Évaluation du risque lié aux phycotoxines chez les pêcheurs à pied

Thèse soutenue par Cyndie Picot en 2010 :
Évaluation du risque lié à l'exposition aux phycotoxines via la consommation de coquillages chez les pêcheurs à pied du Finistère

Résumé

Le travail effectué porte sur l'évaluation des risques liés à l'ingestion de trois types de phycotoxines (Acide Domoïque (AD) et analogues, Acide Okadaïque (AO) et analogues et Spirolides (SPXs)) via la consommation de bivalves chez les pêcheurs à pied du Finistère, département français le plus concerné par les phycotoxines. Pour cela, il est nécessaire de disposer de données de consommation en fruits de mer et de contamination en phycotoxines. La consommation a été déterminée par un questionnaire de fréquence mené en face à face sur le lieu de pêche (512 individus) puis par un calendrier de consommation prospectif complété à domicile sur un mois (124 individus). Les teneurs en phycotoxine dans les bivalves ont été déterminées par chromatographie liquide haute performance à détection par spectrométrie de masse en mode tandem. Le suivi mensuel met en évidence deux types de profil de contamination : pics de contamination pour l'AD et l'AO versus présence continue de faibles concentrations de SPX. Les données d'exposition sont obtenues en combinant la consommation et la contamination via le logiciel @Risk. La comparaison des expositions aiguës à la dose de référence toxicologique aiguë permet de conclure que l'exposition à l'AD et à la SPX réprésente un risque acceptable pour la santé des pêcheurs à pied et donc a fortiori pour la population française générale. A l'inverse l'exposition aiguë à l'AO représente un risque pour les pêcheurs à pied. En termes de risque chronique : le risque lié à l'AD semble acceptable, tandis que celui lié à l'AO apparaît préoccupant et enfin, celui lié aux SPXs ne peut être caractérisé par absence de données toxicologiques.

Marque Bretagne