Site Model

direction
recherche innovation
et valorisation economique

EpiGen - Plateforme de génétique et d’épigénétique

 

PHASE 1


Financeurs :

Union Européenne (FEDER) : 110 000 €

Région Bretagne : 138 000 €

Conseil Départemental du Finistère : 40 000€

Brest Métropole : 40 000 €

UBO : 6 761 €

 

Equipement financé :

Séquenceur Nouvelle Génération Next Gen de Illumina : 202 950 € HT

Appareil de tri et d'analyse unicellulaire de Fluidigm : 131 811 € HT

 


PHASE 2

Financeurs :

Union Européenne (FEDER) : 138 000 €

Etat : 95 000 €

Région Bretagne : 62 000 €

Conseil Départemental du Finistère : 60 000€

Brest Métropole : 60 000 €

INSERM : 100 000 €

 

Equipement financé :

Système de séquençage NGS Compact : 42 653 € HT

Automate de tri cellulaire par billes MA : 39 000 € HT

Prestation de transit et de transport : 424,11 € HT

Automate de séparation cellulaire : 24 690 € HT

Séquenceur haut débit : 372 500 € HT

Système stockage serveurs : 52 657,40 € HT

Congélateur -86°C : 8 000 € HT

 

 

PHASE 3 

Financeurs :

Etat : 105 000 €

 

Equipement financé :

Système de stockage serveurs : 52 657,40 € HT

Bluepippin instrument : 24 027 € HT

Mini 100 orbital genie : 840 € HT

Upgrade système séquençage : 47 929 € HT

 

 

Descriptif du projet :

En relation étroite avec le projet BiogenOuest et eBiogenOuest, le projet vise à développer, au sein de l’Université de Bretagne Occidentale (UBO), une plateforme ouverte d’étude du génome et de l’épigénome basée sur les nouvelles technologies de séquençage à haut débit ou NGS (next generation sequencing) pour l’étude des maladies multifactorielles et des organismes marins en interaction avec leur environnement biotique et abiotique. En outre, le projet propose une approche cellulaire tant génomique qu’épigénomique originale et unique en France.
Ce projet va donc nous permettre de : (1) renforcer les liens entre la clinique et les disciplines plus fondamentales en nous appuyant sur des objectifs communs, (2) démembrer les mécanismes sous-jacents dans les maladies multifactorielles, (3) mieux comprendre l’étiologie et l’histoire naturelle de ces maladies, (4) améliorer les soins et mettre en place une médecine personnalisée, (5) d’étudier les mécanismes adaptatifs des organismes marins aux changements globaux, (6) d’analyser le fonctionnement, la dynamique, la diversité et les interactions des microorganismes dans les environnements océaniques côtiers et profonds, (7) ouvrir de nouvelles approches à l’ensemble de la communauté scientifique du Grand Ouest.

 

Les équipements sont installés au sein du Laboratoire Génétique, Génomique fonctionnelle et Biotechnologies (GGB)