Héritages et Constructions dans le Texte et l'Image

HCTI
HÉRITAGES ET CONSTRUCTIONS DANS LE TEXTE ET L'IMAGE

Appel à communications journée d'étude du 24 juin 2022, HCTI EA 4249 UBO Brest

Les danses masquées sont présentes dans des sociétés très variées, et nombre de disciplines s’y sont intéressées. Le masque est à la fois un objet fabriqué, conservé, qui circule, une entité qui engage des relations particulières et qui produit un effet spécifique, et il peut être considéré comme un personnage dans des situations dansées. Tout masque est un marqueur culturel de la société qui l'utilise et cela est encore plus vrai pour le masque de danse, qui donne accès aux codes sociaux en usage lors de la pratique orchestique. Cet objet original est souvent préservé par chaque culture. Cette journée d’étude introductive et transdisciplinaire, vise à rassembler des chercheurs et performeurs travaillant sur les masques, quels que soient l’époque et le continent, afin de mettre en commun nos approches et définitions du masque, de réfléchir sur l'état actuel de la recherche et d'enrichir nos connaissances. Plusieurs pistes de réflexion pourront être abordées au cours de cette première journée d'étude :
1. Les définitions du masque de danse en tant qu'objet construit, en excluant le maquillage qui ne relève pas du même sujet. La première question est de confronter les contours de ce que l’on appelle masque de danse, en littérature ancienne, en histoire, en étude des langues et des civilisations, en anthropologie sociale, en théâtre, en danse, sur les continents africains, américains, asiatiques ou européens. Parle-t-on de la même chose ?
2. La fabrication du masque de danse avec une réflexion sur les matériaux utilisés. Comment la matérialité de l’objet et le mouvement dansé interagissent-ils au niveau de la fabrication ? En effet le mouvement est parfois déjà présent dans le processus de fabrication même du masque conçu ou non comme un protocole codifié (rituels, danses, chants)
3. L'état de la recherche sur le masque de danse et les réseaux de recherche et de réflexion existant sur ce thème dans une perspective interdisciplinaire.
4. La conservation du masque de danse dans les espaces consacrés et les lieux d'exposition, ainsi que les politiques de restitution. Conserve-t-on le matériau ou l'idée ? Qui peut les conserver ? Dans quelles conditions ? Quelles sont les modalités d’exposition ou de partage en public ?


La journée d'étude se déroulera en mode hybride (présentiel + visioconférence) Merci d'envoyer votre proposition de communication avant le 1er avril 2022 à mariehelene.delavaudroux@univ-brest.fr
---------------------------------------------------------------------------------------
Call for papers - study day June 24, 2022 - HCTI EA 4249 UBO Brest
Masked dances are present in a wide variety of societies, and many disciplines have taken an interest in them. The mask is both a manufactured, conserved, circulating object, an entity that engages particular relationships and produces a specific effect, and it can be considered as a
character in dance situations. Any mask is a cultural marker of the society that uses it and this is even truer for the dance mask, which gives access to the social codes in use during orchestral practice. This original object is often preserved by each culture. This introductory and transdisciplinary study day aims to bring together researchers and performers working on masks, regardless of the era and the continent, in order to share our approaches and definitions of the mask, to reflect on the current state research and enrich our knowledge. Several topics could be discussed during this first study day.
1. The definitions of the dance mask as a constructed object, excluding make-up which does not fall under the same subject. The first question is to confront the contours of what is called the dance mask, in ancient literature, in history, in the study of languages and civilizations, in social anthropology, in theater, in dance, on the African, American continents, Asian or European. Are we talking about the same thing?
2. The manufacture of the dance mask with a reflection on the materials used. How do the materiality of the object and the danced movement interact at the level of production? Indeed the movement is sometimes already present in the very process of manufacturing the mask, whether or not designed as a codified protocol (rituals, dances, songs)
3. The state of research on the dance mask and the existing research and reflection networks on this topic from an interdisciplinary perspective.
4. Conservation of the dance mask in dedicated spaces and exhibition venues, as well as return policies. Do we keep the material or the idea? Who can keep them? In what conditions ? What are the modalities of exposure or sharing in public?


The study day will take place in hybrid mode (face-to-face + videoconference)
Please send your proposal before April 1, 2022 to mariehelene.delavaudroux@univ-brest.fr

Actualité