Pôle Universitaire de Quimper
Pierre-Jakez Helias

Programme 2018-19

La note était salée. La Bretagne et les Bretons en factures (1840-1970).

Par Pierre Martin, PRCE en Histoire, Docteur en histoire moderne, UBO.

La note, l’addition, la douloureuse, autant de vocables pour désigner le même papier, la traditionnelle facture. Comment peut-on alors faire de l’histoire avec un papier qui ne fait pas franchement rêver ? Il faut se détacher de cette image négative car les notaphiles les plus avisés se les arrachent à prix d’or.
La facture, appelée « Mémoire » apparaît sous l’Ancien Régime. Véritable support publicitaire, ce papier fait parti de l’art éphémère au même titre que les emballages de sucre ou les étiquettes des bouteilles de vin.
Avec le développement des transports et du commerce au XIXe siècle, leur nombre augmente et ces petits papiers bénéficient des progrès de l’imprimerie, de la typographie et des procédés photomécaniques. Le recours à l’illustration se généralise et, si des modèles circulent, de nombreux commanditaires les personnalisent.
Ces documents nous renseignent sur les habitudes de consommation, l’économie et les spécialisations industrielles régionales. Parmi cette profusion de gravures dites à reproduction, beaucoup évoquent le monde maritime, le monde rural, les transformations du commerce, de la révolution boutiquière aux grands magasins. Les clichés régionaux sont ici assumés et servent d’arguments commerciaux. Les factures, nous donnent une image originale, complémentaire de la photographie, de la peinture et des affiches, d’une Bretagne en pleine mutation.  

 

Amphithéâtre Max Jacob

Pôle Universitaire Pierre-Jakez Hélias

18:00