international

Europe et International

Vous effectuez actuellement une mobilité internationale dans le cadre de vos études à l'UBO ou vous préparez une mobilité au 2nd semestre 2020-21

Date de la dernière mise à jour : 23 novembre 2020

L'évolution de l'épidémie de Coronavirus (COVID-19) amène l'établissement à établir des règles restrictives quant aux conditions de séjour à l'étranger. 

Vous trouverez ci-après les réponses à vos questions si :
(1) vous décidez un retour anticipé en France en interrompant votre mobilité

(2) vous décidez de poursuivre votre mobilité à l’étranger

(3) vous souhaitez partir en mobilité au second semestre 2020-2021

Nous vous rappelons également la nécessité de suivre scrupuleusement les consignes sanitaires en vigueur dans votre pays d'accueil jusqu'à votre départ : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/

Vous trouverez par ailleurs les informations communiquées quant aux mesures nécessairement évolutives mises en œuvre au sein de l'UBO au lien suivant: https://www.univ-brest.fr/hygiene-securite/menu/COVID-19/Etudiants

(1) Je souhaite rentrer en France et interrompre ma mobilité internationale

> Que dois-je faire concrètement si je décide d’interrompre ma mobilité internationale ?

Vous devez d’abord en informer :

- La Direction Europe & International de l'UBO : dei@univ-brest.fr et le coordinateur des relations internationales au sein de votre composante (Faculté, Ecole, Institut).

- Votre responsable pédagogique à l'UBO (responsable de formation, référent ou tuteur Relations Internationales) qui vous explicitera les modalités mises en œuvre par votre formation pour assurer la continuité pédagogique de votre cursus.

- Votre responsable pédagogique dans l’université d’accueil (ou votre responsable de stage si vous effectuez une mobilité hors université) qui vous informera le cas échéant sur les possibilités de poursuite du cursus à distance depuis la France (cours et/ou examens).

- Votre correspondant administratif dans l’université d’accueil (Service de Relations Internationales, Study Abroad, Incoming coordinator,…) qui vous informera sur les démarches à accomplir avant votre départ.

Vous devez faire signer votre attestation de départ (attestation de présence) auprès de l’université d’accueil. Ce document atteste de la fin de votre mobilité à l’étranger et sera nécessaire pour la gestion de votre bourse de mobilité. En cas d’impossibilité de faire valider ce document (fermeture des services de l’université notamment), veuillez conserver tout document justifiant de la date de votre retour (billet d’avion par ex.).

Vous devez par ailleurs conserver tout document justifiant de frais engendrés par un retour anticipé. Ils pourront être utiles à la gestion de votre dossier de bourse de mobilité.

> Je souhaite rentrer en France mais suis bloqué dans mon pays d’accueil (annulation des vols par ex.): que dois-je faire ?

L'UBO ne peut pas financer votre rapatriement mais peut vous accompagner dans la mesure du possible afin de trouver une solution pour votre retour (Contact : dei@univ-brest.fr). Nous vous demandons de veiller au respect strict des consignes sanitaires diffusées par les services consulaires français dans votre pays d’accueil: https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/ et de vous conformer aux recommandations de votre université ou structure d’accueil (stages).

Nous vous rappelons l’utilité de vous inscrire sur le Fil d’Ariane: https://pastel.diplomatie.gouv.fr/fildariane/dyn/public/login.html : vous recevrez par e-mail ou SMS des informations et des consignes de sécurité et la personne de contact désignée sur votre compte pourra également être prévenue le cas échéant.

> Ma famille pourra-t-elle venir me chercher à l’aéroport à mon retour en France en raison des mesures de confinement ?

L’autorisation de déplacement diffusée par le ministère de l’intérieur prévoit la possibilité de déplacement pour « motif familial » : elle pourra donc être utilisée à cette fin.

> Quels cours dois-je suivre à mon retour en France ? Puis-je continuer à distance mon cursus auprès de mon université d’accueil ?

Certains partenaires étrangers ont d’ores et déjà prévu la possibilité de suivre les cours à distance. Vous pouvez donc les suivre, même depuis la France.
Dans le cas d’une impossibilité de suivre les cours à distance du partenaire, vous devez vous rapprocher de votre responsable pédagogique à l'UBO pour connaître les modalités de substitution mises en œuvre.

> Je suis étudiant en double diplôme, puis-je valider mon cursus de l’université d’accueil depuis la France ?

C’est possible si l’université d’accueil a mis en place des cours à distance (ainsi que des examens). Si ce n’est pas le cas vous devez vous rapprocher de votre responsable pédagogique à l'UBO pour connaître les modalités de substitution mises en œuvre.

> Devrai-je retourner dans mon université d’accueil pour passer les examens ?

La possibilité de retourner dans votre université d'accueil dépendra de l'évolution de la situation sanitaire. Votre université d’accueil pourra mettre en place des modalités d’examen à distance (télé-examens). Si ce n’est pas le cas et s'il vous est impossible de retourner dans le pays d'accueil, les modalités mises en place à l'UBO pour vous permettre de valider votre année vous seront communiquées par votre responsable pédagogique.

> Une compensation financière de l'UBO est-elle prévue pour les frais liés à l’interruption de ma mobilité et au retour en France ?

La DEI ne pourra pas intervenir pour financer les voyages retours en cas de rapatriement, mais étudiera au cas par cas les éventuels frais supplémentaires encourus (loyers, etc.) le cas échéant.

 

> Le versement de ma bourse liée à ma mobilité internationale sera-t-il interrompu à mon retour en France?

L'UBO gère des bourses de plusieurs financeurs externes : Ministère, Région et Union européenne (Erasmus+). Ils ont été sollicités pour connaître les modalités de gestion spécifiques décidées. Cette rubrique sera régulièrement mise à jour en fonction des retours reçus et nous vous communiquerons alors immédiatement toutes les décisions.

Nous vous conseillons de conserver tous les justificatifs de dépenses: certains financeurs les réclameront peut-être.

Nous aurons besoin de votre attestation de fin de séjour ; n’oubliez pas de la réclamer à votre université d’accueil.

L'UBO s’efforcera de mettre en œuvre la politique la plus avantageuse possible pour ne pas léser les étudiants.

> Qui dois-je contacter lorsque je quitte mon logement universitaire dans mon pays d’accueil ?

Si vous avez obtenu une chambre par le biais de votre université d’accueil, vous devez l’en informer de votre décision de revenir en France à la demande de l'UBO. Les modalités de paiement des loyers dus vous seront communiquées directement sur place.

(2) Je ne souhaite pas rentrer en France et décide de poursuivre ma mobilité internationale

> Que dois-je faire si je décide de poursuivre ma mobilité internationale ?

Vous devez en informer :

- La Direction Europe & International de l'UBO : dei@univ-brest.fr et le coordinateur des relations internationales au sein de votre composante (Faculté, Ecole, Institut).

- Votre responsable pédagogique à l'UBO (responsable de formation, référent ou tuteur Relations Internationales) : il a connaissance des recommandations de retour qui vous ont été adressées ; il est donc important qu’il puisse savoir votre choix.

- Votre correspondant administratif dans l’université d’accueil (Service de Relations Internationales, Study Abroad, Incoming coordinator,…)

Vous devez par ailleurs absolument suivre scrupuleusement les consignes sanitaires en vigueur dans votre pays d'accueil jusqu'à votre départ : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/

Votre université d’accueil a certainement mis en place un dispositif de communication spécifique concernant cette situation : vous devez vous y référer et suivre les recommandations et consignes avec la plus grande attention.

> Puis-je être sanctionné si je décide de rester en mobilité ?

Le choix d’interrompre votre mobilité internationale et de retourner en France est à prendre par l’étudiant.

Aucune sanction disciplinaire, pédagogique ou financière (retenue bourse) ne sera mise en place.

(3) Je souhaite partir en mobilité au second semestre 2020-2021

> Sera-t-il toujours possible de partir en mobilité au 2nd semestre 2020-21?

Tout comme lors de la première vague de Covid-19 en début d'année, l'UBO n'interdira pas la mobilité pendant cette seconde vague de l'épidémie. Les décisions seront prises au cas par cas, en fonction des destinations, de l'évolution de la situation sanitaire, de la durée des mobilités et des éventuelles possibilités de vaccins.

> Est-ce que je peux partir en mobilité dans un pays hors-Europe ?

Pendant cette seconde vague de Covid-19, l'UBO n'interdira pas la mobilité internationale. Néanmoins, en raison de la fermeture des frontières, nous déconseillons pour le moment les mobilités "hors-Europe", sauf pour les étudiants qui auraient d'ores et déjà obtenus leurs visas, et les lettres d'acceptation de leurs universités d'accueil (ex. Québec).

 

> Les mobilités en Europe, restent-elles possibles ?

Les mobilités en Europe sont possibles mais toutefois nous déconseillons les mobilités de courte durée (moins de deux semaines). Les mobilités d'un semestre peuvent être envisagées, mais il faut suivre très régulièrement l'évolution de la situation et des règles dans votre pays d'accueil (acceptation ou non des étudiants entrants, tests de Covid obligatoires, nécessité de quarantaine à l'arrivée, etc.).

> Si je décide d'interrompre ma mobilité au cas de la détérioration de la situation sanitaire, les frais supplémentaires liés au retour en France, me seront-ils remboursés par l'UBO?

Nous recommandons fortement à tous les étudiants partant en mobilité au semestre pair de prendre des billets d'avion/train/bateau échangeables et remboursables, de souscrire aux assurances d'annulation pour le logement et de s'inscrire sur Ariane.

La DEI ne pourra pas intervenir pour financer les voyages retours en cas de rapatriement, mais étudiera au cas par cas les éventuels frais supplémentaires encourus (loyers, etc.) le cas échéant.