Service culturel

Les Abords - espace d'exposition et de recherche

La salle des Abords accueille six à huit expositions par an, qui représentent des approches variées des arts plastiques et visuels. L'innovation en 2017 est la mise en œuvre d'une commission mixte de programmation comprenant des membres de l'UBO mais aussi des représentants du Centre d'Art Contemporain Passerelle, de l'EESAB, de Documents d'Artistes Bretagne, du Musée des Beaux-Arts de Brest, de la Ville de Brest, de manière à inscrire la salle des Abords dans le tissu des lieux de l'art contemporain en Finistère.

Espace d'exposition et de recherche Les Abords
situé en bordure de la faculté Victor Segalen
20 rue Duquesne - Brest

Horaires habituels d'ouverture : du lundi au jeudi de 12:30 à 14:00 et de 16:00 à 18:30, et le vendredi de 12:30 à 14:00


Programmation 2019 / 2020

du 19 septembre au 1er octobre 2019
L'air sera obscurci de battements d'ailes
exposition des diplômé·e·s DNSEP Design - EESAB, sites de Brest et de Rennes

du 10 au 23 octobre 2019 ♦ 
Figures du CRBC 2019 et Le fin fonds du CRBC. Richesses d’une bibliothèque
dans le cadre des 50 ans du Centre de recherche bretonne et celtique

du 07 au 26 novembre 2019 ♦ 
Pulsatio, présentation des travaux des étudiant.e.s de 2ère et 3ème années de Licence Arts de l'UBO, dans le cadre du festival RESSAC

du 05 au 16 décembre 2019
Maeva. Art contemporain polynésien (Tahiti)

♦ du 06 janvier au 14 février 2020
Fishing with John*,exposition (1er épisode) proposée par Nicolas Rabant, avec Aurélie Pagès, Antoine Dorotte, (Antony L)îl(l)e, (Hugo Le)me(ai)r(e), (Boris Geof)fro(y)id, Pascal Rivet, Camille Girard & Paul Brunet, Blaise Parmentier et Francesco Finizio.
*Pêcher avec John

du 02 mars au 8 avril 2020
Equipée horizontale d'Anaïs Dunn et Isabelle Audouard
dans le cadre du Centenaire Victor Segalen et du dispositif FADA


 
L’air sera obscurci de battements d’ailes - Exposition des diplômé·es DNSEP Design - EESAB, sites de Brest et de Rennes

du 19 septembre au 1er octobre 2019 - Vernissage : jeudi 19 septembre 2019 à 18h


 

L’École européenne supérieure d’art de Bretagne expose une partie des travaux de ses dix-sept diplômé·e·s de cinquième année en design, présentant ainsi la diversité des pratiques, des approches et des savoir-faire déployés dans les sections Design des sites de Brest et de Rennes. Ce sont autant de manières d’envisager l’intervention du designer dans la société qui sont ici exposées, de la création d’un cuir d’algue à la conception de mobilier pour résidence universitaire, de la matérialisation du sentiment de satiété au recyclage des filets de pêche.
Commissariat : Lilian Froger


Liste des diplômé·e·s, sites de Brest (B) et Rennes (R)
Raphaëlle Beaurin (R), Loïck Boudier (B), Claire Colders (R), Iris Ferré (R), Alexandra Goinvic (B), Clément Gouablin (R), Juliette Hamon (R), Amélie Laurent (B), Yann Louboutin (B), Lucile Marsaux (R), Gaëlle Mevel (B), Sarah Montreuil (R), Candice Quédec (R), Paco Tiendrebeogo (B), Guillaume Thireau (R), Léo Thomas (R), Sophie Vilette (R).

du 19 septembre au 1er octobre 2019 - Vernissage : jeudi 19 septembre 2019 à 18h

© Candice Quédec, Haf Bag, 2019


 Les expositions Le Fin fonds et Figures du CRBC 2019 dans le cadre des 50 ans du Centre de recherche bretonne et celtique

Figures du CRBC 2019

Par le biais de portraits photographiques, il s’agira de faire découvrir celles et ceux – chercheurs associés, émérites, doctorants, enseignants-chercheurs, étudiants, lecteurs de la bibliothèque, personnels administratifs – qui font exister le CRBC au quotidien.

Marion Volant est une photographe née en 1987 qui travaille la photographie analogique et digitale. Son univers se nourrit de contemplations. Ses créations picturales et poétiques sont le produit d’un regard sur le réel et le rêve. Lumière et couleurs sont étudiées avec soin. Éclectique, elle aime autant capturer la spontanéité de l’instant que l’élaboration d’une mise en scène orchestrée.

site web : www.marionvolant.com

 *****

Le fin fonds du CRBC. Richesses d’une bibliothèque

Dès sa création, l’équipe de recherche du CRBC s’est réunie autour d’un fonds documentaire constitué de deux bibliothèques achetées sous l’impulsion d’Yves Le Gallo : celle d’un érudit du cap Sizun (Daniel Bernard), celle d’un militant breton (Francis Even) qui céda également ses archives. Depuis 50 ans, cette politique continue d’acquisition fait de la bibliothèque du CRBC une institution unique au monde dans ses domaines de recherche, conservant 68 000 ouvrages, 2 300 titres de revues et plus d’une centaine de fonds d’archives, dont ceux d’Anatole Le Braz et Pierre-Jakez Hélias. Associée au CNRS, cette bibliothèque possède un véritable trésor dont nous sommes heureux de présenter quelques joyaux, diamants bruts, habituellement réservés aux établis des chercheurs, aujourd’hui exposés au public.

Des visites commentées de l’exposition « Le fin fonds du CRBC. Richesses d’une bibliothèque » seront proposées en français et en breton.
 

du 10 au 23 octobre 2019 aux Abords

Le programme des 50 ans du CRBC : ICI


Pulsatio

Durant une année, les étudiants inscrits en Licence Arts à l'UBO se sont intéressés aux travaux actuels en scinces de l'environnement. Le résultat de cette recherche, menée avec la collaboration du Cedre (Centre de documentation de recherche et d'expérimentation sur les pollutions accidentelles des eaux) et sous la direction de Fabien Riera, anthropologue de la soutenabilité, prend la forme d'une exposition d'oeuvres pluridisciplinaires qui interrogent la notion de résilience.

Ce projet a bénéficié de l’accompagnement du Centre de documentation de recherche et d’expérimentation sur les pollutions accidentelles des eaux. L’exposition a été rendue possible grâce à la collaboration d’étudiants de la filière Image & Son de l’UBO. L’exposition Pulsatio est présentée dans le cadre des 40 ans du Cedre.

du 07 au 23 novembre 2019 - Vernissage : lundi 18 novembre 2019 à 18h

Festival Ressac - du 16 au 22 novembre


Maeva. Art contemporain polynésien (Tahiti)

Participera à cette exposition une vingtaine de créateurs originaires de Polynésie française, artistes confirmé·e·s, jeunes diplômé·e·s et plusieurs auteur·e·s et poètes.

*******

Le Centre des Métiers d'Art de Polynésie française

Le Centre des Métiers d'Art de Polynésie française est le lien qui unit tous ces artistes, établissement où certain·e·s se sont formé·e·s, ou d'autres enseignent ou encore un lieu où des professionnel·le·s aiment à s'y retrouver.

Ce centre est une institution territoriale ayant une mission de service public de perpétuer les arts traditionnels polynésiens en formant des élèves à la gravure, à la sculpture, à la vannerie et aux arts plastiques.

Sous la direction de Viri Taimana, artiste et ancien enseignant aux Beaux-Arts de Toulon, le centre s'est ouvert à l'art contemporain depuis 2008. Ils co-organisent notamment les Putahi, rencontres d'artistes contemporain·e·s océanien·ne·s dont l'objectif est de contribuer à l'émergence d'une scène artistique océanienne contemporaine au niveau panocéanien.

Une bibliothèque riche d'un fond d'ouvrages sur les cultures oéaniennes, un jardin botanique et plusieurs ateliers constituent un lieu bénéfique pour la formation.

Pour Géraldine Le Roux, anthropologue à l'Université de Bretagne Occidentale (UBO) et commissaire de l'exposition, missionnée par l'association Segalen pour monter un projet polynésien venant clore le cycle Segalen, l'exposition à l'UBO ne pouvait se faire qu'avec le Centre des Métiers d'Art de Polynésie française, vivier de jeunes talents et lieu en constante émulation, un établissement qui va célébrer en 2020 ses quarante ans.

La résidences d'artistes tahitien·ne·s (3) à Brest (25 novembre au 18 décembre 2019) permettra d'interroger les rapports entre la création artistique et les revendications identitaires et de sensibiliser les étudiant·e·s brestois·e·s au riche patrimoine polynésien ainsi qu'au processus d'appropriation culturelle.

Le Pacifique pensé comme une mer d'îles selon l'expression consacrée de l'anthropologue et essayiste tongien Epeli  Hau'Ofa a inspiré cette exposition qui a été conçue selon une double thématique, dresse à deux fils : Segalen d'un côté, la souverainté de l'autre.

Segalen, c'est cet auteur breton d'origine, qui a fait connaître la Polynésie française à des générations de lecteurs/lectrices français·e·s, contribuant à diffuser une certaine forme d'exotisme sur laquelle il est essentielle de revenir.

L'autre ligne conductrice, c'est la souveraineté autochtone et la parole que portent des artistes polynésien·ne·s qui furent invité·e·s à discuter notamment des questions de pollution marine

*******

Maeva

Résonnant comme une parole de bienvenue, Maeva, est synonyme de Manava, « un nom des entrailles, du ventre, ce ventre polynésien - siège des sentiments - où se fixe la conscience. Les anciens enjoignaient aux jeunes générations d’y attacher souvenirs, expériences, récits, connaissances afin que s’y développent l’intelligence et la maturité ». Manava fut le titre de la première exposition internationale du Centre des Métiers d’Art, évènement pensé comme un espace de puissance, « à la fois lieu des origines et un lieu de passage, de transition, un lieu en tension entre le passé et l’avenir [...] un espace pour se construire aujourd’hui afin de se projeter demain. » *

 

L’exposition établit l’existence d’une pensée autochtone polynésienne contemporaine investissant les arts visuels. Il y est fait état des questionnements de créateurs polynésiens sur leur société, leur inscription dans ce monde ainsi que leur participation à ce dernier.

 

À travers des œuvres développées sur divers médiums, l’exposition Maeva propose un regard unique sur l’univers des Polynésiens du XXIème siècle.

L’exposition a comme titre Maeva et est synonyme de Manava, nom d’un projet antérieur porté par le CMA. La première exposition de grande envergure du CMA fut présentée au Musée de Tahiti et dans une université américaine.

Le premier volet était ouvert aux enseignants du CMA et à leurs étudiants inscrits afin qu’ils expérimentent une exposition à l’étranger et qu’ils deviennent de véritables « acteurs culturels porteurs de messages et de patrimoines ».

L’exposition à Brest, second volet, intègre des artistes expérimentés et de nouveaux diplômés, dont des étudiants installés en France, projet permettant d’encourager la jeune génération à faire sa place sur la scène artistique contemporaine.
 

 * Extrait du catalogue d’exposition Manava. Art contemporain tahitien, 2016

*******

Programme

Résidence d'artistes polynésien·ne·s (3) : à partir de fin novembre 2019 / table ronde d'artistes : vendredi 6 décembre à 11h / lectures de textes d'auteurs polynésiens à la librairie Dialogues : samedi 7 décembre à 11h30.

Ciné-débat, au Cinéma Les Studios : samedi 7 décembre de 19h00 à 22h00/: projection d’un court métrage sur le Centre des Métiers d’Art (30 min) et d’un documentaire Pouvana (52 min’) de Marie-Hélène Villierme (soirée à confirmer)

du 5 au 16 décembre 2019 aux Abords - Vernissage : jeudi 5 décembre 2019 à 18h


Photographie : Opa’a no te raiti de Jean-Daniel Devatine (2018)
Opa’a (noix de coco marron), riz - 16 x 15 x 12 cm

© Jean-Daniel Devatine et CMA


Equipée horizontale d'Anaïs Dunn et Isabelle Audouard (exposition proposée dans le cadre du centenaire Victor Segalen - projet soutenu par le dispositif FADA)

L'exposition Équipée horizontale

Autour des problématiques sculpturales, Isabelle Audouard et Anaïs Dunn s'interrogent - dans cette ère contemporaine que nous nommons l'Anthropocène - et leurs travaux résonnent avec l'œuvre poétique de Victor Segalen, sa vie, ses écrits, ses excursions.

L'exposition Équipée horizontale relate les déplacements que nous effectuons à la surface de la Terre : les expéditions - horizons, mers, pôles -, les migrations ou les cheminements intérieurs. Elle étend ses frontières jusqu'au cosmos et pousse les bornes de nos préoccupations environnementales et écologiques.
Esquisses sculpturales et élaborations de nouveaux paysages, l'exposition éprouve l’univers par des forces telluriques ou magnétiques. Un voyage dans la relation au monde tant que celui à soi-même.

L'association Segalen de Brest
L'association Segalen de Brest a été créée pour défendre et illustrer l'héritage et l'actualié de Victor Segalen (1878-1919) en lien avec la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (UBO) qui porte son nom.

La volonté de cette nouvelle association est de proposer différentes manifestations pour marquer la célébration du centième anniversaire de la mort de Victor Segalen.

L'objectif du centenaire est de faire découvrir ou redécouvrir la figure d'un homme aux multiples visages : écrivain, poète, médecin de la marine, archéologue, ethnologue, musicien...

Fac Amie des Arts
Le dispositif FADA, Fac Amie des Arts, invite à montrer que l'université est un lieu d'inventivité, de créativité, d'ouverture au monde dans toute sa diversité. L'UFR Arts / Lettres / Langues / Sciences Humaines et Sociales invite tou.te.s ses usagères et usagers à proposer des projets d'événements ou de manifestations qui permettent de décloisonner les savoirs, les imaginaires, de concilier raison et émotions.

Deux appels à projets pour la période allant du 1er septembre 2019 au 31 décembre 2020 seront lancés.

du 02 mars au 08 avril 2020 - Vernissage : mars 2020 à 18h