UBO - Université de Bretagne Occidentale
 
Classification des Pezizomycotina

Actuellement, parmi les Pezizomycotina, on identifie les lignées phylogénétiques suivantes :


d'après Tolweb

 

Orbiliomycètes

Organismes saprophytes ou « prédateurs » principalement des sols.
Les cycles sont mal connus. Les téléomorphes sont rarement observés et ont des fructifications de type apothécie. 
Les anamorphes sont plus connus : Drechslerella capture des nématodes et autres petits animaux via des hyphes spéciaux en forme de collets

 

Pezizomycètes

Cette classe correspond à l'ordre des Pezizales de la classe des Discomycètes operculés des anciennes classifications.

Elle comporte des champignons qui ont des fructifications de type apothécie, très souvent de grande taille, portant des paraphyses stériles et des asques octosporés à pied long.
Ce sont surtout des champignons saprophytes, responsables de la formation de l'humus.
Quelques espèces forment des ectomycorhizes comme la truffe avec le chêne (et quelques autres arbres).

Les plus connus ont un intérêt culinaire, truffes, morilles et pezizes.

Les truffes sont les plus connus de ce groupe.
Ce sont des champignons hypogés, mycorhiziens.
L’hyménium tapisse des galeries internes.
Les asques sont subsphériques et contiennent 1 à 4 ascospores.
Les ascospores sont ornementées.

 

Lecanoromycètes

Majoritairement des lichens avec des fructifications de type apothécie.
La majorité des lichens connus appartiennent à ce groupe.
Quelques espèces sont des saprophytes.

 

Eurotiomycètes

Ce sont des saprophytes ou des lichens, certaines espèces peuvent être parasites.
Ces champignons possèdent des fructifications plus simples que celles des autres Pezizomycotina : cléistothèces ou gymnothèces.

Les Eurotiomycètes comprennent sept ordres :

  • Chaetothyriales
  • Pyrenulales
  • Verrucariales
  • Coryneliales
  • Eurotiales
  • Onygenales
  • Mycocaliciales
Classification des Eurotiomycètes

 

Deux lignées d'Eurotiomycètes présentent un intérêt particulier pour les activités humaines : les Eurotiales et les Onygénales.
Les Eurotiales comportent des champignons d’intérêt majeur pour l’homme. Ils sont surtout connus par leurs formes asexuées : Aspergillus et Penicillium.
Les Onygénales sont des saprophytes communs des sols, mais trois espèces sont d'importants parasites humains.

 

Lichinomycètes

Ce groupe comprend uniquement des lichens.

 

Leotiomycètes

Espèces saprophytes ou parasites.
Fructifications de type apothécies souvent très colorées.
Les espèces pathogènes sont surtout connus par leur forme asexuée : Sclerotinia sclerotium, Botrytis cinerea, Monilia.
Ces champignons sont des pathogènes nécrotrophes à large spectre d'hôte (200 espèces différentes sont attaquées par S. sclerotium).
Les Monilia attaquent les fruits comme les pommes, les poires ou les coings et provoquent la moniliose.
B. cinerea provoque la "pourriture grise".

 

L’ordre des Erysiphales a récemment été rattaché à ce groupe.
Ce sont des phytopathogènes formant des cleistothèces.
La forme asexuée est de type Oïdium.

 

Sordariomycètes

Nombreuses espèces saprophytes ou parasites.
Les fructifications sont des périthèces sensu stricto qui mesurent environ 1mm.
Les périthèces ne se forment qu'après la fécondation du gamète femelle par un gamète mâle.
Chez certaines espèces, l'ascogone est entouré d'une première couche de cellule protectrice (protopérithèce).
Les périthèces peuvent ne pas avoir d'ostiole ou être groupé dans un stroma de grande taille.

Le groupe comprend plusieurs ordres :

  • Sordariales
  • Xylariales
  • Hypocréales
  • Clavicipitales
  • Ophiostomatales
  • Microascales
  • Diaporthales
  • Et deux familles de position incertaine : Magnaporthacées et Glomerellacées.
Classification des Sordariomycètes

 

Laboulbeniomycètes

Espèces très particulières, ce sont des épibiontes d'insectes.
Ils ont un développement défini donnant naissance à un thalle possédant un nombre constant de cellules, fixé sur la cuticule d'un insecte, souvent à un endroit précis.
Le thalle est composé de quelques dizaines de cellules (souvent moins), et mesure quelques dizaines de micromètres.
Ce thalle différencie un petit périthèce donnant naissance à des ascospores bicellulaires, à une extrémité différenciée, collante, correspondant à la région d'attache, souvent foncée.

 

Dothideomycètes

Cette classe correspond en grande partie à celle des Loculoascomycètes des anciennes classifications.

Espèces présentant tous les styles de vie : saprophytes, lichens, parasites et symbiotes de plantes.
Caractérisés par leurs fructifications : pseudothèces.
Les pseudothèces ressemblent à des périthèces mais se développent avant la fécondation. La fructification se développe, une cavité se creuse, elle héberge le gamète femelle qui après fécondation donnera les asques.
Ce type de développement est dit ascoloculaire.
Leurs asques ont aussi un mécanisme particulier de libération des spores : asques bituniqués.

Plusieurs espèces importantes :
Les Alternaria (formes asexuées) qui produisent des spores allergènes.
Les Cochiobolus, Leptosphaeria, Pyrenophora, Pleospora et Mycosphaerella qui infectent de nombreuses plantes cultivées.

 

Arthoniomycètes

Uniquement des lichens possédant des fructifications de type apothécies.
Proches des Dothideomycètes

 

Retour à la classification des Ascomycota

 

  Pour nous écrire
Mentions Légales | Accueil | Plan du site | Edition en ligne