Héritages et Constructions dans le Texte et l'Image

HCTI
HÉRITAGES ET CONSTRUCTIONS DANS LE TEXTE ET L'IMAGE

Axe 1 : Espaces

 

Réalisme magique et environnement dans le texte et l'image
(Responsables : Molly Chatalic, François Gavillon, Lucie Taïeb)

S’il est vrai que le « réalisme magique » est un terme notoirement contesté pour rendre compte des mille et une formes que ce mode (est-ce seulement un mode ?) peut prendre, il est tout aussi vrai que la représentation de « l’environnement » dans les littératures et les arts de l’image contemporains (mais s’agit-il seulement de représentation ?) présente également de multiples visages.
Ce programme de recherche aura donc pour objet de répondre à plusieurs questions, la première étant de savoir si le « réalisme magique », au vu des expressions environnementales actuelles, nécessite d’être redéfini, si le vocable lui-même reste valable ou s’il doit côtoyer ou faire place à de nouvelles terminologies.
Parallèlement, la prégnance de la question environnementale en littérature et dans les arts de l’image mérite une réflexion critique ; ce programme de recherche aura donc aussi pour but d’explorer les expressions artistiques nouvelles et, à la lumière de celles-ci, d’approfondir certaines questions centrales : que faut-il entendre par environnement à l’ère de l’Anthropocène? Comment les poétiques littéraires et les esthétiques des arts de l’image interrogent-elles aujourd’hui la question du rapport de l’humain au non-humain, la question de l’animalité, de la justice environnementale, du sens du lieu et de l’habitation, de la localité et de la globalité ? Plutôt que d’environnement ne faudrait-il pas parler d’environnementalité ? L’environnementalité est-elle crise ou condition du vivant ?
Le(s) réalisme(s) magiques éclaire(nt)-il(s) la condition environnementale, et cette dernière nourrit-elle de nouvelles expériences et expressions de l’être-au-monde ? C’est par l’étude de la rencontre entre ces deux territorialités de la pensée et de l’être que notre programme entend répondre à cette question de fond. Son corpus intégrera toutes les formes de la littérature (fiction, non-fiction, critique), de l’image et de l’image en mouvement, ceci dans les aires géographiques et linguistiques les plus nombreuses possibles.
 
 

Herbes : d’une « modernité » à l’autre
(Responsable : M. Fátima Rodríguez)

C’est dans une continuité logique qu’émerge notre deuxième objet d’étude, les herbes, comme un volet de réflexion indissociable des problématiques posées par plusieurs communications présentées dans les deux colloques précédents. Certains travaux portant sur l’usage historique des parfums ou sur les plantes dont l’usage fut interdit ont induit des rapports dialectiques : défendu/permis, vertus/méfaits… Si, à l’instar des épices, les herbes redéfinissent les espaces géographiques aussi bien que les territoires culinaires ou thérapeutiques ; associées à l’idée de trafic, elles viennent tracer une autre « modernité » et par là même des dialectiques nouvelles : licite/illicite, légal/illégal, faisant suite au défendu/permis d’une perception traditionnelle. Les lignes de force de ces nouveaux modes de perception ancrés dans nos mentalités peuvent être examinées de manière transversale, à la lumière de disciplines aussi diverses que l’histoire, la médecine, la botanique, la philosophie, le droit, la littérature et l’iconographie.

  • Modalités de travail : Journées d’études à partir d’octobre 2015 menant vers un colloque international prévu pour la rentrée 2016.
  • Intervenant-es pressenti-es : Patrick Lesbre, anthropologue, spécialiste du Mexique précortésien ; Luise Benat-Tachot, historienne, spécialiste des chroniques de la conquête de la colonisation de l’Amérique.
  • Une exposition sera consacrée au sujet en parallèle au colloque.
  • Possibles partenaires : Université Océanique de Chine (UOC) à Qingdao ; Université Technologique Qingdao College (QDC)

Interviennent dans ce projet : Iside Costantini, Molly Chatallic, Nicolas Diochon, Philippe Guillou, Iván López Cabello, Nathalie Narváez, Yue Yue.

  

 

Imaginaires et discours des mers et de ses ressources (IDMeR)
(Responsables : C. Conan, K. Page-Jones)

Ce projet souhaite interroger la persistance d’un imaginaire océanique dans la culture maritime des régions de la frange celtique et des pays scandinaves et les influences de cet imaginaire et des représentations maritimes (esthétiques, littéraires, culturelles…) sur le milieu marin, les pratiques sociales et les logiques de consommation.
Comme Roland Barthes l’a démontré à propos du sucre, une autre logique que celle purement économique ou politique peut présider à l’étude des modes de consommation. Tout un imaginaire, lié au goût, à des valeurs, des émotions et affects, sous-tend l’appréhension d’une substance alimentaire. D’autre part, dans son ouvrage The Political Ecology of Things, Jane Bennet envisage à la fois l’impact de l’imaginaire sur l’acte de consommer mais également le pouvoir d’action (« agency ») des aliments qui deviennent, ou redeviennent, matière vivante au contact d’un organisme ou d’un environnement. L’individu, et la matière qu’il consomme, deviennent tous deux des composants actifs et efficients dans un système qu’elle nomme « non-linear assemblage ».
Ce projet, qui s’inscrit dans le vaste champ des humanités environnementales, examinera, à travers les récits et les mythes marins, les contes, le folklore et les arts, les forces structurantes de cet imaginaire et les rapports qui se tissent entre cet imaginaire et la façon dont un peuple s’approprie la mer, son littoral et ses ressources.
Nous examinerons plus précisément la persistance de cet imaginaire dans la littérature contemporaine de la frange celtique (Bretagne, Ecosse, Irlande) et des pays scandinaves (Islande), une littérature qui aujourd’hui se re-territorialise et interroge la question de l’appartenance territoriale ou culturelle à une terre ou à un peuple.
Ce projet interrogera également la possibilité d’une nouvelle connivence art, territoire et politique, notamment en étudiant les liens entre les arts maritimes et les discours politiques/ scientifiques (« Croissance bleue », …) qui sensibilisent le public à l’environnement marin et aux nouveaux défis écosystémiques. La multiplication des salons et festivals (Etonnants Voyageurs, Salon du Livre de Concarneau, …) soutenus par les collectivités locales, des expositions mêlant esthétique et scientifique (Océanopolis, Nausicaa, …), des prix littéraires qui mettent le roman maritime à l’honneur, témoigne de cette volonté de recréer une forme de solidarité entre le récit et le territoire, de diffuser et de faire connaître au grand public ces arts maritimes et ces textes littéraires à la fois ancrés dans le terroir et les traditions mais qui s’enrichissent d’horizons et d’ailleurs par cet imaginaire océanique.
Pour tenter d’élaborer une méthodologie de travail et ainsi approfondir cette réflexion qui s’inscrit dans un des cinq axes majeurs de UBL+, « Océans, interface terre-mer et sociétés en transition », nous avons réuni une équipe de 15 chercheurs représentant 5 laboratoires de l’UBO pour proposer, dans le cadre de l’AAP Projet Transverse – BQR – 2015, la création d’un axe inter-dynamique Mer/SHS (HCTI, AMURE, CRBC, CRPCC, LERCCO). Des contacts ont également été pris avec les laboratoires LEMAR et Géoarchi.
Participants HCTI :
Mathilde Caer / Catherine Conan / François Gavillon / Camille Manfredi / Kimberley Page-Jones.

 Appartenance et Amériques
(Responsable : M-C. Michaud)

« L’appartenance dans les Amériques »
M-C Michaud (responsable du groupe), M. Chatalic, M. J. Fernandez, M. Guennec, M. Saki ; associée : Maryse Butel

L’appartenance à un groupe, à un espace, à une structure peut aider à la construction et à l’affirmation non seulement des hommes mais également des nations. Elle rejoint en cela la notion de ligne de force, thématique générale choisie par l’équipe d’accueil HCTI pour le quinquennal 2017-2021. Le groupe « Amériques » propose d’intégrer l’axe 1, « espaces », en déclinant le thème d’« appartenances dans les Amériques ».
Rappelons que le groupe « Amériques », qui collabore aux activités du GIS Institut des Amériques, a pour objectif de porter son expertise sur l’ensemble du continent américain, d’où son nom « Amériques » (au pluriel).

Pendant les cinq années du projet, le programme du groupe pourra aborder la thématique suivant différentes perspectives, en s’appuyant notamment sur des documents écrits et iconographiques. L’approche pluridisciplinaire du groupe permettra de mettre en valeur diverses notions liées à celle d’espace sur le continent américain :
1)    les espaces et la mobilité ou la sédentarité des populations,
2)    les frontières géographiques ; nationalismes, régionalismes, communautarismes,
3)    les frontières identitaires, représentation des territoires et de l’Autre,
4)    les liens, rencontres et échanges ou rejets au sein de ces espaces ou entre espaces

L’étude des migrations, phénomène essentiel dans le contexte américain, et la construction des identités individuelles, communautaires et nationales, constitueront une partie importante de ce programme puisqu’elles revêtent une dimension particulière dans le Nouveau Monde. Elles sont d’ailleurs dans la continuité du thème fédérateur du contrat quinquennal précédent, à savoir « les Amériques,  l’Ancien et le Nouveau » (sous-entendu « Monde »).
Le travail d’expertise s’articulera autour de conférences (1 ou 2 par semestre), de journées d’étude (une par semestre), et de deux colloques (2018 et 2021).

 

Arts, Théories et Pratiques
(Responsable : Isabelle Le Corff)

Le projet de recherche « Arts, Théories et Pratiques » accompagne l’ouverture et le développement de la licence Arts à Brest. Il entend répondre à l’ambition de faire travailler ensemble les différentes disciplines artistiques enseignées dans le cadre de la licence, tout en y associant les partenaires culturels de la région, les artistes, ainsi que les chercheurs d’autres disciplines.

Avec l’idée sous-jacente que les multiples combinaisons agissent en commun pour produire un effet global patent, ce programme vise à développer des recherches innovantes dans les champs des arts plastiques, du cinéma, du cirque, de la danse, de la littérature, de la musique et du théâtre.

Dans chaque discipline artistique et à la croisée de plusieurs d’entre elles, la création peut se conjuguer de diverses manières à la recherche. Ainsi, une recherche peut-elle se faire au niveau même de la création, dans la fabrication de l’œuvre et dans une approche réflexive ; dans une recherche de production de savoir sur la manière de faire œuvre d’un artiste, d’un mouvement, d’un ancrage spatio-temporel particulier, tout comme dans une collaboration entre création et recherche, par exemple par des résidences d’artistes en milieu scientifique. Toutes les collaborations et circulations entre chercheurs, entre chercheurs et artistes, entre chercheurs et partenaires culturels sont bienvenues dans le cadre de ce programme.

Une attention spécifique est portée aux relations et aux partenariats avec les lieux de création, les lieux d’exposition, les lieux d’expérimentation, en France et à l’étranger, avec l’objectif que se dégage à Brest une synergie particulière issue des multiples expériences croisées.

Chercheurs : Thibault Honoré, Camille Manfredi, Lucie Taïeb, Jean-Manuel Warnet.

 

La guerre d’Espagne, l’exil, la Bretagne : histoire, mémoire, représentations

Porteur(s) du programme
Iván López Cabello (MCF en Civilisation de l’Espagne contemporaine), Fátima Rodríguez (PR en Études de genre et Études caribéennes)

Autres collègues impliqués
María José Fernández (MCF-HDR en Civilisation de l’Espagne contemporaine), Nathalie Narváez (membre associée, docteure en Études de genre), Eugénie Romon (membre associée, docteure en Littérature espagnole), Pere Soler Paricio (membre associé, docteur en Histoire de l’Espagne contemporaine)

Laboratoire UBO associé
Isabelle Le Boulanger (docteure en Histoire contemporaine, membre associé CRBC - EA 4451 / UMS 3554), Guillaume Fernández (MCF en Sociologie, LABERS - EA 31499)

Partenaires extérieurs et/ou institutionnels confirmés
● Local :
- Association Mémoire de l’Exil Républicain Espagnol dans la Finistère (MERE 29)
- Association étudiante La Tertulia (Université de Bretagne Occidentale)
- Association Brestoise des Jumelages et de Coopération Internationale (ABJCI)
- Association Brestoise pour l’Alphabétisation et l’Apprentissage du Français pour les Étrangers (ABAAFE)
- Compagnie À Petit Pas
- Compagnie Impro Infini
- Cinéma Les Studios
- La Petite Librairie
- Librairie Dialogues
- Librairie Excalibulle
● National :
- Université Rennes 2 (ERIMIT - EA 4327)
- Université Paris Nanterre (CRIIA - EA 369)
- Université Clermont Ferrand Auvergne (CELIS - EA 4280)
- Académie de Rennes (IA-IPR Langues vivantes - Espagnol)
- Collectif L’âge de la Tortue
● International :
- Universitat Autònoma de Barcelona, Espagne (GEXEL - CEDID)
- Universidad de Cádiz, Espagne (GEHA - HUM 365)
- Universidade de Lisboa, Portugal (ICS)
- Ministerio de Justicia / Dirección General para la Memoria Histórica (Gobierno de España)
- Asociación de Historia Actual, Espagne
- Association Casa de la Memoria de la Sauceda, Espagne

Présentation du projet scientifique
Ce programme a pour objectif de mettre en lumière une période fondamentale de l’histoire européenne du 20ème siècle et d’apporter un éclairage historique, littéraire, artistique et mémoriel sur la guerre d’Espagne, l’exil républicain et l’accueil des réfugiés espagnols en Bretagne. Mettre en exergue les parcours de ces réfugiés, leur accueil, les traces encore vivaces de cette période et l'actualité de ces questions constitue le fondement de notre démarche.
Les commémorations de l’arrivée des premiers réfugiés espagnols en Bretagne (1937-2017) et de la Retirada (1939-2019), se produit à un moment où la France et l’Europe sont à nouveau confrontées à la nécessité d’accueillir des exilés jetés sur les routes par des guerres ou des régimes dictatoriaux. Notre propos vise également à mettre en perspective la mémoire de l’exil républicain espagnol et les problématiques actuelles liées à l’accueil des réfugiés en Europe. Comment la mémoire des réfugiés se diffuse-t-elle dans les familles, au sein de la société en général, à travers leurs témoignages et ceux de leurs descendants, les travaux des historiens, les oeuvres littéraires et artistiques ? Nous souhaitons, enfin, compléter cette large thématique en accordant une place toute particulière à des secteurs de la population moins étudiés, à savoir les enfants et les femmes. Étant intrinsèquement international, du point de vue de l’ancrage contextuel, ce programme entre en parfaite cohérence avec le projet du Conseil départemental du Finistère relatif aux « solidarités humaines et territoriales ». A ce titre, les activités autour de la guerre d’Espagne, de l’exil républicain espagnol en Bretagne, et plus particulièrement dans le département du Finistère, se font en partenariat avec l’association Mémoire de l’Exil Républicain Espagnol dans la Finistère (MERE 29).
Ce programme s’inscrit dans la continuité des travaux et des méthodologies développés dans le cadre du programme « Herbes : d’une modernité à l’autre » (HCTI quinquennal 2017-2021), impliquant, d’un point de vue épistémologique, un déplacement de la recherche sur les dynamiques spatiales de l’objet (« herbes »), vers les sujets (« exilés / exilées »). Son originalité réside dans l’articulation systématique recherche-création-pédagogie, à travers des événements artistiques reliés aux colloques. C’est par cette imbrication que le texte et l’image, en tant que modes de représentation, émergent comme objets d’analyse inéludables. Ce programme se voit, donc, matérialisé dans un ensemble d’activités scientifiques (colloques, conférences, communications...), artistiques (expositions, spectacles théâtraux...) et socio-culturelles (témoignages, débats...) impliquant des instances locales, nationales et internationales.

Bibliographie indicative
- Alicia Alted Vigil, Manuel Aznar Soler (ed.), Literatura y cultura del exilio español de 1939 en Francia. AEMIC-GEXEL, 1998
- Luisa Carnés, De Barcelona a la Bretaña francesa. Memorias. Séville : Renacimiento, 2014 (ed. Antonio Plaza)
 - Damien Cuvillier, Bertrand Galic et Kris, Nuit noire sur Brest. Septembre 1937. La guerre d’Espagne s’invite en Bretagne. Poitiers : Futuropolis, 2016 (BD)
- Geneviève Dreyfus-Armand et Odette Martinez-Maler, L'Espagne Passion Française 1936-1975. Guerres, exils, solidarités. Paris : Les Arènes, 2015
- Geneviève Dreyfus-Armand et Dolores Fernández Martínez (coord.), L’Art en exil. Les artistes espagnols en France. Paris : Riveneuve éditions, 2014, 340 p.
- Geneviève Dreyfus-Armand, L'exil des républicains espagnols en France de la guerre civile à la mort de Franco. Paris : Albin Michel, 1999
- Rose Duroux, Catherine Milkovitch-Rioux (coord.), J’ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner. Clermont-Ferrand : Presses Universitaires Blaise Pascal, 2011
- Gabrielle Garcia, Resistir. Les républicains espagnols en Bretagne, de la Retirada à la Résistance. Morlaix : Skol Vreizh, 2019
- Gabrielle Garcia et Isabelle Matas, La mémoire retrouvée des républicains espagnols. Paroles d'exilés en Ille-et-Vilaine. Edilarge (Ouest-France), 2005.
- Patrick Gourlay, Nuit franquiste sur Brest. L’attaque du sous-marin républicain C-2, 1937. Spézet : Coop Breizh, 2013
- Isabelle Le Boulanger, L’exil espagnol en Bretagne. Bretagne et altérité (1937-1940). Spézet : Coop Breizh, 2016
- José Ramón López García, Manuel Aznar Soler (ed.), Diccionario biobibliográfico de los escritores, editoriales y revistas del exilio republicano de 1939, Séville : Renacimiento, 2017

Programme d’activités 2017-2021

- Premier colloque international L’exil espagnol en Bretagne. 80 anniversaire de l’arrivée des premiers réfugiés (1937-2017). Brest, 3, 4 et 5 avril 2017

  •  Exposition : « Les réfugiés espagnols dans le Finistère, de la guerre d’Espagne à nos jours » (association MERE 29)
  •  Exposition : « Éloge de la ligne : un hommage à Maruja Mallo » (gravures de María Renati et costumes de Maryline Vilar)
  •  Exposition : « A galopar » (dessins de Julien Weber-Acquaviva)
  •  Lecture théâtrale de Leonor Canales: « Como si fuera ayer » (première)
  •  Spectacle de WALLS : « Chorégraphie pédagogique qui démontre la nécessité de maîtriser les flux »

- Journée d’études Mémoire de l’exil : de la Galice à la Bretagne. Brest, 25 octobre 2017

  •  Récital poétique multilingue « A Cabeleira », poème de Claudio Rodríguez Fer, organisé par les étudiant.es du master Culture et communication, parcours Management de projets internationaux (M1)

- Deuxième colloque international La Retirada et l’exil républicain espagnol en Bretagne, 80 ans après (1939-2019). Histoire, mémoire, création. Brest et Camaret-sur-Mer, 1, 2, 3 et 4 avril 2019. Dans le cadre du programme international du gouvernement espagnol Conmemoración del 80 Aniversario del Exilio Republicano Español et du Congrès pluriel Ochenta años después, coordonné par l’Universitat Autònoma de Barcelona (GEXEL, Espagne). Colloque enregistré intégralement et consultable sur Canal U :
https://www.canal-u.tv/producteurs/ubo/iie_colloque_international_la_retirada_et_l_exil_
republicain_espagnol_en_bretagne_8a_ans_apes_1939_2019_histoire_memoire_et_creation

  •  Exposition Retour à Garedja (sur les pas défendus) (photographies de Maya Tévally, première)
  •  Exposition J’ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner (responsable scientifique Rose Duroux)
  •  Exposition : Productions de collégien.es, lycéen.es et étudiant.es autour de la guerre d’Espagne et l’exil
  •  Théâtre amateur étudiant : Crímenes ejemplares, de Max Aub (mise en scène Eva Montoya et Mónica Hernández Saa, étudiant.es de la licence LLCER Espagnol, L2 et L3)
  •  Continuum collège-lycée-université : séance sur la dynamique de l’enseignement de l’espagnol dans le secondaire dans l’Académie de Rennes et présentation de projets pédagogiques sur la guerre d’Espagne et l’exil (en collaboration avec les IA-IPR d’Espagnol l’académie de Rennes)

- Journée de liaison collège-lycée-université sur l’écrivain espagnol exilé Max Aub. Brest, 3 décembre 2019 (en collaboration avec le Département d’Espagnol)

  • Conférence de Gérard Malgat : « Max Aub ou les crimes d'écriture d'un indésirable exemplaire »
  • Théâtre amateur étudiant : Crímenes ejemplares, de Max Aub. Mise en scène Eva Montoya. Mónica Hernández Saa et Eddy M. Cota Felipe, étudiant.es de la licence LLCER Espagnol, L2 et L3)

- Activités pédagogiques sur l’exil républicain espagnol dans la licence LLCER Espagnol (L1 et L2, Méthodologie disciplinaire, Histoire de l’art espagnol et Traduction, 2019-2021)

Publications

- Coédition du numéro 11/12 (2021) de la revue Exils et migrations ibériques aux XXe et XXIe siècles, du Centre d’Études et de Recherches sur les Migrations Ibériques (CERMI) : Cristina Clímaco, Marie-Christine Volovitch-Tavares (dir.), Les Portuguais et la Guerre d’Espagne. Engagement militant, solidarités et mémoires
- Publication des actes des deux colloques internationaux (avril 2017 et avril 2019) et de la journée d’études (octobre 2017) prévue en 2021 dans les Presses universitaires de Rennes (PUR)