Maxime ROUZAUT

DOCTORANT
Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives



Etablissement : Université de Bretagne Occidentale - Faculté des Sciences du Sport et de l'Education
Affectation de recherche : Laboratoire d’études et de recherche en sociologie (Labers EA 3149)

Photo
LogoUBO
Logo
Pour la messagerie : prénom.nom@univ-brest.fr
Page personnelle : https://www.linkedin.com/in/maxime-rouzaut-62601ba5/

Mise à jour : février 2021

Pour me contacter : rouzaut.maxime (at) gmail.com

Titre envisagé de la thèse : Sport, citoyenneté et cohésion sociale auprès des jeunes issus des quartiers de la politique de la Ville.

Sous la direction de Thierry Michot (PU) et Charlotte Parmantier (MCF)

 

Actuellement en première année de doctorat, mon projet de recherche vise à mieux cerner l'articulation entre le sport, la citoyenneté et la cohésion sociale auprès des jeunes garçons et jeunes filles issues des quartiers de la politique de la Ville. Dans ce cadre, je bénéficie d'un financement à hauteur de : 50% Région Bretagne (ARED) / 50% Contrat d'établissment.

Début de la thèse : octobre 2020.

 


 

À la suite d’une recherche exploratoire (Rouzaut, « Quelles sont les représentations de la citoyenneté dans les structures socio-éducatives ? Action Prévention Sport, étude de cas », mémoire de master, décembre 2017), ce projet consiste à étudier plus longuement les représentations du vivre ensemble dans les champs socioculturels et de l’animation sportive. Ce sujet rappelle tout l’intérêt de la force publique pour les modes de socialisation dans les territoires par la pratique sportive, qu'elle participe de près ou de loin à la construction de la citoyenneté. Cette dernière, considérée de mot-valise, à la définition souvent floue, interroge, sa transmission s’effectuant aussi bien de manière manifeste que latente. Le public cible concerne les jeunes des quartiers ou issus de l’immigration. Dans le jargon européen, ils font partie des « Jamo », soit des jeunes ayant moins d’opportunités (Charrier & coll., 2012). Ainsi, afin de lutter contre les inégalités au sens large, les villes font appel au sport depuis les années 1980 dans le but de réinsérer socialement ces publics défavorisés (Charrier & Jourdan, 2015). Ces années sont également synonymes d’une évolution des pratiques sportives et de leur utilité sociale, affirmant que la pratique fédérale n'est plus la règle dominante. Même si un certain nombre de désillusions sont apparues au fil des évaluations (MSJEVA Ministère de la ville, 2013) portant sur les quartiers « sensibles » (Vulbau, 2007), les vertus éducatives du sport - cohésion, respect, développement de la citoyenneté, etc. - certes divisent (Lessard, 2017), mais restent actuelles.


La question d'éducation à la citoyenneté est devenue ces dernières années un axe prioritaire de réflexion pour les autorités publiques et pour les sociologues. Le sport, comme prisme d’analyse, rejoint les démarches pédagogiques déjà entreprises sur ces territoires, dont la finalité est de sensibiliser dans un premier temps au vivre ensemble (Tap, 1992 ; Pantaléon, 1997) et de permettre la professionnalisation dans un second temps (Gasparini & Knobé, 2005).


Pour nourrir notre réflexion, il est indispensable de s’intéresser aux vecteurs de l’apprentissage citoyen dans et en dehors du cercle familial juvénile. Certaines institutions, à l’image de l’école par exemple, ont pour vocation, elles aussi, d’éduquer à la citoyenneté (Xypas, 2003). Cependant, elles ne se substituent pas à l’environnement familial, amical ou encore professionnel. L’un des objectifs de la thèse est aussi de considérer tout ce qui constitue l’épaisseur et la trajectoire de vie d’un individu dans sa globalité et dans la durée. Et parce que ces institutions interviennent dans le parcours des jeunes à différentes étapes de leur vie, l'analyse de leurs interactions résonne également avec le travail scientifique mené. L’objectif est ici de faire émerger de façon significative de nouvelles clés de compréhension des mécanismes sociaux à l’œuvre.

 


Quelques références ad hoc : 

  • Charrier, D., Djaballah, M., Cometti, A., Parmantier, C., & Jourdan, J. (2012). Prévention, animation et insertion par le sport en zones urbaines sensibles : La reconstruction du processus historique des analyses. Movement & Sport Sciences, 78(4), 25‑37. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/sm.078.0025
  • Charrier, D., & Jourdan, J. (2015). Le sport comme levier éducatif dans les territoires urbains en difficulté. Informations sociales, 187(1), 58‑65. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/inso.187.0058
  • Gasparini, W., & Knobe, S. (2005). Le salut par le sport? Déviance et société, 29(4), 445‑461.
  • Lessard, C. (2017). Sport et prévention de la délinquance. Représentations et implications des acteurs municipaux de six communes d’Île-de-France. Sciences sociales et sport, N° 10(1), 51‑78.
  • Pantaléon, N. (1997). La socialisation par la pratique sportive dans le cadre des politiques de prévention de la délinquance. Université de Toulouse III.
  • Pantaléon, N. (2003). Socialisation par les activités sportives et jeunes en difficultés sociales. Empan, no51(3), 51‑53.
  • Tap, P. (1992). La société Pygmalion ? Intégration sociale et réalisation de la personne.
  • Vulbeau, A. (2007). L’approche sensible des quartiers “sensibles”. Une posture de proximité. Informations sociales, 141(5), 8‑13. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/inso.141.0008
  • Xypas, C. (2003). Les citoyennetés scolaires. De la maternelle au lycée. Presses Universitaires de France; Cairn.info. https://www.cairn.info/les-citoyennetes-scolaires--9782130537571.htm