Centre de Recherche Bretonne et Celtique

Centre de recherche
bretonne et celtique

Collex Persée

Roland Bizien

Doctorat de Sciences Po Paris en histoire

historien indépendant, chercheur associé au CRBC

rolbizien@gmx.fr

Champs de recherche

Histoire sociale de Brest et des milieux populaires aux XIXe et XXe siècles :

  • Sociabilités, lieux de vie, violence, entraide et solidarités, alcool, langage populaire, prostitution, maintien de l’ordre, justice de paix…
  • Histoire urbaine de la Bretagne aux époques moderne et contemporaine

Parcours professionnel

2011–2020 : professeur d’histoire-géographie, lycée Amiral Ronarc’h, Brest

2010–2011 : professeur, collège de Kérichen, Brest

2006-2010 : professeur, collège des Quatre Moulins avec complément de service successivement aux collèges Saint-Pol-Roux, Harteloire et Anna Marly, Brest

2005-2006 : professeur aux collèges de Kérichen et de l’Harteloire, Brest

2000-2005 : professeur au lycée polyvalent Jean Zay, Orléans (Loiret)

1999-2000 : professeur au collège Jules Ferry d’Auneau (Eure-et-Loir)

1996-1999 : moniteur à l’Institut d’Études Politiques de Paris ; tuteur pédagogique : Pierre Milza ; laboratoire : CHEVS

Octobre 1997 à avril 1998 : organisation et suivi scientifique du colloque “l’année 1947” organisé les 5-6-7 décembre 1997 à Sciences Po Paris

1991-1995 : Maître d’internat puis surveillant d’externat successivement au Collège Val d’Elorn de Sizun (Finistère), au Lycée Professionnel Dupuy de Lôme à Brest puis au collège de Mescoat à Landerneau

Formation

Doctorat de Sciences Po Paris en Histoire, 2006

Agrégation externe d’histoire 1997

CIES Sorbonne, 1996-1999

DEA de l’IEP de Paris, cycle supérieur d’histoire du XXe siècle, juin 1995

Maîtrise d’histoire moderne, juin 1994, UBO, Brest

Classe préparatoire à l’École Normale Supérieure de Cachan, 1989, Rennes

Présentation des travaux et publications

Vivre à Brest à la fin de l’Ancien Régime. (1763-1789), maîtrise d’histoire moderne, UBO, Brest, CRBC, juin 1994, 149 p.
La société brestoise de la fin du XVIIIe siècle est étudiée à partir de sources judiciaires (procédures criminelles et civiles) et de police, en s’appuyant largement sur les acquis des travaux de Nicole et Yves Castan, Daniel Roche, Arlette Farge et Robert Muchembled

Identités et cultures populaires à Brest au début du XXe siècle (1900-1902), DEA d’histoire du XXe siècle, Paris, IEP, juin 1995, 189 p.
Les milieux populaires brestois au début du XXe siècle sont analysés notamment grâce au registre d’audiences du tribunal de simple police de la ville. Rédigé au moment où les apports de la micro-histoire ne sont pas encore formalisés, ce mémoire de DEA, réalisé sous la direction de Serge Berstein, n’utilise encore que les méthodes de l’histoire sociale traditionnelle tout en essayant de repérer, par-delà les groupes, le jeu des individus. 

“Criminalité diffuse, violences banales et solidarités ordinaires à Brest à la fin de l’Ancien Régime ”, Les cahiers de l’Iroise, n°182, avril 1999.
Cet article synthétise le mémoire de maîtrise en essayant de montrer qu’en l’absence de codification juridique les conventions sociales constituent un facteur décisif d’explication de la variabilité de la limite entre l’attitude répréhensible et le comportement admissible.

“Boire, se battre et s’injurier : la violence des conflits ordinaires à Brest à la fin du XIXe siècle”, Kreiz 13, CRBC, 2000.
Cet article reprend la communication du colloque de Brest en avril 1999. Il s’agit d’une présentation problématique de quelques-uns des thèmes centraux de la thèse, à savoir la violence physique et verbale et la place de l’alcool dans la société brestoise de la fin du XIXe siècle, saisis notamment au travers de l’activité pénale (tribunal de simple police) et civile des juges de paix.

Une Société urbaine relationnelle à la fin du XIXe siècle. Brest. (1889 – 1915), thèse de doctorat, Paris, IEP, École doctorale de Sciences Po, 2006, 433 p, ANRT, 2008.
La thèse étudie, grâce à un large croisement de sources, les relations interpersonnelles et sociales au sein des milieux populaires brestois à la Belle Époque. L’enquête emprunte aux méthodes des modernistes et de la micro-histoire de manière non exclusive en variant les focales pour souligner à quel point débordements et violences relèvent davantage de la sociabilité que de la déviance.

Vivre dans la fureur de Brest. Histoire du Brest populaire à la Belle Époque, édition reportée, à paraître chez Skol Vreizh en 2023.

Lab members