Foire aux questions

State FullText

Admission

> Avec quels diplômes ou équivalence puis-je accéder à la formation ?

Les étudiants, bilingues, ayant une expérience de la traduction, auront au préalable effectué,

pour l'entrée en M1 :

  • Une Licence 3 (ou équivalent) d’anglais (toutes universités françaises ou étrangères)
  • ou, à condition d’être parfaitement bilingues et d’avoir un haut degré de compétence dans un domaine technique (ingénieur, juriste…) toute Licence 3 ou diplôme équivalent dans une université française ou étrangère
  • ou, ayant exercé en tant que traducteurs, obtenu par validation des Acquis de l’Expérience (VAE), l’équivalent d’une telle Licence 3.

pour l'entrée en M2 :

  • Un M1 (toutes universités françaises ou étrangères)
  • ou, à condition d’être parfaitement bilingues et d’avoir un haut degré de compétence dans un domaine technique (ingénieur, juriste…) tout M1 ou diplôme équivalent dans une université française ou étrangère ou, ayant exercé en tant que traducteurs, obtenu par validation des Acquis de l’Expérience (VAE), l’équivalent d’un tel Master 1.

NB : l’admission au master se fait sur sélection. Si votre dossier est recevable, nous vous convoquerons aux épreuves écrites sur place à Brest.
 

 

> Quel est le numerus clausus du master RT ?

Pour l'entrée en M1 :

Le master recrute un maximum de 20 étudiants sur sélection.

Pour l'entrée en M2 :

20 étudiants.

Les candidats ayant validé leur année en Master 1 Rédacteur/Traducteur sont admis de droit en M2. Deux à trois places restent disponibles pour la formation continue.

> Quelle est la date limite de dépôt des dossiers ?

 

Le 14 mai 2017.

 

> Qu’est-ce que la VAE ?

La VAE, acronyme pour Validation des Acquis de l’Expérience, permet à toute personne, quels que soient son âge, son niveau d'études et son statut, de faire valider les acquis de son expérience pour obtenir une certification professionnelle. Trois ans d’expérience en rapport avec le contenu de la certification visée sont nécessaires. S’adresser au service de la formation continue de l’UBO, qui vous accompagnera pour monter ce dossier (compter six mois à un an) :

> En quoi consistent les examens de sélection ?

Par souci d’équité, nous ne communiquons aucune information sur la nature exacte des épreuves, hormis les informations suivantes :

  • M1 : écrit de 1h30, composé d'épreuves dont le nombre et la nature peuvent varier d’une année à l’autre. Il s’agit pour nous de mesurer tant le niveau d'anglais et de français (compréhension et rédaction) que l’aptitude des candidats aux métiers de la traduction et de la rédaction.
  • M2 : écrit d'1h30 plus un entretien en anglais et en français, suivi de questions diverses.
> Quels sont les critères de présélection ?
  • Le dossier est complet et bien présenté
  • Le candidat remplit les conditions requises
  • Son profil semble indiquer un réel intérêt pour les langues et la rédaction/traduction (séjours à l’étranger, stages, expériences diverses)
  • Un classement des candidats est effectué.

 

 

> Quel est le profil des étudiants du master ?
  • Ils aiment écrire (condition sine qua non)
  • Ils sont bilingues (anglais-français) ou véritablement quasi bilingues
  • Ils ont un bon niveau en informatique (plus de 50 % des cours au sein de la formation) ou, à défaut, ils sont prêts à combler leurs lacunes (codes, HTML, tableur)
  • Ils se sont documentés sur les métiers de la rédaction et de la traduction et ont si possible rencontré des traducteurs (techniques) en exercice
  • Ils ont des compétences en rédaction dans les deux langues (voire dans une troisième)
  • Ils communiquent bien oralement
  • Ils supportent le stress et sont capables de travailler en équipe
  • Ils ont si possible des connaissances dans un ou plusieurs autres domaines que les langues (informatique, commerce, droit, médecine, sciences, techniques…) ou sont prêts à acquérir de telles connaissances à un haut niveau
  • Ils sont très fortement motivés (et prêts notamment, à travailler jusqu'à 50 h par semaine pendant leur formation)
     

 

> Puis-je passer les tests d’admission à distance ?

Oui, mais uniquement si vous êtes hors France métropolitaine, soit parce que vous êtes étranger(e), soit parce que, Français(e), vous êtes à l’étranger ou hors France métropolitaine dans le cadre de vos études (échanges, stages...) et pouvez le prouver (fournir une attestation).

Dans ce cas, l’entretien s’effectuera via Skype (il vous appartiendra de vous équiper) et vous ferez le test écrit à distance également en même temps que les autres candidats (heure française).

Vous devrez rester disponible pendant 24h (date communiquée à l’avance) et recevrez le sujet par courriel, peut-être à une heure indue pour vous (selon votre fuseau horaire) et devrez le renvoyer par courriel à la fin de l’épreuve (tout retard sera éliminatoire).

> Puis-je candidater au master si je n’ai pas la nationalité française ?

Oui. Cas des étudiants étrangers issus de l’UE : compléter un dossier de validation, disponible en mai-juin sur le site de la faculté des Lettres et Sciences Humaines : http://www.univ-brest.fr/
Autres cas. Les étudiants doivent s'adresser au Service Commun Universitaire des Étudiants Étrangers


Service des Relations Internationales
3 rue des Archives - CS 93837
29238 Brest Cedex 3
Tél : (00 33 2) 98 01 81 56
Fax : (00 33 2) 98 01 60 01
Courriel : scuee@univ-brest.fr, sucri@univ-brest.fr


Les candidats doivent vérifier que leur pays ne fait pas partie de la trentaine de pays concernés par la procédure Campus France.
Pour plus de sûreté, les candidats qui passent par la procédure Campus France sont invités à nous contacter parallèlement pour nous faire part de leur candidature.

Le mieux est de candidater très tôt.
 

 

Formation

> Quel est l’objectif de la formation ?

L’objectif du Master est de former des rédacteurs / traducteurs techniques totalement opérationnels à l’issue de la formation, c’est-à-dire maîtrisant l’ensemble de la chaîne, de la réception de la documentation à la production d’un texte de qualité irréprochable, dans tous les formats.

> Sur combien de temps se déroule la formation ?

La formation, sur deux ans, comprend environ 800 heures d’enseignement (cours ou ateliers) à raison de 6 heures par jour du lundi au vendredi, de mi-septembre à fin mars (niveau M2). Un important travail personnel est également attendu, notamment au sein des « agences de traduction fictives ». La période de cours est ensuite suivie d’un stage en entreprise d’une durée de 4 semaines minimum en M1 et 16 semaines minimum en M2.

En M1, il convient d'ajouter une centaine d'heures pour la rédaction d'un mémoire.

En M2, un rapport devra être rédigé à l'issue du stage et soutenu lors du grand oral, qui a lieu mi-septembre.

 

> Quel est le volume horaire de cours par semaine ?

En M1, les cours peuvent avoir lieu du lundi au vendredi, de 8h à 18h. Un emploi à temps partiel (mi-temps maximum est éventuellement possible). Compter une quinzaine d'heures de cours/semaine, et le travail individuel de recherche, pour le mémoire.

En M2, Les cours ont lieu du lundi au vendredi, de 8 h à 18 h avec quelques créneaux libres pour le travail personnel (notamment le travail des agences de traduction fictives).

Les cours ont lieu de mi-septembre à fin mars avec 1 semaine de vacances à la Toussaint, une autre en février, 4 semaines autour de Noël (2 devant être dédiées à la recherche active de stage et au travail personnel).

> Quelles sont les langues d'enseignement ?

Le français et l’anglais.

> Puis-je me spécialiser dans une langue autre que l’anglais ?

Oui, par le biais du stage, mais à condition d’être, en plus, bilingue français-anglais. Le master R/T est néanmoins un master français/anglais. Tous les cours ont lieu en anglais ou en français et seule la maîtrise des ces deux langues est exigée. L'accent est mis sur l'apprentissage des outils de T.A.O. et du métier. Cela veut dire que tout étudiant peut ensuite, s'il possède d'autres langues, traduire de ces autres langues. Le diplôme est un diplôme de traduction en/fr mais nous pouvons délivrer une attestation (qui n'a pas la valeur d'un diplôme), une simple attestation donc, précisant que l'étudiant maîtrise telle autre langue et qu'il est capable d'effectuer les transferts de connaissances de la paire fr/en vers la paire fr/cette autre langue. Nous encourageons par conséquent les étudiants maîtrisant une 2ème langue étrangère à faire leur STAGE (4 à 6 mois à compter du 1er avril) dans cette langue (soit dans un pays où l'on parle cette langue, soit dans une agence traduisant depuis cette langue).

Rappelons d'autre part la règle d'or de la traduction : un traducteur travaille uniquement vers sa langue maternelle ou usuelle (« of common use »)), jamais (sauf circonstances particulières ou exceptionnelles) vers une autre langue.

> Est-ce que ce master forme à la traduction littéraire ?

Non, il s’agit d’une formation aux métiers de la rédaction et de la traduction dites techniques (technique, rédactionnelle, commerciale et marketing, juridique, médicale, etc.). Aucun cours n’est dispensé par exemple sur le monde de l’édition (sauf correction-révision) en tant que tel. Certains cours, les cours théoriques (linguistique, traductologie) notamment, peuvent aider l’étudiant qui souhaiterait finalement exercer dans le domaine littéraire et, bien entendu, certains types de textes (sciences sociales, etc.) sont à l’intersection du littéraire et du non-littéraire. Néanmoins nous recommandons à ceux qui sont certains de vouloir exercer dans le domaine de la traduction littéraire (à l’exclusion de la traduction technique) de rechercher un master de traduction littéraire.

> Peut-on faire la formation à distance ?

Non. La présence de fin septembre à fin mars sur 5 jours est indispensable. La formation suppose le maniement d’outils (de TAO, etc.) et donc la présence aux ateliers pratiques en salle informatisée. Le stage (avril à juillet ou septembre) peut être fait partout en France et dans le monde.

 

> Quelle est la place de la formation en France et en Europe ?

Le master RT est, depuis juin 2010, membre de l’AFFUMT (Association Française des Formations Universitaires aux Métiers de la Traduction). Depuis 2014, elle est labellisée EMT (European Master's in Translation) et applique ainsi les bonnes pratiques européennes.

> Ai-je un moyen de m’assurer de la qualité de la formation ?

Outre son appartenance à l’AFFUMT et les nombreux témoignages disponibles sur internet (voir ci-dessus), cette spécialité a obtenu en 2008 puis en 2011 la note A dans l’évaluation effectuée par l’AERES (l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur. (L’évaluation des formations comporte quatre niveaux de notation, A+, A, B et C [A+ (très) exceptionnel, A excellente formation, B Bonne formation, C formation convenable]).
La mention « Langues et communication », regroupant les spécialités « Rédacteur/Traducteur » et « Management de projets internationaux multilingues (MPIM) » a également obtenu en 2011 la note A.
L'obtention du label EMT nécessite la soumission d'un dossier extrêmement détaillé, garant de la qualité des enseignements.

Stage

> Le stage est-il obligatoire ?

Absolument (sauf si on l’a obtenu par VAE). Seuls les stages véritablement professionnalisants seront validés.

> Quelle doit être la durée du stage ?

En M1, 4 semaines minimum.

En M2, 16 semaines minimum.

> Comment trouver un stage, des annuaires d’entreprises sont-ils disponibles ?

Nous transmettons aux étudiants toutes les offres transmises par les entreprises dans lesquelles d'anciens étudiants ont déjà effectué un stage ou qui font appel à nos services pour leur recrutement. Le Master participe également au projet Agora.

> Est-il possible de faire son stage à l’étranger ?

Oui, Chaque année, plusieurs étudiants effectuent leur stage à l’étranger, où ils ont, en tant que francophones, une vraie valeur ajoutée (récemment en Grande-Bretagne, au Canada, en République tchèque, en Australie, en Colombie...).

> Dans quels secteurs puis-je effectuer mon stage ?

Le stage peut être effectué dans tous les secteurs d'activité, à condition de porter principalement sur la traduction et/ou la rédaction. Sauf exception, il convient d'éviter les entreprises unipersonnelles.

débouchés

> À quels métiers puis-je prétendre avec un Master RT ?

Depuis sa création en 2002, le master RT a un taux d’insertion exceptionnel, proche de 100 %. Un peu plus de la moitié des anciens étudiants créent leur entreprise, un peu moins de la moitié travaillent en entreprise de traduction ou sont salariés de diverses entreprises ou institutions. Parmi ces quelque 45 % qui ont un statut de salarié, 60 % environ sont traducteurs techniques, 20 % rédacteurs techniques et 20 % exercent différents métiers de la communication (écrivain public, webmestre, traducteur audiovisuel (sous-titrage)...

→ Les objectifs de la formation

 

> Quel est le taux d’obtention du Master RT ?

Entre 80 et 100 % selon les années, mais l'ouverture du M1 en 2017 empêche toute statistique.

> Quels métiers exercent aujourd’hui les anciens élèves du master RT ?

Consultez les résultats de la dernière enquête sur l'insertion professionnelle à 18 mois des diplômés de ce master sur le site de Cap' Avenir.

 

> Être traducteur indépendant, c’est possible ?

Oui. Il existe divers statuts (enseignés dans la formation). Près de 60 % de nos anciens étudiants exercent en tant qu’indépendants.  

→ Voir rubrique Témoignages

 

> Les entreprises qui prennent des stagiaires les gardent-elles souvent par la suite ?

Cela arrive. Pour la promo 2015/2016, deux étudiants sur quatorze ont été directement embauchés en CDI et une en CDD. Mais il arrive plus souvent qu’elles confient des missions à d’anciens stagiaires devenus traducteurs indépendants, ce qui peut constituer un coup de pouce essentiel. 

> Peut-on s’orienter vers la recherche après obtention du Master RT ?

Oui, un ancien étudiant du master a soutenu sa thèse en 2013.

 

Marque Bretagne