la pointe du Raz.

Aujourd’hui encore, de nombreux partenariats existent entre les différents acteurs en charge de la gestion d’un site et les scientifiques, notamment avec le laboratoire Géoarchitecture de l’Université de Bretagne Occidentale, très impliqué dans ces opérations de restauration. L’équipe a mené de nombreux travaux, en particulier dans le cadre du programme de recherche LITEAU II de 2006 à 2010 « Restauration et réhabilitation des végétations des falaises littorales des côtes Manches-Atlantiques. Ainsi nous pouvons citer un inventaire des opérations de restauration des végétations de falaises (Le Bras, 2007), une étude des dynamiques de restauration de falaises littorales (Sawtschuk, 2010), un guide méthodologique sur les méthodes de restauration à destination des gestionnaires (Bioret et Gallet, 2015). C’est dans ce contexte que cette thèse, financée pour trois ans par la Fondation de France, a débuté en janvier 2016.

L’objectif est de contribuer à l’optimisation des opérations de restauration écologique des falaises littorales en collectant de nouvelles connaissances socioécologiques. Le sujet sera abordé selon trois angles :
• Poursuite de l’étude des dynamiques des végétations restaurées par des suivis écologiques anciens et diversifiés. Cette partie nous permettra de répondre à différentes questions : existe-t-il un seuil d’irréversibilité au-delà duquel la restauration passive ne suffit pas ? Assiste-t-on à des trajectoires écologiques de restauration non désirées liées à l’utilisation de méthodes de restauration active ?
• Compréhension des dynamiques sociologiques menant à ces opérations de restauration : Relations interacteurs, principaux moteurs, points bloquants certains partenariats ou actions, etc.
• Mise en relation des données sociologiques et écologiques afin de mettre en évidence les liens et les lacunes existants entre ces deux domaines lors d’opérations de restauration. Nous chercherons à mieux prendre en compte l’aspect social dans l’évaluation des opérations de restauration, notamment dans un objectif de durabilité de l’opération. Plus en amont, il est nécessaire d’adapter les différentes étapes d’une opération (objectifs, méthodes de suivis…) au contexte social du projet.

À la fin de ces travaux, nous proposerons des indicateurs (seuils espèces, interactions…) permettant de suivre l’évolution d’une opération de restauration, mais aussi pour évaluer sa réussite. La définition claire des objectifs, des échelles et de la complexité de chacun de ces indicateurs permettra de faciliter le choix pour leur utilisation, en fonction des objectifs de chaque opération. Le recul de 30 ans que nous possédons sur ces opérations de restauration nous permettra également de dresser le bilan des différentes méthodes de restauration qu’elles soient actives ou passives.

Outre ces différents enrichissements de la connaissance de ces milieux, un des résultats majeurs visés lors de cette thèse est de réfléchir à l’élaboration d’un observatoire des opérations de restauration de falaises littorales en Bretagne. Cet observatoire pourra permettre de regrouper les connaissances accumulées sur ces opérations par les différents acteurs du domaine. Il pourra également être utilisé pour faciliter les échanges entre praticiens.

La forme, les objectifs et les modalités d’application de cet observatoire pourront être discutés au cours d’un ateliers d’échanges regroupant les acteurs de ce domaine.