Héritages et Constructions dans le Texte et l'Image

HCTI
HÉRITAGES ET CONSTRUCTIONS DANS LE TEXTE ET L'IMAGE

Les États-Unis, états unis/états dés-unis

Colloque à l’Université Bretagne Sud, Lorient, 8 et 9 octobre 2020

Le projet national étatsunien s’est construit sur un projet unificateur : la déclaration d’Indépendance et la constitution visaient à promouvoir des valeurs collectives permettant de transcender les intérêts individuels des États et à rassembler des habitants dont les origines et le patrimoine étaient divers. Malgré la prégnance des mythes fondateurs, le communautarisme et les clivages linguistiques, ethniques, religieux, politiques, sociaux ont, depuis la période coloniale, non seulement perduré, mais d’aucuns peuvent même soutenir qu’ils se sont accentués (voir par exemple The Disuniting of America d’Arthur Schlesinger, Making Sense of the Alt-Right de George Hawley ou encore Just Mercy de Bryan Stevenson). Ainsi, la nation étasunienne se retrouve divisée, désunie, même si des efforts sont produits pour maintenir une cohésion nationale : la question du fédéralisme revient sans cesse, la politique étrangère oscille entre isolationnisme et interventionnisme, les tensions raciales perdurent, la contre-culture des années 1960 s’oppose au conservatisme des années 1980 ; les divergences politiques, idéologiques, entre corporatisme et démocratie, comme le montre John R. Saul dans The Unconscious Civilization (1995) mettent en danger la pérennité de la société. Cependant, c’est l’image d’un pays fort et déterminé que les États-Unis cherchent à asseoir à l’image de leur président actuel, président qui pourtant n’a eu de cesse d’aggraver la dés-union ou la division comme en témoigne le contexte sans précédent du shutdown. 

D’ailleurs, comment un état-nation dont certains des états ne sont pas rattachés au reste de la nation d’un point de vue géographique (Alaska par exemple) ou culturel (les anciens territoires mexicains, les terres indiennes), dont les habitants ne vivent pas « en même temps », c’est-à-dire sous le même fuseau horaire, peut-il envisager son identité nationale ? Les extrêmes et les nationalismes progressent tandis que le contexte économique tend à accentuer la fracture sociale. Face à la concurrence étrangère en termes économiques, industriels, militaires, quand de « nouveaux modèles » à suivre se présentent (la Chine par exemple), les dissensions s’amplifient et révèlent une fragilité nationale. En effet, cette dialectique « uni / désuni », qui peut donc être considérée comme un trait inhérent à la nation étasunienne, pourrait mettre en danger la puissance, voire l’identité, de la nation. Mais cette situation n’est pas nouvelle ! 

C’est l’analyse de ces divisions, de ces tensions et de leur rapport avec l’identité nationale étasunienne dont il est question ici. Comment l’état-nation peut-il réagir face à ces clivages, multiples et variés pour protéger son identité et ses intérêts nationaux ? Quelles sont les enjeux sociétaux de ces divisions ? Quelles en sont les représentations artistiques, littéraires ? Quelles en sont les réponses politiques, individuelles ou collectives ?

Le colloque est organisé par les laboratoires HCTI (Université Bretagne Sud – Marie-Christine Michaud) et 3L.AM (Université du Mans – Delphine Letort).

Les propositions de communications, (une quinzaine de lignes en plus d’une courte biographie) sont à envoyer à Marie-Christine Michaud (marie-christine.michaud@univ-ubs.fr), Pauline Pilote (pauline.pilote@univ-ubs.fr) et Karim Daanoune (karim.daanoune@univ-ubs.fr) avant le 10 janvier 2020.

 

Comité scientifique

R. Aboueddahab, PR littérature américaine (université du Mans)

E. Bouzonviller, MCF HDR littérature américaine (université de St Etienne)

K. Daanoune, MCF littérature américaine (université Bretagne Sud)

E. Elmaleh, PR civilisation américaine (université du Mans)

D. Letort, PR civilisation américaine (université du Mans)

MC Michaud, PR civilisation américaine (université Bretagne Sud)

P. Pilote, MCF, littérature anglophone (université Bretagne Sud)

M. Roy, MCF, civilisation américaine (université Paris-Nanterre)

B. Van Ruymbeke, PR civilisation américaine (université Paris 8)

J. Zarifian, MCF civilisation américaine (université Cergy-Pontoise)

Actualité