SCHNITZLER Marie

Post-doctorante
Docteure en sciences sociales et politiques - Option anthropologie


Chercheuse associée au LASC (Université de Liège) et au LAM (Université de Bordeaux)
Etablissement : Université de Bretagne Occidentale
Affectation de recherche : LABERS (LABoratoire d'Etudes et de Recherches en Sociologie)

Photo
LogoUBO
Logo
Pour la messagerie : prénom.nom@univ-brest.fr
Page personnelle :

À la jonction des disability studies, de l’anthropologie médicale et politique et des études sur le care, je m’intéresse à la manière dont les politiques sociales et médico-sociales impactent la vie ordinaire de leurs bénéficiaires dans le champ du handicap.

Ainsi ma thèse (soutenue en décembre 2017 et financée par le FNRS belge) interroge les subjectivités particulières que produit la déficience locomotrice dans la ville postapartheid au moyen d’une ethnographie de la vie ordinaire. La déficience locomotrice (toute limitation des déplacements due à une infirmité des membres inférieurs) y est conçue comme une épreuve, c’est-à-dire un évènement qui rompt avec le quotidien et met sous tension les responsabilités des différents acteurs impliqués – personnes en situation de handicap, familles, État, etc. Ces tensions s’articulent sur différents niveaux, dont trois sont particulièrement discutés dans la thèse : le champ politique qui détermine un certain type de citoyenneté, les réseaux sociaux qui constituent la personne et enfin le rapport des acteurs en situation de handicap à leur histoire personnelle.

Depuis mars 2018, je travaille sur le Programme PHV-Cornouaille au LABoratoire d’Etudes et de Recherches en Sociologie (Université de Bretagne Occidentale). Cette recherche vise à mieux comprendre l’accueil et l’accompagnement des personnes en situation de handicap vieillissantes dans le Finistère Sud. Financé par le Département du Finistère et imaginé en partenariat avec Solida’Cité, ce programme interroge les effets de l’avancée en âge sur les personnes en situation de handicap et sur les (nouveaux ?) besoins que ce vieillissement peut susciter. Dans un second temps, une étude comparative des réponses apportées à cette question sociale et politique dans d’autres pays européens est prévue pour contextualiser les données récoltées dans le Finistère.