Héritages et Constructions dans le Texte et l'Image

HCTI
HÉRITAGES ET CONSTRUCTIONS DANS LE TEXTE ET L'IMAGE

La mémoire face à l’Histoire, traces, effacement, réinscription

Appel à communication
Faculté des lettres brest, 22-23 novembre 2013

 English and Spanish below

En période de crise, de transformation des valeurs comme aujourd’hui, les éclairages portés sur le passé historique par le récit ou la légende sont les enjeux d’une légitimation du présent, et plus encore de l’avenir, que l’on cherche à construire et que l’on espère durable. De la réalité de l’histoire vécue, qui n’est jamais que le matériau de la pensée qui cherche à en comprendre le sens, se dégage toujours un discours construit, recomposé, qui manifeste une « vérité » qui est celle de l’historien, de son temps et de son public.

Une réflexion sur le rapport de force entre la mémoire et l’Histoire pourra donc amener à envisager la mémoire comme expérience d’un vécu particulier, face à l’entreprise intellectuelle d’écriture d’une Histoire plus générale, qui, en mettant en relation et en perspective les vécus singuliers, leur confère certes un sens, mais en les déformant, en les dénaturant peut-être au passage, pour les intégrer dans une vérité collective, qui est celle de tous, mais aussi de personne.

On pourra inversement, entendre par « Histoire » la vérité objective générale, l’ensemble des événements tels qu’ils ont été recensés, et y opposer la construction de mémoires individuelles ou collectives, au sens de récits qui affirment et revendiquent une vérité identitaire. Sans doute ce sont ceux-là - même en prenant parfois la forme de l’Histoire générale et objective - qui ont davantage vocation à convoquer le discours de la trace, de l’effacement et de la réinscription de ce qui, presque effacé, subsiste et témoigne ; de ce qui s’est effacé ou a été effacé, et de ce qui est ré-exhumé, pour prendre place dans la conscience et dans le discours. Ainsi en est-il de l’histoire des génocides, mais aussi de l’histoire des obscurs, des marginalisés de l’histoire, des vaincus, et aussi des minorités, etc.

Le cas de figure, plus métaphysique, d’une possible récupération de la mémoire complètement effacée d’une humanité détruite (génocides, cataclysmes, dénaturations radicales) est aussi à examiner. Cette refondation semble obéir à un principe poétique qui touche à l’universel. Mais l’écart critique qui naît alors légitimement (dans la société ou à l’intérieur même du discours s’il porte trace d’une conscience intellectuelle) a peut-être comme fonction première de réinterroger ce projet poétique universel comme projet politique. Dès lors, son universalité est alors à remettre en question : sinon celle du débat de restitution, quand il existe, du moins celle du projet univoque du locuteur-narrateur, qu’il soit individu, groupe, état, organisme de collecte d’informations.

En effet, il faudra voir, dans le principe même de la réinscription, le double phénomène qui fonde la dialectique du Réel et du Vrai, de l’objectif et du subjectif, du fait et de l’intention : à savoir, d’un côté, le discours de la réhabilitation, de l’autre, le discours d’instrumentalisation de cette réhabilitation elle-même. D’un côté, le triomphe de la justice et de la vérité à travers le rappel d’une réalité oubliée, la restitution d’un passé occulté, de l’autre, la volonté de construction d’un avenir qui motive ce discours de mémoire, l’affirmation d’une légitimité qui sert à (re)construire une identité.

Au-delà de la réflexion sur ces relations dynamiques entre mémoire et histoire, ce colloque co-organisé par deux équipes : HCTI et CRBC se veut aussi comme un temps de discussion et d’interrogations réciproques entre historiens, sociologues, littéraires, civilisationnistes, politistes…

Afin de cerner et délimiter un sujet immense par définition, les communications devront porter en priorité sur l’époque contemporaine. Pour la France, le point de départ peut être celui de la Révolution Française, événement fondateur d’une pensée et de pratiques politiques et mémorielles dont les effets sont toujours bien présents aujourd’hui.

Le colloque se veut par ailleurs ouvert à toutes les dimensions géographiques. France et Europe occidentale peuvent certes être privilégiées par l’importance des questions mémorielles dans les constructions identitaires mais les discussions ne sauraient se limiter à cet espace. Des propositions portant sur les relations entre Europe et Amérique(s), sur les confrontations de part et d’autres de la Méditerranée, sur les réalités et relectures post-coloniales ou sur les constructions mémorielles récentes des états nés dans la seconde moitié du XXe siècle en Afrique ou en Asie seront évidemment bienvenues.

La question du rapport entre histoire et mémoire peut être traitée au travers d’événements ou de situations historiques ou politiques mais les approches littéraires, cinématographiques, artistiques dans leur ensemble, participent aussi pleinement de la problématique du colloque.

Comité scientifique :
Maria-José Fernandez (HCTI, Université de Bretagne Occidentale)
Philippe Jarnoux (CRBC, Université de Bretagne Occidentale)
Anne Le Guellec (HCTI, Université de Bretagne Occidentale)
Camille Manfredi (HCTI, Université de Bretagne Occidentale)
Michael Rinn (HCTI, Université de Bretagne Occidentale)

Les propositions de communication (200-250 mots), accompagnées d’une brève note bio-bibliographique seront à envoyer avant le 22 juin 2013 aux organisatrices du colloque : Anne Le Guellec (anne.leguellec@univ-brest.fr) et Camille Manfredi (camille.manfredi@univ-brest.fr). Le temps imparti pour les communications sera de 30 minutes.

Call for papers :
Memory vs History : tracing, blotting out and rewriting the past

Faculté des lettres de Brest, 22-23 novembre 2013

When a society is caught up in a process of change, those who seek to set down new values as well as those who seek to reinforce the legitimacy of old ones all look to narratives of the past, whether History or myths, in order to rewrite them to suit their purpose.
In this process, the reappraisal of events or human groups that were formerly marginalised by official historical accounts or by the dominant culture may be an important issue.

A reflexion on the balance of power between memory and history may lead contributors to consider memory as reflecting mainly personal experience, that is then put into perspective, but also perhaps warped and distorted by the more general and intellectual endeavour to produce a historical synthesis. One may then wonder whether this “true” History is everyone’s … or no one’s.

On the other hand, History may be considered as objective truth (the sum of all recorded events) as opposed to individual or collective memories structured around identity-defining narratives. Such narratives will then call for consideration of what remains of the past, what was recovered or re-written in, for instance, the history of genocides, the history of the defeated, the marginalized, etc.

Papers that endorse a more metaphysical perspective and explore the attempts to recover a historical memory that may have been completely erased (by a genocide or a cataclysm) will be particularly welcome, as such re-invention takes part in a poetic and potentially universal endeavour. But we shall also be interested in approaches that consider this poetic endeavour as being part of a political agenda and consequently, that question its very universality.

Jointly organised by HCTI and CRBC, this international conference on the dynamic set of relationships between history and memory will be the opportunity to explore ideas with colleagues who are interested in cross-disciplinary issues involving history, sociology, literature, politics, visual arts, etc.

The organisers will be interested in proposals that focus on the modern era and tackle the relationships between Europe and the Americas, the Mediterranean world, post-colonial rewritings or recent memory constructions in Asian or African states which have emerged during the second half of the 20th century.

The conference will welcome proposals that address issues such as the following (these are but indicative topics):

- the dialectics of Reality and Truth, objective and subjective memory, fact and artefact

- narratives of reinstatement vs. narratives of instrumentalisation

- the dangers of History’s oblivion vs. the excesses of Memory

- the triumph of justice and truth through the recovering of a forgotten reality vs the invention of a future through self-affirming discourses on memory.

 


Scientific committee :
Maria-José Fernandez (HCTI, Université de Bretagne Occidentale)
Philippe Jarnoux (CRBC, Université de Bretagne Occidentale)
Anne Le Guellec (HCTI, Université de Bretagne Occidentale)
Camille Manfredi (HCTI, Université de Bretagne Occidentale)
Michael Rinn (HCTI, Université de Bretagne Occidentale)

Please send your abstract (200-250 words) and a brief bio note to the conference organisers, Anne Le Guellec (anne.leguellec@univ-brest.fr) and Camille Manfredi (camille.manfredi@univ-brest.fr) by 22 June 2013. Papers should be designed to last 30 minutes.

Llamada à comunicación:

La memoria frente a la Historia: rastros, borradura y reescritura del pasado

Faculté des lettres de Brest, 22-23 novembre 2013

En periodo de crisis y de transformación de valores como el de hoy en día, los nuevos enfoques que el relato o la leyenda dan al pasado histórico son elementos cruciales para la legitimación del presente, así como de ese futuro que intentamos construir y esperamos duradero. De la realidad de la historia vivida – la cual no es sino el material para una reflexión que busca darle sentido - surge siempre un discurso construido, recompuesto, que muestra una "verdad": la del historiador, la de su tiempo y la de su público.
Una reflexión sobre la relación de fuerza entre memoria e Historia podrá así llevarnos a considerar la memoria como experiencia de una vivencia particular, frente al intento intelectual de escribir una Historia más general, la cual, al relacionar y poner en perspectiva vivencias únicas, les confiere en efecto un sentido, pero a la vez las deforma e incluso desnaturaliza a su paso, para de este modo integrarlas en una verdad colectiva que sería de todos y a la vez de nadie. Al contrario, podríamos entender por “Historia” la verdad objetiva y general (la suma de todos los acontecimientos registrados), oponiéndole la construcción de memorias individuales o colectivas en tanto que relatos que afirman y reivindican una verdad identitaria. Son sin duda esos relatos los que – aún tomando a veces la forma de la Historia general y objetiva –más fácilmente pueden recuperar aquello que, aún casi borrado por completo, subsiste y se manifiesta. Es el caso, por ejemplo, de la historia de los genocidios, del mismo modo que la de los vencidos, la historia de las minorías, etc.
Uno de los temas que cabría examinar sería el caso hipotético de una posible recuperación de la memoria completamente borrada de una humanidad que hubiese sido destruida (genocidios, cataclismos, etc.). Esta refundación habría de hacerse según un principio poético que rozaría lo universal. Del mismo modo, resultaría interesante analizar el potencial proceso de inserción en la agenda política de ese mismo principio poético, momento a partir del cual sería necesario cuestionar su universalidad.
Serán bienvenidas todas aquellas propuestas que aborden cuestiones como las siguientes (lista meramente indicativa):
- Las dialécticas entre la realidad y la verdad, la memoria objetiva y subjetiva, el hecho y la intención.
- Discursos de la rehabilitación versus discursos de la instrumentalización.
- Los peligros vinculados al olvido de la Historia versus los excesos de la Memoria.
- El triunfo de la justicia y de la verdad a través de la recuperación de una realidad olvidada versus la invención de un futuro mediante la auto-afirmación de los discursos sobre la memoria.

Comité científico :
María José Fernandez (HCTI, Université de Bretagne Occidentale)
Philippe Jarnoux (CRBC, Université de Bretagne Occidentale)
Anne Le Guellec (HCTI, Université de Bretagne Occidentale)
Camille Manfredi (HCTI, Université de Bretagne Occidentale)
Michael Rinn (HCTI, Université de Bretagne Occidentale)

Les rogamos envíen su resumen (200-250 palabras) y una breve nota biográfica a los organizadores del coloquio Anne Le Guellec (anne.leguellec@univ-brest.fr) y Camille Manfredi (camille.manfredi@univ-brest.fr) antes del 22 de junio de 2013. El tiempo estipulado para cada comunicación es de 30 minutos.

Actualité