Fabio Regattin

Fabio Regattin

Chercheur en Langue française et traduction auprès de l’Université de Bologne

Fabio Regattin travaille également comme traducteur pour l’édition et pour le théâtre. Il s’intéresse spécialement à la traduction des jeux de mots, à la traduction pour le théâtre et aux rapports qui relient la traduction et l’évolution culturelle. Parmi ses publications récentes figurent Le Jeu des mots. Réflexions sur la traduction des jeux linguistiques (2009), Teatro contemporaneo del Québec (édition, avec Pino Tierno, d’une anthologie du théâtre québécois contemporain, 2011) et Mille modi per crepare in montagna (traduction et édition de Série blême, pièce en vers de Boris Vian, 2012).

http://www.unibo.it/docenti/fabio.regattin2

 

Communication Forum T&R 2014

Avatars contemporains de Darwin : la ‘translation’ française de The Origin of Species de l’après-guerre à aujourd’hui
Contemporary avatars of Darwin: The French “translation” of “The Origin of Species” from postwar to present day

Ma communication portera sur un cas de descent with modification{t2} dans le domaine culturel: la «translation» (Berman) française de The Origin of Species de Charles Darwin (1859) dans la deuxième moitié du XXe et au XXIe siècle. L’Origin peut être considérée à juste titre comme un monument de la pensée scientifique moderne. À l’époque de sa publication, elle a ouvert un champ d’études entièrement nouveau, en donnant lieu à un véritable changement de paradigme (au sens kuhnien) dans les sciences du vivant ; aujourd’hui – bien que des oppositions existent et prennent parfois une ampleur alarmante – la théorie darwinienne n’est plus en discussion, et elle s’est convertie en «science normale». Cela n’a pas affecté le succès éditorial du texte, qui continue à être lu, publié et traduit. La communication résumera brièvement l’histoire française de l’Origin (une histoire singulière tant du point de vue de la réception des idées de Darwin, plus compliquée qu’ailleurs, que du point de vue de la série retraductive, avec une explosion éditoriale à la fin du XIXe siècle et, ensuite, plus d’un siècle de silence) pour se concentrer ensuite sur le destin du texte à partir de l’après-guerre, au moment où la biologie française se remet au diapason de la recherche internationale en s’intégrant à la « synthèse néodarwinienne » liée à la théorie chromosomique de l’hérédité. Sans négliger l’histoire de l’édition et des réimpressions des traductions du XIXe siècle (dont la persistance est elle-même significative), nous nous concentrerons surtout sur deux versions de l’Origin, publiées en 1992 par Flammarion (texte établi par Daniel Becquemont, à partir de la traduction d’Edmond Barbier) et en 2009 par Champion et Slatkine (traduction d’Aurélien Berra), en les analysant tant au niveau textuel que paratextuel. Comme on le verra, ce n’est qu’avec cette dernière version que le texte de Darwin accède en France, même du point de vue textuel, au statut de classique des sciences naturelles.

This article will address a case of ‘descent with modification’ in the cultural field: the French “translation” (Berman) of Charles Darwin’s The Origin of Species (1859) in the second half of the 20th century and in the 21st century. The Origin is rightly considered by many to be a monumental work of modern scientific thought. At the time of publication, it opened up an entirely new field of study, leading to a complete change in paradigm (in the Kuhnian sense) in the life sciences. Despite objections that sometimes reach alarming proportions, today Darwinian theory is no longer a topic of debate, but rather accepted as mainstream science. This has done little to alter the publishing success of the text, which continues to be read, published, and translated. This article will briefly summarize the history of The Origin in France (remarkable both from the standpoint of the reception of Darwin’s ideas, more complex than elsewhere, and from the standpoint of the long series of translations, culminating in a publishing explosion at the end of the 19th century and followed by more than a century of silence) in order to focus on the fate of the text in the postwar context, at a time when French biology fell into step with international research by integrating the “neo-Darwin synthesis” related to the chromosome theory of heredity. Keeping in mind the editorial history and the reprints of 19th-century translations (of which the endurance is in and of itself significant), we will primarily study two versions of The Origin through textual as well as para-textual analysis: the first published by Flammarion in 1992 (text constituted by Daniel Becquemont based on Edmond Barbier's translation) and the second published by Champion and Slatkine in 2009 (translated by Aurélien Berra). As we will see, it is only with this most recent version that Darwin’s work has gained status in France as a classic text in the natural sciences.

L'Université est une chance

Marque Bretagne