Journées Portes ouvertes 2020
Brest : 7 mars
en facebook live

Fiona Le Pape

Doctorat en biologie et contrat de thèse chez Hermarina

"Après avoir obtenu un BTS de Biotechnologies à Nantes, j’ai intégré un parcours universitaire. En 2012, j’ai emménagé à Brest pour entrer en master 2 GGB (Génétique, Génomique et Biotechnologies). J’ai effectué un stage de 8 mois dans l’unité INSERM 1078 dirigée par le Professeur Férec, sous l’encadrement du Docteur Pascal Delépine. A la fin de mon stage, j’ai eu une proposition de thèse en convention CIFRE, avec Hemarina, une société de biotechnologies morlaisienne. Cette entreprise a été fondée en 2007 par le Docteur Franck Zal, co-directeur de ma thèse.

En étudiant la respiration des vers marins des côtes bretonnes, il s’est intéressé à leur hémoglobine et a découvert qu’elle était universelle et dotée d’une importante capacité d’oxygénation. Cette révélation a conduit au développement de transporteurs d’oxygène universels aux propriétés intéressantes notamment pour des applications médicales comme la préservation de greffons par exemple. La convention CIFRE dont j’ai bénéficié pendant 3 ans a permis d’établir un partenariat entre l’UMR1078 et l’entreprise Hemarina. N’ayant pas la structure nécessaire, l’entreprise va signer un partenariat avec le laboratoire d’accueil permettant à celui-ci l’obtention de données scientifiques fondamentales et à l’entreprise de valider une application valorisable en terme de produit.

J’ai donc eu 3 années pour, d’une part, valoriser un produit d’Hemarina et, d’autre part, tenter de répondre à des problématiques du laboratoire. L’un des produits développés par Hemarina, HEMOXCell ®, a été spécialement conçu pour améliorer la diffusion de l’oxygène dans les milieux de culture cellulaire. Le manque d’oxygène est l’un des paramètres responsables de la mortalité des cellules au laboratoire, particulièrement dans des biomatériaux implantables (os, cartilage, …).

J’ai donc travaillé sur l’évaluation de l’apport d’HEMOXCell® dans la culture de cellules souches mésenchymateuses, afin d’améliorer la colonisation de substituts tissulaires. Il a fallu dans un premier temps établir la non-toxicité de la molécule dans l’application envisagée pour ensuite développer un panel d’approches expérimentales afin d’identifier les conditions idéales de son utilisation. Cette opportunité m’a permis d’avoir un pied dans le monde professionnel et l’autre dans un laboratoire de recherche.

Ce mode de financement nous apprend à gérer un budget, respecter des délais et aussi à réaliser ce qu’est la valorisation scientifique, avec la participation à des congrès, la rédaction d’articles et la mise au point de produits innovants. J’ai vécu cela comme une aventure à la fin de laquelle j’ai choisi de m’orienter vers la recherche privée, si possible dans les domaines de la médecine régénérative et de l’ingénierie tissulaire, domaines que je trouve particulièrement passionnants et en renouvellement perpétuel."

Fiona Le Pape