Service culturel

Les Abords - espace d'exposition

La salle des Abords accueille six à huit expositions par an, qui représentent des approches variées des arts plastiques et visuels. L'innovation en 2017 est la mise en œuvre d'une commission mixte de programmation comprenant des membres de l'UBO mais aussi des représentants du Centre d'Art Contemporain Passerelle, de l'EESAB, de Documents d'Artistes Bretagne, du Musée des Beaux-Arts de Brest, de la Ville de Brest, de manière à inscrire la salle des Abords dans le tissu des lieux de l'art contemporain en Finistère.

Espace d'exposition Les Abords
situé en bordure de la faculté Victor Segalen
20 rue Duquesne - Brest

Horaires habituels d'ouverture : du lundi au jeudi de 12:30 à 14:00 et de 16:00 à 18:30, et le vendredi de 12:30 à 14:00


Programmation 2020 / 2021

♦ du 05 au 20 octobre ♦
Partir un jour
exposition des diplômé·e·s DNSEP Design - EESAB, sites de Brest et de Rennes
Visite guidée : lundi 05 octobre de 16h30 à 18:00 - finissage : octobre

♦ En attente de programmation ♦
Espèces d'existences de Katrin Gattinger
dans le cadre d’une résidence d'artiste“Arts Sciences” de l’UBO

♦ mai 2021
De nobis ipsis silemus (Sur nous-même, nous gardons le silence) d'Ivan de la Rionda
en partenariat avec le département d’espagnol


L'espace d'exposition Les Abords est affilié au réseau régional a.c.b – art contemporain en Bretagne.

→ Plus d'infos ICI
Agenda d'a.c.b


// LES EXPOSITIONS //

******

Partir un jour

L’École européenne supérieure d’art de Bretagne (EESAB) expose ses diplômé·e·s de cinquième année en design, présentant ainsi la diversité des pratiques, des approches et des savoir-faire déployés dans les sections Design des sites de Brest et de Rennes. Dénouement d’un travail de recherche théorique et plastique de cinq années d’études, l'exposition des diplômé.e.s est aussi un rite de passage pour ces jeunes designers. Le dernier grand rassemblement avant un nouveau départ, de nouvelles expériences, et rencontres. L'exposition Partir un jour est l'annonce d'une fin mais aussi et surtout d'un commencement.

Une exposition des diplômé·e·s DNSEP Design - EESAB, sites de Brest et de Rennes
Commissaire : Anaïs Touchot

 ******

// Infos pratiques //

Visites guidées : lundi 05 octobre de 16h30 à 18h (toutes les 20 mins) // inscription obligatoire via service.culturel@univ-brest.fr


Exposition : du 05 au 20 octobre

Espace d'exposition Les Abords
situé en bordure de la faculté Victor Segalen
20 rue Duquesne - Brest

Horaires habituels d'ouverture : du lundi au jeudi de 12:30 à 14:00 et de 16:00 à 18:30, et le vendredi de 12:30 à 14:00

Crédit photo : Aymeric "Le fourniment complet du pirate urbain"


Espèces d'existences de Katrin Gattinger


dans le cadre d’une résidence d'artiste "Arts Sciences" à l’UBO

En 2019, Katrin Gattinger est invitée par Christine Paillard, Vice Présidente Culture - Arts et Sciences en résidence d'artiste "Arts et Sciences" à l'UBO. Accompagnée par le Service Culturel, Katrin exposera le fruit de cette résidence aux Abords.

*****

Dans la forêt et les prairies, la pensée peut glisser sur ce qu’on voit et entend pour trouver ce qu’on devine ou imagine de ces espèces d’existences qui échappent à nos regards : les animaux sauvages traversent le visible en s’y cachant, rappelle le philosophe Jean-Christophe Bailly (1). Ils le font jusqu’au moment où, exceptionnellement, il y a surgissement, surprise. Pister les animaux à partir des traces et signes laissés est une pratique régulière de Katrin Gattinger. Elle y trouve un terrain fertile pour maints récits ouverts qui lui racontent ces présences individuelles dans le même espace, juste décalées de la sienne d’une nuit. C’est bien le désir de la rencontre qui pousse le pisteur à chercher son chemin dans l’épaisseur du milieu sauvage.

Engagée depuis quelques années dans une recherche sur la ruse, Katrin Gattinger s’est alors intéressée aux moyens de provoquer cette rencontre : il en résulte l’exposition Espèces d’existences, programmée par le Service Culturel, aux Abords à Brest.

Si à l’aide de pièges et de leurres l’artiste parvient à produire des interférences, ses prises ne sont pas seulement des captures de regards, mais toujours aussi des fuites. Ainsi, Puis déguerpir (2021), l’installation photographique de portraits d’animaux sur les fenêtres du bâtiment des Abords signalent la présence-absence du sauvage dans la ville et sa capacité, malgré son exposition sur la façade, à se dissimuler à la vue. Ces « images fuyantes » dialoguent avec un ensemble photographique, visible à l’intérieur : Dans le creux du visible (2021).

Il ne s’agit d’ailleurs pas tant de piéger « ces autres que nous » (2) que d’interroger les récits que les techniques de leurres peuvent provoquer. La vaste installation audio-visuelle interactive Être le barbare d’un loup (2021) (3), réalisée en collaboration avec le musicien et compositeur Arno Kristensen et produite avec le soutien d’Image & Son Brest de l’UBO, entraîne le spectateur à façonner un tel récit visuel et sonore en fonction de ses déplacements dans l’espace d’exposition. Arno Kristensen et Katrin Gattinger ont conçu cette installation in situ – créant un véritable espace sonore à partir d’une composition électroacoustique et d’une multitude de vidéo-projections – à l’aide de ruses qui visent aussi les visiteurs des Abords : les tromper sur ce qu’ils perçoivent, les exposer à la surprise.

Invitée pour une résidence Arts et Sciences à l’Université de Bretagne Occidentale (UBO) et à l’Institut Universitaire de la Mer (IUEM) à Brest pour l’année 2020, afin d’y mener une recherche sur les ruses du milieu marin vivant et les stratagèmes des scientifiques, Katrin Gattinger s’est trouvée, comme d’autres, face au mur du Covid 19. En effet, plusieurs confinements, l’inaccessibilité de l’université et des laboratoires et l’impossibilité des déplacements ont eu raison de sa présence en Bretagne. Plusieurs projets de recherche amorcés dès 2019 avec les scientifiques, notamment du laboratoire LEMAR, ont été repoussés ou interrompus. De ce fait, l’exposition Espèces d’existences peut être vue comme un pied de nez à la crise sanitaire, ses restrictions et rendez-vous manqués.


(1) Jean-Christophe Bailly, Le versant animal (2007), Le parti pris des animaux (2007)
(2) Formule utilisée par Jean-Christophe Bailly pour désigner les animaux (Le parti pris des animaux, Paris, Bayard, 2007, p. 32)
(3) Titre d’après une expression de Baptiste Morizot dans « La forme d’un cri », Billebaude N°14 (« Mondes sonores »), Paris, Fondation François Sommer, Grenoble, Glénat, printemps 2019, p. 59


Œuvres exposées :

- Être le barbare d’un loup (2021) réalisée en collaboration avec Arno Kristensen
Installation son/image interactive constituée d’une composition électroacoustique et de projections d’images photographiques noir et blanc. Environ 200 m2. Enceintes, vidéoprojecteurs, détecteurs de présence, ordinateurs.
Conception technique de l'installation audiovisuelle : Baptiste Martin de Frémont et Briec Secher, étudiants de la filière Image & Son Brest (UBO), sous la direction d'Etienne Hendrickx, maître de conférences en Sciences et Techniques du Son.

- Puis déguerpir (2021)
Installation photographique sur la façade de l'Espace d'exposition Les Abords
Les photographies installées sont issues de la série Prises de fuite (depuis 2020)

- Dans le creux du visible (2021)
Ensemble de photographies noir et blanc encadrées.

Photo : Katrin Gattinger, Ruse de renard, photographie numérique, série Prises de fuite, depuis 2020

******

// Infos pratiques //

Exposition :

Espace d'exposition Les Abords
situé en bordure de la faculté Victor Segalen
20 rue Duquesne - Brest

Horaires habituels d'ouverture : du lundi au jeudi de 12:30 à 14:00 et de 16:00 à 18:30, et le vendredi de 12:30 à 14:00


- COVID 19 -

Port du masque obligatoire, lavage des mains à l'entrée et à la sortie de la salle, gel hydroalcoolique mis à disposition, distanciation sociale, sens de circulation à respecter


De nobis ipsis silemus (Sur nous-même, nous gardons le silence)
d'Ivan de la Rionda

L'art dans la fugacité auquel le soumet le marché a trouvé un allié dans la littérature. Plus d'un romancier a écrit sur l'univers de l'artiste plastique. La critique spécialisée a rendu compte ce voyage entre les arts visuels et la littérature. De cette idée surgit aussi le développement et l'articulation d'une proposition plastique avec des textes (mots, phrases, concepts). Ces textes accompagnent de mille façons la production artistique dans ses moments antagonistes.

Les travaux sur le tissus et le papier rencontrent le mouvement et la vibration de la voix à travers la vidéo. Cela donne une tension et une unité à l'ensemble du travail.

// Nature du projet //

Ce projet met en dialogue plusieurs modalités artistiques pour s'interroger sur la communication intermédiale, et ce à travers une observation du lien voir-lire, comme un seul et unique acte de lecture et comme un processus naturel dans l'ère calligrammatique (nous pouvons créer un monde avec un papier et un crayon)

→ Phisiologie des masses (recherche autour d'une nouvelle ontologie de l'existence humaine).

→ La simultanéité du non-simultané.

→ Les œuvres sont elles-mêmes et le sont par elles-mêmes

Méthodes et médium

→ A travers l'oeuvre plastique (peinture acrilique sur toile et papier, gravure et dessin)

→ Vidéo-art montrant des concepts philosophiques présents dans la production artistique.

→ Installations (sculpture)

Des activités afférentes à l'événement :

→ L'expérience de la présence comme instrument pédagogique

→ La recherche d'un encouragement à l'interaction, à l'interpellation et à de nouveaux exercices de question-réponse.

→ La conversation sur le voyage des arts plastiques à la littérature

→ La conversation sur mes propres motivations littéraires

→ Conversation sur la culture et le simulacre

→ Interrogation sur ce que l'exposition suscite au public étudiant et moi-même, comme instance extérieure au groupe (appartenance, identité à postériori)

→ Indagations sur les raison d'être et l'existence de l'oeuvre exposée

→ Réflexion sur le sens du silence comme structure de la création artistiques

→ L'oeuvre d'art génératrice du jeu, la face visible de l'action de jouer.

******

// Infos pratiques //

Exposition : mai 2021

Espace d'exposition Les Abords
situé en bordure de la faculté Victor Segalen
20 rue Duquesne - Brest

Horaires habituels d'ouverture : du lundi au jeudi de 12:30 à 14:00 et de 16:00 à 18:30, et le vendredi de 12:30 à 14:00


- COVID 19 -

Port du masque obligatoire, lavage des mains à l'entrée et à la sortie de la salle, gel hydroalcoolique mis à disposition, distanciation sociale, sens de circulation à respecter