Site Model

gis
sociabilités

Programme 2019

  •     CYCLE DE CONFERENCES

Cultural Transfers in European, Colonial and Global Contexts (1650-1850): the Circulation of Models of Sociability

A perspective view of Fort William in the Kingdom of Bengal, belonging to the East India Company. Jan Van Ryne (1754).

 

-- AUTOMNE 2019 --


Vendredi (17h30-19h30), Musée Cognacq-Jay (8 Rue Elzevir, 75003 Paris), salle des conférences. Entrée libre sans inscription.

-- NOUVEAU --
Chaque conférence sera précédée à 17h d’une visite flash par une conférencière du musée explorant la thématique du jour dans leurs collections.
Ces visites sont gratuites sur inscription par email à : reservation.cognacqjay@paris.fr

----
-VENDREDI 11 OCTOBRE :
Sociabilité et culture matérielle


Ariane FENNETAUX (Université de Paris) : « Lorgnettes, boîtes à priser et étuis : sociabilité de poche au XVIIIe siècle »


Etui à tablettes en forme de violon, Allemagne, c.1750-1760

On voit en Europe au XVIIIe siècle se développer une industrie du luxe et du demi-luxe qui vient se nicher dans tout un ensemble de petits objets portatifs réalisés par les bijoutiers et les bimbelotiers du siècle. Lorgnettes, boîte à dragées ou à priser, nécessaire et étuis sont autant d’accessoires de poches souvent précieux et ingénieux, parfois réalisés en matériaux exotiques, qui remplissent les poches des élégants et des élégantes. Ils leur fournissent tout un outillage adapté aux différentes situations sociales leur permettant de se rendre au théâtre, offrir une prise, noter un engagement. Portés dans la poche, ces accessoires participent à des pratiques de sociabilité ritualisées et permettent, à tout moment, une mise en scène du goût et de l’élégance de leur propriétaire, à la fois par le choix des objets, leur préciosité, leur ingéniosité mais aussi par les gestes minutieux qui sont requis pour les manipuler. Loin d’être futiles, ces accessoires qui sont souvent fustigés pour leur luxe et frivolité, sont donc un véritable condensé des transformations de l’Europe à l’époque depuis l’essor de la sociabilité, jusqu’aux avancées techniques et industrielles en passant par le développement de la consommation ou la construction des empires.

Ariane Fennetaux est maître de Conférences en histoire britannique à l’Université de Paris (ex-Université Paris Diderot). Spécialiste du XVIIIe siècle, ses recherches portent sur la culture matérielle et plus particulièrement le vêtement à l'époque moderne. En 2015 elle a co-édité un ouvrage sur les pratiques matérielles du recyclage au XVIIIe siècle publié chez Routledge The Afterlife of Used Things, Recycling in the Long XVIIIth century. (Routledge 2015). Elle est l'auteur, avec Barbara Burman, de The Pocket: a Hidden History of Women’s Lives 1690-1900 publié chez Yale University Press en 2019.

Discutant : Alexis TADIE (Sorbonne Université)

MUSEE COGNACQ-JAY (8 rue Elzévir 75003 Paris). Salle de conférences.
Métro : Saint-Paul, Chemin-Vert, Rambuteau - Bus : 29, 69, 76, 96
Contacts : annick.cossic@univ-brest.fr ; valerie.capdeville@univ-paris13.fr

La conférence sera retransmise à Brest (UBO, Faculté Victor-Segalen): B122

Ecouter le podcast de la conférence en cliquant sur le lien ci-dessous:
https://ubotube.univ-brest.fr/videostream/video/a/

-VENDREDI 22 NOVEMBRE : Sociabilité et marché de l’art

Patrick MICHEL (Université de Lille) : « Le cabinet du collectionneur au XVIIIe siècle : espace de l’échange, de la circulation des idées, des savoirs et des objets »

 


Augustin de Saint-Aubin d’après Gabriel de Saint-Aubin, gravure, Amateurs dans un cabinet,
Frontispice du catalogue de la vente Dezallier d’Argenville (1766).

Dans son Spectacle de la Nature, l’abbé Pluche fait dire à l’un de ses protagonistes : « Ouvrons à présent ces armoires souterraines, & voyons ce qu’elles contiennent. Mais puisque nous avons à notre disposition le cabinet de M. le comte, parcourons, si vous voulez, une partie des différentes loges où il a disposé par ordre les échantillons de la plupart des choses que nous tirons de dessous terre. (…) ». Une telle citation nous introduit à la notion de cabinet comme espace de la pratique savante. Mais plus on avance dans le siècle, plus on constate une modification du statut des collections. Qu’il s’agisse du cabinet du naturaliste, de l’antiquaire, de l’amateur d’estampes ou bien encore de dessins ou de tableaux, celui-ci accorde une place grandissante à des fonctions telles que la recherche, le partage des savoirs et la pédagogie, affirmant la dimension cognitive des cabinets. Ceux-ci deviennent au XVIIIe siècle, un lieu de la sociabilité mondaine, au même titre que les salons, les clubs, les cafés, les sociétés savantes, voire les loges maçonniques. Une gravure d’Augustin de Saint-Aubin, d’après un dessin de Gabriel de Saint-Aubin formant frontispice du catalogue de la vente Dezallier d’Argenville en 1766, illustre parfaitement cette notion de partage du savoir en société qui sera le fil conducteur de notre conférence. Mais au-delà de la fréquentation des cabinets, la formation d’une collection et son organisation donnent lieu à un intense commerce épistolaire ce qui montre bien que la réunion d’objets qu’il s’agisse d’objets d’art ou de spécimens d’histoire naturelle dans un cabinet doit poursuivre un but premier : la communication qui contribue aux progrès de la connaissance. Notre propos sera donc dans le cadre de cette conférence de mettre en évidence le cabinet du collectionneur comme un espace de l’échange, de la circulation des idées, des savoirs et des objets.

Patrick Michel est professeur d’Histoire de l’art moderne à l’Université de Lille depuis 2005, spécialiste de l’histoire du collectionnisme aux 17e et 18e siècle. Il a également mené de nombreuses recherches et publications sur l’histoire du marché de l’art en France au XVIIIe siècle. Ses travaux portent également sur l’histoire de la sociabilité savante et l’histoire de la peinture française du XVIIIe siècle. Ses principales publications sont : Mazarin, prince des collectionneurs. Les collections et l’ameublement du cardinal Mazarin (1602-1661) : histoire et analyse, Paris, RMN, 1999. Le Commerce du tableau à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Acteurs et pratiques, Lille, Presses du Septentrion, 2007. Peinture et Plaisir. Les goûts picturaux des collectionneurs parisiens au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (collection « Art et société »), 2010. On lui doit également l’édition critique du Journal de voyage à Paris d’un jeune noble savoyard, Joseph-Henry Costa, en 1766-1767 (Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2013).

Discutante : Annick LEMOINE (Musée Cognacq-Jay)

MUSEE COGNACQ-JAY (8 rue Elzévir 75003 Paris). Salle de conférences.
Métro : Saint-Paul, Chemin-Vert, Rambuteau - Bus : 29, 69, 76, 96
Contacts : annick.cossic@univ-brest.fr ; valerie.capdeville@univ-paris13.fr

La conférence sera retransmise à Brest (UBO, Faculté Victor-Segalen): B122


-VENDREDI 13 DECEMBRE :
Sociabilité et célébrité

Antoine LILTI (EHESS) : « De la sociabilité à la célébrité : l’espace public des Lumières »


Les travaux sur l’espace public au XVIIIe siècle ont beaucoup insisté sur les pratiques de sociabilité : salons, académies, réseaux de correspondance. L’espace public était ainsi perçu comme la continuation de la République des lettres. Nous pouvons désormais en avoir une vision différente. La grande transformation du XVIIIe siècle est liée à la "révolution médiatique" marquée par le développement rapide de la culture de l’imprimé, la multiplication des journaux et la circulation des images. Ces mutations ont des racines qui remontent au XVIe siècle mais prennent une forme nouvelle au cours du XVIIIe siècle. La culture de la célébrité en est un des traits les plus notables. Nous aborderons quelques-uns de ses aspects et la façon dont elle a modifié les pratiques de sociabilité traditionnelle.

Antoine Lilti est directeur d’études à l’EHESS. Il a publié Le Monde des salons, sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Fayard, 2005 ; Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850), Fayard, 2014, et L’Héritage des Lumières. Ambivalences de la modernité, EHESS/Gallimard/Seuil, 2019.

                       
                                 Jean-Jacques Rousseau en costume arménien,
                                 d'après une copie attribuée à Gérard.                                                              Samuel Johnson by Joshua Reynolds (1775)


Brian COWAN (Mc Gill University): “Histories of Fame and Celebrity in Early Modern Perspective” Conférence en anglais

The history of fame and the history of celebrity are related, but distinct, fields of inquiry. The history of celebrity as a particularly modern form of fame has become the focus of many new studies that seek to locate its emergence at various points in the later eighteenth and nineteenth centuries. I argue that celebrity formation is best understood as an aspect of a longer-term history of fame and publicity that developed slowly over the course of the early modern era. The emergence of print culture and the commercial theatre, and of publics for them, in the sixteenth and seventeenth centuries provided the basis for the making of modern celebrity in the eighteenth and nineteenth centuries. Celebrity is therefore better understood not as a radical rupture in the longue durée history of fame, but as a product of long-term transformations in the history of public and private identities.

Brian Cowan est professeur associé d’histoire à l’université de McGill, Canada. Spécialiste de la première modernité britannique et européenne, il est l’auteur de The Social Life of Coffee: The Emergence of the British Coffeehouse (Yale University Press, 2005); il a dirigé la publication de The State Trial of Doctor Henry Sacheverell (Wiley-Blackwell, 2012); il a participé à l’écriture multigraphe de l’ouvrage collectif Interacting with Print: Elements of Reading in the Era of Print Saturation (University of Chicago Press, 2018). Il prépare actuellement la publication de l’un des volumes de The Cultural History of Fame (Bloomsbury Academic), consacré à l’époque des Lumières.

Discutante : Annick COSSIC (UBO Brest)

MUSEE COGNACQ-JAY (8 rue Elzévir 75003 Paris). Salle de conférences.
Métro : Saint-Paul, Chemin-Vert, Rambuteau - Bus : 29, 69, 76, 96
Contacts : annick.cossic@univ-brest.fr ; valerie.capdeville@univ-paris13.fr

La conférence sera retransmise à Brest (UBO, Faculté Victor-Segalen): B122

 

-- PRINTEMPS 2019 --

-VENDREDI 22 MARS (16-18h), Musée Cognacq-Jay (Paris).

Lucy PELTZ (Senior Curator of 18th-Century Portraits and Head of Collections Displays at the National Portrait Gallery, London): "Extra-illustration and the Social Rituals of Bibliophilic Exchange in late eighteenth-century England"

              


All authors are at the mercy of their readers. In the eighteenth century, this realization created a tension among genteel authors whose response to the anonymous nature of reading was inextricably linked to the material qualities of their books as commodities. These anxieties can be traced in the social politics of presentation books within Horace Walpole’s bibliophilic circle. This lecture examines the production and reception of customized books, particularly those collected, inscribed and extra-illustrated by Richard Bull. Bull’s deferential annotations and innovative practice of extra-illustration turned his books into personalized artefacts, rich in emotional investment and individualized experience. These books serve as an instructive diagnostic of the socio-economic culture of gift exchange that underpinned the rhetoric of eighteenth-century amateurism and sociability and thus helped to assert both author and extra-illustrator’s gentility.

Lucy Peltz is Senior Curator of 18th Century Portraits and Head of Collections Displays (Tudor to Regency) at the National Portrait Gallery, London. Her book Facing the Text: Extra-illustration, Print Culture, and Society in Britain 1769-1840, was published by the Huntington Library Press, California in 2017, a publication for which she just received the 2019 Historian of British Art Book Award. Over the last two decades she has published widely on extra-illustration, amateur printmaking, collecting, antiquarianism and masculine sociability. She has been a Curator at the National Portrait Gallery for 17 years and has curated a number of exhibitions including “Brilliant Women: Eighteenth Century Bluestockings” (2008, Thomas Lawrence: Regency Power and Splendour (2010-11) and “Gainsborough’s Family Album” (2018-19) in each case with accompanying publications. She is currently working on a major redevelopment and refurbishment of the displays at the National Portrait Gallery as well as towards exhibitions on Hogarth’s People and the Art of Abolition.
 

Discutante : Dr. Kimberley PAGE-JONES (UBO Brest)

MUSEE COGNACQ-JAY (8 rue Elzévir 75003 Paris). Salle de conférences.
Métro : Saint-Paul, Chemin-Vert, Rambuteau - Bus : 29, 69, 76, 96
Inscription obligatoire.
Contacts : annick.cossic@univ-brest.fr ; valerie.capdeville@univ-paris13.fr

La conférence sera retransmise à Brest (UBO, Faculté Victor-Segalen), salle B122

 

-VENDREDI 5 AVRIL (16-18h), Musée Cognacq-Jay (Paris).

Bertrand VAN RUYMBEKE (Professeur de civilisation américaine à l'Université de Paris 8 et membre senior de l'IUF) : "L'Amérique au concours. Les Académies en France et le Nouveau Monde au XVIIIe siècle"


Chastellux, François-Jean de. Discours sur les avantages ou les désavantages qui résultent pour l'Europe de la découverte de l'Amérique,
objet du prix proposé par M. l'abbé Raynal, par M. P***, vice-consul à E*** (1787).

 


A Map of the British and French settlements in North America. [London] J. Hinton [1755] @Library of Congress

Dans les années 1770 et 1780, plusieurs Académies proposèrent des sujets de concours sur les conséquences de la découverte du Nouveau Monde et sur la Révolution américaine. Ces concours suscitèrent une véritable réflexion collective autour de l’Amérique, de l’esclavage, de la colonisation et de la naissance de la république états-unienne. Cette conférence portera plus particulièrement sur quatre de ces concours, tenus dans les Académies de Lyon, Toulouse, Pau et Paris, en abordant le contexte de l’organisation et du choix des sujets, tout comme les mémoires qui furent adressés aux Académies ou tout simplement publiés sans que leurs auteurs aient concouru. Elle montrera combien ces concours reflètent un véritable engouement des élites régionales et parisiennes envers les questions liées à la colonisation des Amériques et la naissance des Etats-Unis.

Bertrand Van Ruymbeke est Professeur de civilisation américaine à l'Université de Paris 8 et membre senior de l'Institut Universitaire de France. Il est l'auteur de L'Amérique avant les Etats-Unis. Une histoire de l'Amérique anglaise 1497-1776 (Flammarion, 2013) et de Histoire des Etats-Unis. De 1492 à nos jours (Tallandier, 2018).

Discutant : Dr. Thierry RENTET (Université Paris 13)

MUSEE COGNACQ-JAY (8 rue Elzévir 75003 Paris). Salle de conférences.
Métro : Saint-Paul, Chemin-Vert, Rambuteau - Bus : 29, 69, 76, 96
Inscription obligatoire.
Contacts : annick.cossic@univ-brest.fr ; valerie.capdeville@univ-paris13.fr

La conférence sera retransmise à Brest (UBO, Faculté Victor-Segalen), salle B122

Ecouter le podcast de la conférence en cliquant sur le lien ci-dessous :
https://ubotube.univ-brest.fr/videostream/video/b/



-VENDREDI 17 MAI (16-18h), Musée Cognacq-Jay (Paris).

Stéphane VAN DAMME (Professeur, titulaire de la chaire d'histoire des sciences et des savoirs à l'Institut universitaire européen de Florence, Italie) : "Globaliser la culture antiquaire française : Paul Lucas, marchand, espion et collectionneur au seuil des Lumières"

 

Voyage su Sieur Paul Lucas, fait par ordre du Roi dans la Grêce, l'Asie Mineure, la Macédoine et l'Afriqu
e.
Tome premier. Amsterdam, 1714.


Descriptions de l'Égypte, du Nil et des montagnes de Derne en la Haute-Égypte. 1719 @bibliothèque arsenal

Dans les dernières décennies, délaissant l'histoire locale ou nationale, les historiens de la culture antiquaire se sont tournés vers l'histoire globale (world antiquarianism). Il peut s'agir ainsi de porter attention à la circulation des objets, aux acteurs de cette circulation, ce que l'on peut qualifier de brokers ou de go-betweens pour voir combien l'agrandissement du monde a pu changer la définition des antiquités. A travers la figure du marchand rouennais Paul Lucas (1664-1737) qui a effectué plusieurs voyages en Egypte, en Perse et dans l'empire ottoman à la demande du roi pour rassembler des objets antiques orientaux (pièces, médailles, naturalia) pour le cabinet du roi, on essaiera de comprendre les ambiguïtés de cette politique royale entre espionnage et "archéologie".

Stéphane Van Damme est Professeur, titulaire de la chaire d'histoire des sciences et des savoirs à l'Institut universitaire européen de Florence depuis 2013. Il a été professeur d'histoire moderne au département d'histoire de Sciences Po (2011-2013) et professeur associé à l'Université de Warwick (2007-2009). Il travaille sur l'histoire culturelle des savoirs (XVIIe-XIXe siècle). Ses recherches sont centrées sur l'histoire urbaine et l’histoire des sciences. Il a également travaillé sur les sociabilités urbaines et la circulation des savoirs. Il est l’auteur de Métropoles de papier. Naissance de l’archéologie urbaine à Paris et à Londres (Paris : Les Belles Lettres, 2012), et de A toutes voiles vers la vérité. Une autre histoire de la philosophie au temps des Lumières (Paris : Le Seuil, 2014). Ses travaux les plus récentes comportent un ouvrage en co-édition avec Hanna Hodacks, Kenneth Nyberg: Linnaeus, Natural History and the Circulation of Knowledge (Oxford University Studies in the Enlightenment, 2018) et une monographie à paraître chez Fayard, Les voyageurs du doute. Contester la première globalisation française.

Discutant : Dr. Jean-François DUNYACH (Sorbonne Université)

MUSEE COGNACQ-JAY (8 rue Elzévir 75003 Paris). Salle de conférences.
Métro : Saint-Paul, Chemin-Vert, Rambuteau - Bus : 29, 69, 76, 96
Inscription obligatoire.
Contacts : annick.cossic@univ-brest.fr ; valerie.capdeville@univ-paris13.fr

La conférence sera retransmise à Brest (UBO, Faculté Victor-Segalen), salle B122

Ecouter le PODCAST de la conférence en cliquant sur le lien ci-dessous:
 https://ubotube.univ-brest.fr/videostream/video/s/

_________________________________________________________________________

  • ATELIERS

14-19 juillet: ISECS International Congress on the Enlightenment (EDINBURGH, UK)

Panel title: "Unruly Sociability: Gender and Constructions of Identity"
Chair: Emrys Jones (King's College London, UK)

-Kimberley Page Jones (UBO Brest, France): Mary Wollstonecraft and S.T. Coleridge: fin de siècle travel writing and the construction of the European 'Other'

-Katherine Aske (PhD, UK): Making Friends with Fairies: Social Spaces in Eighteenth-Century Fairytales

-Susanne Schmid (Berlin Freie Universität, Germany): Nagging and Cantankerous: Ill-Humoured Women

-Mascha Hansen: (Greifswald Universität, Germany): 'A zig-zag path of communication': Sociable Conversation and the Scribbling Self in Burney’s Life Writing

 

__________________________________________________________________________

  •  ARCHIVES 2019 - AFFICHES - Conférences Cycle 'Cultural Transfers'