UBO - Université de Bretagne Occidentale
 
Classification des Ascomycètes selon Alexopoulos et coll.

Les ascomycètes se répartissent en Archiascomycètes, en Saccharomycétales et en Ascomycètes filamenteux.
15 000 espèces, des saprophytes pour la majorité, des parasites facultatifs ou obligatoires.
Deux types de reproduction :
* asexuée : formation de spores asexuées, les conidies.
* sexuée : correspond à la forme parfaite du champignon. Cycle triphasique (phase haploïde, dicaryotique, diploïde).

 

Archiascomycètes

Il est difficile de caractériser le groupe de Archiascomycètes sur des critères morphologiques et biochimiques.
Il regroupe des champignons saprophytes comme Saitoella et Schizosaccharomyces, levures du sol dont on ne connaît pas de formes sexuée, des champignons présentant un dimorphisme comme Taphrina et Protomyces, avec une forme levure saprophyte et une forme mycélienne parasite de plantes. Le dernier membre de ce groupe est Pneumocystis carinii, l'agent infectieux de la pneumonie qui s'installe chez des sujets immunodéprimés.

Ce groupe correspond à peu près à l'actuel sous embranchement des Taphrinomycotina.

 

Saccharomycétales

Il s'agit d'Ascomycètes retrouvés sous une forme levure, mais qui peuvent dévellopper, pour certains d'entre eux une forme filamenteuse (plus rarement observée).
Le groupe des Saccharomycétales n'est pas caractèrisé par la phase levure mais par l'absence d'hyphes ascogènes et d'ascocarpes.
Les asques de ces champignons présentent une paroi fine, si bien que la libération des ascospores est réalisée par rupture de cette paroi.
La plasmogamie s'opère par fusion de de cellules qui se comportent comme des gamètanges.
La reproduction asexuée se fait par bourgeonnement de la paroi, par production de conidie ou par fragmentation du thalle.
Les champignons de ce groupe ont tendance à se développer dans des milieux dont l'activité de l'eau (Aw) est faible, et certains d'entre eux produisent, dans de telles conditions, des métabolites comme des polyols ou des protéines. Ils produisent très peu de métabolites secondaires, rendus inutiles vu les milieux dans lesquels ils se développent souvent défavorables aux autres microorganimes (bactéries...). Ce faisant ils sont souvent utilisés pour la conservation des aliments (boulangerie, boissons alcoolisées...) l'espèce la plus connue est Saccharomyces cerevisiae ou levure de boulangerie.
Certaines espèces peuvent être pathogènes pour l'homme comme le Candida albicans, responsable de candidoses.

 

Le groupe des saccharomycétales comprend plusieurs familles :

  • Saccharomycètacées
  • Nadsoniacées
  • Saccharomycodacées
  • Eremotheciacées
  • Metschnikowiacées
  • Cephaloascacées
  • Dipodascacées
  • Lipomycétacées.

Ce groupe correspond en grande partie à l'actuel sous embranchement des Saccharomycotina.

 

Ascomycètes filamenteux

C'est le groupe d'Ascomycètes le plus complexe et le plus divers du point de vue morphologique.
Les Ascomycètes filamenteux développent des organes sexuels fonctionnels qui consistent, pour la plupart d'entre eux en un ascogone, un hyphe ascogène, et en une crosse qui se développe pour venir englober le tout dans un ascocarpe ou un ascostroma.
La reproduction asexuée s'opère par différenciation de conidiophores sur l'hyphe, et production de conidies par les cellules conidiogènes du conidiophore.

 

Le groupe des Ascomycètes filamenteux comprend plusieurs groupes (classes ou ordres) :

  • Pyrenomycètes
  • Plectomycètes
  • Loculoascomycètes
  • Discomycètes inoperculés
  • Discomycètes lecanoraléens
  • Discomycètes operculés
  • Erisyphales
  • Laboulbéniales.

 

Pyrénomycètes

Ils sont caractérisés par :

  • un périthèce (dans quelques cas rares un cleistothèce formé dans un stroma)
  • des asques unituniqués ovoïdes à cylindriques
    • asques persistants libèrant leurs ascopores à travers un pore apical,
    • asques déhiscents libèrant leurs spores passivement par déhiscence de la paroi
  • des ascospores uni ou pluricellulaires, de formes variées.

Périthèce renfermant des asques et s'ouvrant par un pore apical

 

Ils sont subdivisés en :

  • Hypocréales
  • Melanosporales
  • Microascales
  • Phyllachorales
  • Ophiostomatales
  • Diaporthales
  • Xylariales
  • Sordariales
  • Meliolales.
Classification des Pyrénomycètes

 

Plectomycètes

Ils présentent les caractères suivants :

  • asques typiques, globuleux à pyriformes, à paroi fine non persistante ;
  • asques ne forment pas un hymenium, mais sont dispersés à différents niveaux dans l'ascocarpe ;
  • ascocarpe constitué d'un cléistothèce quand il est observable ;
  • le peridium du cléistothèce peut former un simple réseau d'hyphe ou constituer une structure stromatique autour des asques ;
  • ascospores unicellulaires.

Cléistothèce refermant des asques globuleux

 

Ils regroupent trois ordres :

  • Eurotiales
  • Ascosphaerales
  • Onygenales
Classification des Plectomycètes

 

Loculoascomycètes

Ils sont caractérisés par la production d'asques au sein de loges formées dans un stroma (l'ascostroma) qui constitue l'ascocarpe. Contrairement aux ascocarpes l'ascostroma est formé avant le développement des asques.

Ascostroma renfermant des loges ascigères

 

Les asques sont bituniquées et présentent une déhiscence des parois de type "Jack in box". Elles présentent souvent un petit pédicule basal.
L'ascostroma est de forme variable et peut présenter une ou plusieurs loges. S'il ne comporte qu'une loge l'ascostroma est très difficile à distinguer d'un périthèce et est nommé pseudothèce.

Les Loculoascomycètes comprennent des espèces saprophytes, d'autres associées à des algues pour former des lichens, d'autres pathogènes de plantes ou d'animaux.

La morphologie de l'ascostroma et des structures associées interviennent dans la classification des Loculoascomycètes.
La classification d'Alexopoulos est essentiellement basée sur celle de Barr (1987), avec une dizaine d'ordres :

  • Coryneliales
  • Dothideales
  • Myriangiales
  • Arthoniales
  • Asterinales
  • Capnodiales
  • Chaetothyriales
  • Patellariales
  • Pleosporales
  • Melanommatales
Classification des Loculoascomycètes

 

Discomycètes

Les discomycètes présentent un ascocarpe en apothécie, structure en forme de soucoupe ou de petite coupelle.
Cet ascocarpe en apothécie présente à sa face supérieure l'hyménium qui libère à maturité les ascospores.

Apothécie de discomycète

 

Les asques sont cylindriques à ovoïdes, souvent entremêlés avec des paraphyses stériles.

Dans la classification il existe trois groupes de Discomycètes :

  • les discomycètes inoperculés
  • les discomycètes lecanoraléens
  • les discomycètes operculés.
Classification des Discomycètes

Erisyphales

Les champignons de cet ordre sont des parasites obligatoires responsables de "mildious poudreux". La phase conidienne est majoritaire dans le cycle de reproduction.
Les ascocarpes ressemblent à des cléistothèces, mais les asques sont formés à la base de l'ascocarpe (comme dans les périthèces).
Les asques contiennent de 1 à 8 ascospore(s), sont globuleux à pyriformes et sont libérés par une structure apicale typique.
Les ascocarpes mâtures de la plupart des espèces présentent des appendices spécifiques, de forme et de longueur variées, permettant de distinguer les genres entre eux.

Exemples : Erisyphe, Phyllactinia, Microsphaera, Podosphaera

 

Laboulbéniales

Présence d'un périthèce spécialisé, absence de mycélium. Le thalle dérive entièrement des ascospores.
Ascospores bicellulaires, à une extrémité différenciée correspondant à la région d'attache, souvent foncée.
Ce sont des parasites obligatoires d'insectes, de mites, de certaines espèces de mille-pattes. Ils se développent toujours sur un hôte unique.

Ils regroupent 4 familles :

  • Laboulbéniacées
  • Ceratomycétacées
  • Euceratomycétacées
  • Herpomycétacées

 

Référence

Alexopoulos, C. J., Mims, C. W., Blackwell, M. (1996). Introductory Mycology (4th Ed.). John Wiley and Sons, New York, USA. 868p.

 

Retour à la classification des Ascomycètes

 

  Pour nous écrire
Mentions Légales | Accueil | Plan du site | Edition en ligne