international

International

Brexit or not Brexit?

Image

Voici la question que toutes les personnes concernées par la mobilité des étudiants et des personnels se posent depuis plusieurs mois, un Brexit dur signifiant une sortie du programme Erasmus+ du Royaume-Uni.

Par Philippe Le Parc, chargé de mission mobilité étudiante à l'UBO

A l’UBO les premières réflexions ont commencé au début de l'année 2018 avec deux problématiques : laisse-t-on des étudiants partir en mobilité en 2018/2019 ? et, que fait-on vis à vis de nos partenaires actuels ?

Une réponse positive a été apportée à la première question car au vu de la qualité de nos relation partenariales le risque que nos étudiants soient mis à la porte des universités le 29 mars 2019 nous semblait faible. Il faut savoir que d'autres universités européennes ont fait des choix différents, interdisant par exemple les mobilités au deuxième semestre ou encore ne finançant les étudiants que jusqu'au 29 mars.

Concernant la deuxième question, il a semblé évident que rencontrer nos partenaires pourrait nous permettre à la fois d'avoir leur sentiment sur le Brexit, d'envisager les années futures, de resserrer les liens et d'en créer de nouveaux. Une mission a été organisée début juillet 2018 en direction de 4 universités situées dans le Sud-Ouest du Royaume-Uni : Plymouth, Southampton-Solent, Bangor et Swansea. L'UFR Sciences et Techniques, l'UFR Lettres et Sciences Humaines, l'UFR Droit Economie Gestion et AES étaient représentées par leurs coordinateurs RI respectifs et le reste des composantes par deux personnes de la Direction Europe et International. L'accueil a été chaleureux et notre visite appréciée dans chacune des universités. Toutes ont confirmé d'une part leur volonté de continuer à travailler avec l'UBO et d'autre part que le flou généré par le Brexit rendait l'avenir complexe...

Depuis le début de l'année universitaire 2018/2019, nous suivons avec attention les différents votes successifs organisés au Royaume-Uni avec 3 inquiétudes : nos étudiants pourront-ils continuer à étudier au RU après le Brexit ? Pourrons-nous assurer leur financement jusqu'à la fin de leur mobilité ? Pourrons-nous envoyer des étudiants faire des études au Royaume-Uni l'année prochaine ? A ce jour, nous avons des réponses aux deux premières questions. Les 14 universités partenaires de l'UBO au Royaume-Uni ont toutes confirmé que les étudiants pourraient bien finir leur année universitaire (2018/19), à savoir suivre les cours, passer les examens et bénéficier des services étudiants. La commission européenne, nous autorise, depuis quelques jours, à utiliser les fonds du programme Erasmus+ pour toutes les mobilités commencées avant le 29 mars en études et ou en stage. Si cela n'avait pas été le cas, l'UBO aurait pris ses responsabilités et avait décidé de combler ou de palier au manque dans un souci de continuité et de soutien aux étudiants.

Reste aujourd'hui la question de l'année prochaine (2019/20). A ce jour seule l'université de Nottingham a souhaité signer un accord bilatéral de coopération. Les 13 autres universités nous ont toutes confirmé leur intérêt pour les échanges avec l'UBO mais attendent encore avant de s'engager fermement.

Aux dernières nouvelles il semble que la question ne soit plus "Brexit or not Brexit", mais "Which Brexit ?". Un Brexit avec accord permettrait au Royaume-Uni de rester dans le programme Erasmus, un Brexit sans accord marquerait la fin d'une époque et nous obligerait à re-négocier avec tous nos partenaires... Wait and See !
 

WELCOME TO UBO

English version

 

Lire la suite