Site Model

gis
sociabilités

Prix du Master GIS Sociabilités 2020

Présidente du jury :

Michèle Cohen (Prof. émérite en Histoire) UCL (Institute of Education), Royaume-Uni

Membres du jury du Prix Master 2020:

- Pierre-Yves Beaurepaire (Prof. en Histoire moderne) Université Côte d’Azur
- Ersy Contogouris (Prof. associé en Histoire de l’art) Université de Montréal, Canada
- Stéphane Jettot (MCF HDR en Histoire moderne) Sorbonne Université
- Alain Kerhervé (Prof. en Civilisation et littérature britanniques) UBO Brest
- Florence Magnot-Ogilvy (Prof. de Littérature française du XVIIIe siècle) Université Rennes 2
- Sophie Mesplède (MCF en Etudes anglaises) Université Rennes 2
- Pierrick Pourchasse (Prof. émérite en Histoire moderne) UBO Brest
- Thierry Rentet (MCF en Histoire moderne) Université Sorbonne Paris Nord
- Miriam Sette (Prof. associé en Littérature anglaise) Université ‘Gabriele d’Annunzio’, Chieti-Pescara, Italie
- Sophie Vasset (MCF HDR en Etudes anglophones) Université de Paris
 

Le lauréat du prix du Master GIS Sociabilités 2020 :

ROMAN KHOLEV
SORBONNE UNIVERSITÉ
Centre Roland Mousnier

pour son mémoire intitulé:

"Les pensionnaires de l'Académie Impériale des Beaux-arts à Paris au XVIIIème siècle"

Mémoire de Master M2 soutenu le 30 juin 2020 sous la direction de Jean-François Dunyach

Résumé en français :
Instaurée sur l'exemple de l'Académie royale de Peinture et de Sculpture, l'Académie russe des Beaux-arts reprend la pratique des voyages européens pour ses meilleurs élèves. Paris, à l'instar de Rome, devient une des destinations principales de ces voyages. Le croisement des archives russes (RGIA) et françaises (ENSBA, AN, La Courneuve) a permis de mettre au jour les études et le séjour des pensionnaires russes à Paris au XVIIIème siècle (1760-1789).
En deux parties, notre recherche reconstitue l'organisation des voyages des artistes Russes et met en relief le rôle des pensionnaires dans les relations culturelles et politiques entre la France et la Russie au siècle des Lumières. La première partie retrace l'évolution des voyages outre-mer des artistes Russes au cours du XVIIIème siècle (1716-1789) ; elle éclaire l'influence française sur l'institution des voyages organisés par l'Académie Impériale de Saint-Pétersbourg en 1760 ; enfin, elle dresse le portrait prosopographique des pensionnaires académiques. La deuxième partie se focalise sur la mise en œuvre des voyages parisiens pour retrouver le quotidien, les études et la sociabilité des artistes Russes en France.
L'analyse croisée des règlements académiques a montré que les voyages européens des artistes Russes deviennent le produit d'une synthèse entre les pratiques institutionnelles françaises et les innovations propres à l'Académie de Saint-Pétersbourg. Les rapports d'artistes et la correspondance de l'Académie russe ont permis d'établir un système complexe de réseaux franco-russes autour des pensionnaires à Paris intégrant les ambassadeurs, les amateurs d'art et les officiers académiques. Leur intervention assurait aux pensionnaires l'accès aux ateliers d'artistes renommés et les privilèges au sein des Académies françaises. L'étude à partir des registres et des procès-verbaux de l'Académie royale de peinture et de sculpture laisse apparaître le statut particulier d'élèves dits " protégés " des artistes Russes ce qui leur accordait un accès privilégié à l'école de dessin.


Abstract in English :
Based on the example of the Royal Academy of Painting and Sculpture, the Russian Academy of Arts adopted the practice of European stipendiary travel for its best students. Paris, as Rome, became one of the main destinations of these travels. The crossing of Russian (RGIA) and French (ENSBA, AN, La Courneuve) archives allowed us to shed light on the studies and on the stay of the Russian scholars in Paris in the 18th century.
In two parts, the research explains the organisation of Russian artists' studies in Paris and shows the role of these scholars in the cultural and political movements between France and Russia in the Enlightenment. The first part traces the evolution of Russian artists' foreign travels during the 18th century (1716-1789), it illuminates the French influence on the institution of travels organized by the Imperial Academy of Saint Petersburg in 1760 and it draws a prosopographical portrait of the academic scholars. The second part focuses on the studies, sociability and everyday life of Russian artists in Paris.
The cross-analysis of academic regulation has shown that Russian scholars' travels were the product of the synthesis between French academic practices and innovations caused by the institutional specificity of the Russian Academy of Arts. Artists' reports and the Imperial Academy's correspondence have made possible to display a complex system of Franco-Russian relations around scholars in Paris including ambassadors, art lovers and academic officers. Their intervention provided Russian residents with access to the ateliers of notable artists and with privileges within the French royal academies. The research on the registers and minutes of the Royal Academy of Painting and Sculpture revealed the particular status of Russian artists (les élèves protégés) which accorded them privileged access to the academic drawing school (école de dessin).